Canton de la Guerche-de-Bretagne

Guerche-de-Bretagne (La)

4 380 hab. (Guerchais), 1 153 ha, chef-lieu de canton d’Ille-et-Vilaine dans l’arrondissement de Rennes, 42 km à l’ESE de la préfecture. Le nom évoque un lieu fortifié, sur les marches de la Bretagne; la ville fut le siège d’une baronnie et a conservé des maisons anciennes et une collégiale des 13e-16ee s. C’est un gros marché local, en position de chef-lieu d’un espace de transition éloigné des villes les plus actives, là où se rejoignent les limites des départements de la Mayenne, de la Loire-Atlantique et de l’Ille-et-Vilaine. Le marché local aux porcelets serait le deuxième de France après Trie-sur-Baïse (Hautes-Pyrénées). La population communale a augmenté de 1954 (3 000 hab. sdc) à 1990 (4 100); elle atteignait les 5 000 en 1881 mais a perdu le territoire de Rannée en 1900. Elle s'est accrue de 140 hab. après 1999.

Elle offre un petit hôpital public (30 sal.), un collège public et un privé, un lycée technique rural privé avec section hôtelière, lié à l’IPSSA de Vitré, un hippodrome (Montboury); trois zones d’activités accueillent un gros atelier de viandes (Gâtine Viandes, filiale de la Vitréenne, 445 sal.), une fabrique de desserts et plats cuisinés (Traiteur de Paris, 160 sal. ) et quelques autres entreprises dont une imprimerie (Raynard, 95 sal.), une chaudronnerie SCO (Orhand, 50 sal.), une cartonnerie (L’Hexagone, emballages alvéolaires, 45 sal.), les bétons CGM (55 sal.); négoce de matériel de chantier Fobi (130 sal.), de matériaux Doineau (30 sal.) et de fournitures anti-incendie SDG (25 sal.) et un gros transporteur (Désert, 220 sal.); supermarché U (80 sal.), un Intermarché (30 sal.); travaux publics Plancon-Barlat (35 sal.) et Bonnier (20 sal.), constructions Rossard (40 sal.).

Le bourg est le siège de la communauté de communes du Pays Guerchais, qui associe 8 communes et 8 000 hab. (8 900 ha). Le Guerchais passe pour un ancien pays traditionnel, évalué à 690 km2 (36 000 hab.) en comptant le canton de Retiers et d’autres communes plus occidentales. Le canton de Guerche, limitrophe de la Loire-Atlantique et de la Mayenne, très étiré du nord au sud sur 28 km et traversé par la Seiche, a 12 100 hab. (10 900 en 1999), 12 communes, 20 349 ha dont 2 992 de bois; l’élevage laitier est l’activité dominante de la campagne. Au sud, la vaste forêt de La Guerche (près de 3 000 ha) a été exploitée pour les forges; on aurait compté dans les parages jusqu’à onze hauts fourneaux au 18e s., et plusieurs étangs des environs proviennent de cette ère.

La forêt est rattachée à la commune de Rannée (1 200 Rannéens, 5 195 ha dont 2 646 de bois), Radenez en breton, dont le bourg est à 2 km au SSO de La Guerche et qui est sortie de La Guerche en 1900. Au sud, le château de la Forêt (19e s.) est proche de l’étang des Roches (39 ha), qui lui-même est dans les limites de la petite commune méridionale de Chelun (330 hab., 1 125 ha), 13 km au sud de La Guerche tout près de la limite régionale; Chelun a gagné 70 hab. après 1999.

Côté nord, Moutiers (860 hab., ) est à 3 km au nord du chef-lieu; elle a gagné 180 hab. de 1999 à 2008; portes et fenêtres Aluvair (25 sal.), menuiserie Guiheneux (20 sal.). Visseiche (850 Visseichais, 1 603 ha) est sur la rive droite de la Seiche à 6 km au NO de La Guerche; on y a trouvé des restes gallo-romains, sur la voie d’Angers à Rennes. Visseiche a gagné 160 hab. de 1999 à 2008. À l’angle NO du canton, Moulins (660 Moulinois, 1 521 ha), qui en a gagné 90 dans le même temps, est au bord de la rivière de Quincampoix à 15 km NO de La Guerche et 7 km à l’ouest de Bais; la commune est classée au titre du «patrimoine rural de Bretagne»; château de Monbouan (18e-19e s.) au nord du bourg. Bais sert de village-centre à la partie nord du canton et à ses environs.


Bais

2 100 hab. (Baiséens), 3 518 ha, commune d’Ille-et-Vilaine dans la partie septentrionale du canton de La Guerche-de-Bretagne, 11 km au NNE du chef-lieu, dont elle est plutôt indépendante, ayant ses propres commerces et services; petites fabriques de cosmétiques (AG, 45 sal.) et plastiques (Od Plast, 25 sal.), travaux publics Renoux (45 sal.) et Godet (25 sal.); bar-dancing la Pergola (30 sal.). Le bourg est sur un rebord de plateau longé par la rivière de Quincampoix, affluent de droite de la Seiche. La population communale dépassait 3 500 hab. en 1820; elle a connu son minimum au cours des années 1980 et remonte légèrement depuis; elle s'est accrue de 130 hab. entre 1999 et 2008. Le nom est transcrit Baez en breton.