Canton de Liffré

Liffré

6 800 hab. (Liffréens), 6 686 ha dont 3 986 de bois, chef-lieu de canton d’Ille-et-Vilaine dans l’arrondissement de Rennes, à 17 km NE du centre de Rennes sur la N 12 et l’autoroute des estuaires (A 84). D’un côté la commune soigne son environnement, lequel comporte plusieurs étangs dans la vallée du Chevré, cours d’eau qui rejoint la Vilaine à Cesson, et surtout la vaste forêt domaniale de Rennes et celle de Liffré, qui font ensemble plus de 4 000 ha. Elle s’est dotée de nombreux équipements de sports et d’un festival du conte.

De l’autre côté, elle est devenue un point d’appui du développement industriel rennais, et compte 2 000 emplois, où se remarquent l’usine du japonais Canon, implantée en 1984 et qui occupe 700 personnes, fabriquant des consommables pour photocopieurs et imprimantes, et, comme spécialiste de l’injection plastique et du remplissage de contenants, des lecteurs (Archos) et même des enceintes (Cabasse) et des appareils de dermoabrasion Bioliss… Dans un tout autre domaine, sont deux usines de viandes de la Vitréenne d’abattage (220 sal., depuis 1980) et des salaisons Clermont (180 sal., depuis 1973, groupe Bernard).

Un gros magasin Super U emploie 120 salariés, un Intermarché 50. Le groupe Lidl a équipé une plate-forme de distribution et son siège régional sur 10 ha (120 sal.). En outre, Liffré accueille les espaces verts Jourdanière (65 sal.), la maçonnerie Gasnier (40 sal.), la plâtrerie Gaël Hervé (20 sal.), les travaux publics Audrain (25 sal.) et un négoce de matériaux Sab (20 sal.). Liffré a un collège public et un privé; la commune avait 3 000 hab. vers 1900, moins de 2 400 en 1950, mais sa population croît nettement depuis: 4 000 en 1975, 5 000 en 1986. Elle n'a toutefois gagné que 250 hab. entre 1999 et 2008. La communauté de communes du pays de Liffré se limite à 5 communes (14 700 hab., 40 600 ha) et siège à Liffré.

Le canton a 24 700 hab. (22 200 en 1999), 8 communes, 20 226 ha dont 5 726 de bois; proche au SO des portes de Rennes à Thorigné-Fouillard, il s’étend assez loin vers l’est, jusqu’à 30 km de la métropole. La Bouëxière domine le SE du canton. Saint-Sulpice-la-Forêt (1 440 Sulpiciens, 672 ha) est à 6 km à l’ouest de Liffré mais de l’autre côté de la forêt de Rennes et donne sur la vallée de l’Illet; elle abrite quelques restes de l’ancienne abbaye du Nid-aux-Merles; sa population totale s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2008.

Deux autres communes témoignent d'une croissance soutenue. Ercé-près-Liffré (1 830 Ercéens, 1 578 ha) est au nord et s’orne du beau château du Bordage (16e-17e s.); sa population s'est accrue de 440 hab. (+32%) entre 1999 et 2008. Livré-sur-Changeon (1 580 1 160 Livréens, 2 637 ha) tient l’extrémité orientale du canton à 15 km du chef-lieu et contient le menhir de la Roche piquée, à l’orée de la forêt de Liffré; sa population était simplement stable mais elle a augmenté de 420 hab. (+36%) entre 1999 et 2008.


Bouëxière (La)

3 900 hab. (Bouexiérais), 4 968 ha dont 1 516 de bois, commune d'Ille-et-Vilaine dans le canton de Liffré, 6 km au SE du chef-lieu (21 km ENE de Rennes); village fleuri (3 fleurs), plusieurs étangs et, au sud, la forêt de Chevré; centre médical privé de 110 employés, avec section spécialisée pour enfants; viandes Gesbert (25 sal.). La population augmente nettement depuis le minimum de 1962 (1 900 hab.); elle a encore gagné 380 hab. entre 1999 et 2008. Le nom de la commune vient du buis et se traduit donc Veuzid en breton.


Thorigné-Fouillard

7 300 hab. (Thoré-Folléens) dont 250 à part, 1 358 ha, commune d’Ille-et-Vilaine à l’extrémité méridionale du canton de Liffré, 8 km au NE du centre de Rennes, sur la N 12 et l’autoroute des estuaires (A 84). Elle a un hôpital psychiatrique (le Placis Vert, 230 places) et un planétarium; menuiserie Guérin (20 sal.); informatique Kereval (30 sal.); supermarché Carrefour (30 sal.); portage (Nord Portage Services, 60 sal.).

La commune a prolongé son ancien nom de Thorigné en 1920 pour se nommer Thorigné-sur-Vilaine, qu’elle a finalement troqué en 1984 pour Thorigné-Fouillard, ce qui n’est pas forcément mieux. Sa croissance a été spectaculaire: elle n’avait pas 400 hab. (sdc) en 1968, a franchi les 2 000 vers 1978, les 4 000 en 1984, les 5 000 en 1989. Elle a encore gagné 500 hab. entre 1999 et 2008, tout en restant esentiellement résidentielle.