Canton de Clairvaux-les-Lacs

Clairvaux-les-Lacs

1 530 hab. (Clairvaliens), 1 229 ha dont 468 de bois, chef-lieu de canton du Jura dans l’arrondissement de Lons-le-Saunier, 24 km au SE de la préfecture sur la N 78, à 540 m. Au bord du Drouvenant, petit affluent de l’Ain encaissé sur 15 km, la commune occupe un large plateau vers 530 m, dans lequel s’enfonce l’Ain au début du lac de Vouglans. Les deux lacs de Clairvaux (56 ha) sont juste au sud du village, dans une reculée entamant le second plateau. Le bourg a quelques commerces et services, un collège public; une tour de l'ancien château (15e s.), sites préhistoriques classés; supermarché Atac (25 sal.), deux hôtels, quatre campings (1 350 places) dont un de luxe (520 places).

Le nom de la commune a été allongé en 1930; elle avait alors un millier d’habitants. Le finage s’est agrandi en 1959 en fusionnant avec Soyria, au sud-ouest, qui n’avait guère qu’une trentaine d’habitants; la population n’a pas beaucoup changé depuis. Clairvaux est le siège de la communauté de communes du Pays des Lacs, qui rassemble 30 communes (5 900 hab.), et du pays des Lacs et de Petite Montagne, qui associe les trois communautés de communes du Pays des Lacs, d’Orgelet et de la Petite Montagne (15 600 hab.).

Le canton a 5 000 hab. (4 600 en 1999), 24 communes et 20 527 ha dont 8 365 de bois. Il a une réputation touristique due à ses nombreux plans d'eau, et s'est équipé d'assez nombreux campings et gîtes ruraux. Il se divise en deux parties. L’une, autour de Clairvaux, est un peu plus peuplée que l’autre, et enrichie par le grand lac de Vouglans. Pont-de-Poitte (670 Pontois, 702 ha), 4 km à l’ouest de Clairvaux à 440 m, est un centre de pêche, de visite et de sports nautiques au confluent de l’Ain et du Drouvenant, qui signale la tête du lac, marquée par le saut de la Saisse et les marmites de géant creusées par l’Ain; la commune accueille une fabrique d’emballages plastiques antistatiques (SJM Eurostat, 55 sal.) et les installations électriques Pernot (20 sal.), et offre un petit port de plaisance, un hôtel, un camping (230 places); elle fut d’abord Poitte, dont le hameau subsiste 1 km au sud du pont sur l’Ain, puis Pont-de-Poitte en 1887; sa population change peu mais a toutefois gagné 70 habitants entre 1999 et 2008.

Patornay (140 hab., 180 ha), juste à l'est de Pont-de-Poitte sur la rive gauche de l'Ain et au confluent du Drouvenant, a un atelier de boutons et boucles Brochot (30 sal.), et le site du Saut de la Saisse; un camping (260 places). Mesnois (210 hab., 1 147 ha dont 451 de bois), 2 km au nord de Pont-de-Poitte également sur la rive droite de l’Ain, est, à 460 m, au pied de la longue côte de l’Heute et des ruines d’un château de Beauregard (commune de Publy); un camping (200 places); elle a gagné 50 hab. depuis 1999. Cogna (260 hab., 620 ha dont 239 de bois), immédiatement au NE de Clairvaux à 540 m, a gagné 40 hab. dans le même temps.

Hautecour (180 hab., 519 ha dont 360 de bois), juste au SE de Clairvaux à 600 m, abrite un atelier de plastiques Persplex (Lucite, 30 sal.). Thoiria (160 hab., 1 224 ha dont 626 de bois), 5 km au sud de Clairvaux à 570 m, propose dans une ancienne fromagerie un musée de la Fruitière à comté; un petit camping (45 places). La Frasnée (40 Gangoniens, 319 ha dont 227 de bois, à 540 m), 7 km ESE de Clairvaux, s’isole au milieu des bois dans le fond de vallée du Drouvenant: le Creux de la Frasnée y est réputé comme reculée caractéristique, avec de jolies cascades; réserve biologique.

L’autre partie du canton, au nord, plus boisée, n’a que de très petites communes, mais bénéficie de sites connus. Charézier (160 hab., 926 ha dont 200 de bois), 6 km NNO de Clairvaux, a pour annexe au nord le hameau de Liefnans, lieu du barrage de Blye-Charézier sur l'Ain (1955), qui retient un lac de 56 ha; anciens méandres de l'Ain dans la plaine. Le lac de Chalain, à Fontenu (50 Roclins, 671 ha dont 241 de bois), 19 km NNE de Clairvaux à 620 m, occupe une reculée du second plateau du Jura, barrée par un cordon morainique; il mesure 230 ha, contient 44 Mm3 et a jusqu’à 32 m de profondeur; des palafittes ont été dégagés sur ses rives et se voient à Marigny (190 Gandouniers, 1 199 ha dont 307 de bois), juste au nord du lac vers l’aval, où la Pergola (35 sal.) gère un camping de luxe (400 places) et hôtellerie de loisirs; près de la moitié des logements sont des résidences secondaires.

Le lac de Chambly (27 ha) et le lac du Val (36 ha) occupent le fond de la vallée du Hérisson en aval des fameuses cascades, et relèvent de la commune de Doucier (320 Douceins, 1 252 ha dont 426 de bois), 13 km au nord de Clairvaux à 530 m; Doucier a gagné 50 hab. de 1999 à 2008; restauration Le Pic Vert (30 sal.), musée d'archéologie, deux campings (840 places dont un de luxe (720 places); une centaine de résidences secondaires. Le petit village de Ménétrux-en-Joux (50 Ménétriciens, 878 ha dont 600 de bois), 7 km au SE de Doucier à 670 m, dont le nom vient d’un ancien monastère, empiète un peu sur le lac du Val et offre une bonne base de départ pour les visites de ces lacs naturels et des cascades du Hérisson; ferme de l’Aurochs (élevage et restaurant), belvédère de la Dame Blanche, Maison des Cascades; un camping de 50 places, plus d'une moitié de résidences secondaires.

Tout au bout du canton, Le Frasnois (160 Frasnoisiens, 1 456 ha dont 1 059 de bois), 22 km au NE de Clairvaux et 19 km au sud de Champagnole, le plus haut village du canton (810 m), contient à haute altitude (748 m) le lac de Narlay (41 ha, 8 Mm3, jusqu’à 40 m de profondeur), qui semble lié à une dépression d’origine karstique; le lac du Vernois, plus petit (7 ha) et retenu derrière une moraine; et une partie des lacs de Maclu et d’Ilay; site botanique de Frasnois à la Fromagerie, près des cascades du Hérisson; un camping de 150 places, une moitié de résidences secondaires.