Canton de Lunas

Lunas

650 hab. (Lunassiens), 4 489 ha, chef-lieu de canton du département de l'Hérault dans l'arrondissement de Lodève, 15 km à l'ouest de celle-ci. Le village est dans un site très encaissé de la vallée du Graveson, affluent de l'Orb, où passe la voie ferrée Béziers-Neussargues. Il apparaît déchu: il eut le statut de ville au Moyen Âge, et conservait encore 1 330 hab. en 1880 et sa population n'a pas cessé de diminuer depuis, du moins jusqu'en 1990. Il présente quelques restes d'une chapelle et d'une église du 12e s., et un château, très restauré; festival de jazz en juillet.

Le territoire communal, dominé à l'est par l'ancienne coulée volcanique de l'Escandorgue, est très accidenté, avec de vives corniches et de nombreuses grottes, et passablement boisé (1 200 ha de bois, 2 800 de garrigues). L'Orb, sinueux, fixe sa limite occidentale sur une dizaine de kilomètres, face au Bousquet-d'Orb. Un appendice vers le SO inclut le hameau de Caunas, doté d'un circuit sportif et dominé par un ancien terril et par deux superbes corniches calcaires, jusqu'à l'oppidum pointu de Montjoux (596 m). Un projet de parc de 7 éoliennes, qui devait ouvrir en 2006, n'a pas abouti et a même été annulé en 2011 par la cour d'appel de Marseille.

Le canton a 4 100 hab. (3 700 en 1999), 12 communes, 28 604 ha dont 11 637 de bois et garrigues; il s'allonge sur plus de 30 km, de la limite du département de l'Aveyron au NO aux rives du lac de Salagou au SE. Il est traversé du nord au sud par la vallée de l'Orb, et un peu plus à l'est par la coulée de laves de l'Escandorgue, qui couronne la crête entre les bassins de l'Orb et de la Lergue, donc de l'Hérault. La principale commune est Le Bousquet-d'Orb, dans la vallée de l'Orb. Joncels (290 Joncelois, 4 624 ha dont 2 385 de bois), 3 km au nord de Lunas dans la même vallée, a gagné 60 hab. de 1999 à 2009; elle garde les traces d'une abbaye bénédictine du 7e siècle, qui fut puissante: restes de fortifications, cloître du 12e s. devenu place publique, vieilles maisons. Le finage monte à 827 m sur l'Escandorgue et inclut la forêt domaniale des Monts-d'Orb.

Il est relayé au nord par celui de Roqueredonde (220 Roqueredondais, 2 271 ha dont 775 de bois), qui touche au département de l’Aveyron et au Parc des Grands Causses et qui est dominé à l’est par la crête de l’Escandorgue; une gare est ouverte au sud-ouest de la commune sur la ligne Béziers-Neussargues aux Cabrils, dans le fond de la vallée d’une des têtes de l’Orb. Roqueredonde a gagné 80 hab. depuis 1999. À cheval sur les finages de Joncels et de Roqueredonde s’installe le grand parc éolien de Grès et Cabalas (25 mâts, 35,5 MW). Roqueredonde héberge la communauté de l'Arche, fondée par Lanza del Vasto à la Borie Noble en 1962, et un centre de retraite bouddhiste Lerab Ling fondé en 1991 à l'Engayresque, avec un temple inauguré en 2008 et l'entreprise d'hébergement et restauration collective la Source (35 sal.).

À 13 km au NO du Bousquet-d'Orb se situe Avène (310 Avénois, 6 265 ha dont 3 856 de bois), qui se signale à la fois par sa station thermale et par le barrage-réservoir de 194 ha établi dans les gorges de l'Orb; en aval, l'Orb s'encaisse en gorges, dominées par le gros hameau de Truscas et fixant l'usine hydroélectrique, distinct du vieux village, installé 1 km en amont dans la vallée, sur la soulane d'un éperon de méandre; pont du 13e s.; pisciculture. La source thermale Sainte-Odile a été mise en exploitation en 1743. En déclin au 20e s. en raison de l'isolement (la commune avait 1 400 hab. en 1801, encore 1 100 vers 1900), la station a été reprise en 1975 par les laboratoires P. Fabre de Castres, qui ont ouvert un nouvel établissement thermal en 1990 (25 sal., capacité annuelle 1 500 curistes) et en ont fait un centre de production de vaporisateurs et de crèmes pour la peau, appréciés jusqu'au Japon (Fabre Dermocosmétiques, 200 emplois); l'usine devrait doubler sa production (4 000 tonnes par an de dermocosmétiques). Avène est le siège d'une communauté de communes Avène, Orb et Graveson qui réunit 6 communes et 1 700 hab.

En amont du lac d'Avène, le territoire de Ceilhes-et-Rocozels (310 Celzelois, 2 782 ha dont 1 294 de bois, à 430 m) s'enfonce en coin dans le département de l'Aveyron, sur le plateau des monts d'Orb; la commune a gagné 50 hab. depuis 19999; elle associe plusieurs hameaux dont Rocozels qui conserve une église romane (12e s.), et le site archéologique métallurgique gallo-romain de Lascours (plomb et cuivre, 2e s. av. J.-C. au 1er s. après); petite base nautique sur le lac et deux centres de vacances bien équipés. Le village de Ceilhes a des restes de remparts et de vieilles maisons (15e s.), une église du 12e s. fortifiée au 14e s.; maison de retraite catholique, maison familiale EdF-GdF.

Au sud du canton, le territoire de la commune de Dio-et-Valquières (170 Dioquiérois, 1 877 ha dont 205 de bois) étend un finage accidenté et pittoresque, qui s'appuie à l'est sur la crête de l'Escandorgue et se déploie à l'ouest sur un petit causse terminé par de puissantes corniches au-dessus de l'Orb et du vallon de son petit affluent le Vernoubre; l'habitat s'y disperse en petits hameaux accrochés aux pentes; GR 7, ruines du vieux château médiéval. La commune a reçu en 2006 une station de 7 éoliennes Ecotecnia (11,7 MW, Cantos). Elle n'avait plus que 66 hab. en 1975, contre plus de 400 au début du 19e siècle, mais a repris des couleurs depuis.

Au-dessous et de l'autre côté de l'Escandorgue dans le bassin de la Lergue, 14 km au sud de Lodève, Octon (450 Octonnais, 2 181 ha) bénéficie d’un site accidenté dans les ruffes permiennes, et d’une anse du lac du Salagou. Elle s'est accrue de 50 hab. entre 1999 et 2009. Sur un petit causse près de la limite septentrionale de la commune, la chapelle de Roubignac (romane, 12e s) est objet de pèlerinages, près du dolmen de Toucou. La dalle de la Lieude, près des ruines d'un château de Malavielle (10e-12e s.), porte des empreintes d'animaux de la fin de l'ère primaire. Octon a une cave coopérative (17 000 hl), 200 ha de vignes (dont AOC coteaux-du-languedoc, notamment au mas des Chimères), 250 de bois et 1 500 de garrigues. Au NE, le hameau de Ricazouls est devenu un «village des métiers du livre d'art», valant à Octon un classement «ville et métiers d'art».


Bousquet-d'Orb (Le)

1 630 hab. (Bousquetains),, 1 183 ha dont 640 de bois, commune du département de l'Hérault dans le canton de Lunas, au confluent de l'Orb et du Graveson, 14 km au nord de Bédarieux. Le bourg est né de l'extraction de charbon et d'une verrerie associée. La commune a été créée en 1844 sous le nom de Saint-Martin-d'Orb et a pris son nom actuel en 1881; elle a eu 2 400 hab. à cette date et, après un creux, est remontée à 2 500 hab. en 1931, hauteur conservée en 1962, avant une chute sensible. C'est que la verrerie a fermé en 1960, marquant le déclin industriel de la vallée, consacré par l'arrêt de l'extraction du charbon.

La bourgade conserve un éventail complet de commerces et de services, et des marchés, mais guère plus d'industrie; les principales entreprises actuelles sont une petite fabrique de plastiques et une de chaussures (coopérative Le Maillon); les Houillères et la Société de secours miniers ont encore quelque personnel, des galeries minières subsistent au sud et à l'ouest. Le château de la Verrerie est devenu maison de retraite et le seul employeur privé notable (55 sal.). En aval subsiste une cave coopérative, mais la surface exploitée en vigne est tombée à 60 ha. Un peu au nord du village, le château médiéval de Cazillac (12e s.) a deux tours carrées, une belle cour et des jardins en terrasses, où trône un vénérable cèdre du Liban. La population s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2009.