Canton de la Grand-Croix

Grand-Croix (La)

5 000 hab. (Grand-Croisiens), 405 ha, chef-lieu de canton du département de la Loire dans l'arrondissement de Saint-Étienne, 17 km au NE de la préfecture dans le sillon du Gier. La commune a été formée en 1862 à partir de Cellieu et Saint-Paul-en-Jarez, en raison de la croissance de l'habitat sur un site de charbonnages. Elle avait alors déjà plus de 3 000 hab.; sa population a culminé à 5 200 hab. (sdc) en 1968, puis un peu diminué; mais elle reste assez stable depuis 1990 (-17 hab. de 1999 à 2006…). Elle a un collège public et divers ateliers: de mécanique Tardy (70 sal.) et tôlerie Targe (50 sal.), de galvanisation Gaillard (25 sal.); moulinage Tissafil (30 sal.); viandes Bayle (25 sal.); traitement des eaux (Lyonnaise, 25 sal.); ingénierie Techniconcept (25 sal.).

Le canton a 23 400 hab., 10 communes, 9 989 ha dont 2 473 de bois; il est perpendiculaire à la vallée et monte au sud jusqu'au Pilat. L'Horme et Lorette flanquent La Grand-Croix dans la vallée, à laquelle s'associe Saint-Paul-en-Jarez, un peu au sud. La partie méridionale du canton, au flanc nord du mont Pilat, est occupée par le bassin du Dorlay, qui atteint le Gier entre La Grand-Croix et Lorette. Elle est divisée en deux communes. La Terrasse-sur-Dorlay (660 Dorlaisiens, 869 ha dont 350 de bois), 7 km au sud du chef-lieu à 430 m, propose un musée des tresses et lacets, ancienne spécialité du Jarez; barrage de 1972 et sports nautiques en amont du village, qui a gagné une cinquantaine d'habitants entre 1999 et 2005; le nom de la rivière a été ajouté en 1905. Le territoire de Doizieux (660 Doizerains, 2 807 ha dont 1 658 de bois), 3 km en amont à 640 m, va jusqu'aux crêts de la Perdrix (1 432 m et de l'Œillon (1 372), tous deux accessibles par route; la commune de La Terrasse en a été extraite en 1862. Doizieux a gagné 140 hab. de 1999 à 2006 (+21%); mais elle avait eu 2 700 hab. en 1851; sa population est descendue à 1 900 hab. en 1901, 1 200 après le départ de La Terrasse, et seulement 480 en 1975.

Au nord du Gier, le territoire cantonal s'élève dans les monts du Lyonnais, atteignant 817 m dans la commune de Cellieu (1 500 Cellieutaires, 1 211 ha), dont le village perché est construit en rond sur un promontoire à 520 m, 6 km au nord du chef-lieu (3 km à vol d'oiseau). Cellieu a exploité du charbon et des vignes, et se consacre à présent aux cerisiers, tant pour les fruits qu'en distillant du kirsch; sa population croît depuis le minimum de 1962 (730 hab.); elle avait atteint 1 100 hab. en 1886. Juste au nord de Cellieu, Chagnon (420 Chagnotaires, 248 ha), montre des traces et des tunnels de l'aqueduc gallo-romain du Gier; sa population n'était que de 230 hab. en 1975; elle a gagné une petite centaine d'habitants de 1999 à 2006.


Horme (L')

4 700 hab. (L'Hormois), 440 ha, commune du département de la Loire dans le canton de La Grand-Croix, juste en amont du chef-lieu au bord du Gier. La commune a été créée en 1905 à partir de Saint-Julien et Saint-Paul-en-Jarez. Elle avait alors 3 500 hab. et a continué à croître jusqu'en 1968 (5 100 hab.) mais a perdu 500 hab. ensuite. Elle a toutefois regagné 140 hab. de 1999 à 2004. La commune contient un échangeur autoroutier, et l'aérodrome de loisirs de Saint-Chamond-L'Horme sur la rive gauche du Gier, doté d'une piste gazonnée de 700 m et d'un aéroclub. La ville est restée fidèle à la métallurgie avec les usines Mavilor du groupe allemand Thyssenkrupp (450 sal.), qui fabriquent des vilebrequins pour automobiles; Setforge (Saint-Étienne Forge), forge et estampage qui travaille aussi pour l'automobile, en deux ateliers distincts (200 et 45 sal.); Pinguely Haulotte (300 sal.) qui fabrique des nacelles pour élévateurs; SAG (80 sal.) qui façonne des réservoirs métalliques; mécanique Pichon (30 sal.), matériels de travaux publics (Télescopelle, 30 sal.), matériel de forage Manuacier (30 sal.); recyclage de cartouches d'imprimantes CMB (45 sal.); travaux publics Cholton (110 sal.), plomberie Sabatier (30 sal.); transports de béton LMP (30 sal.); Intermarché (60 sal.) et Super-U (80 sal.), négoces de quincaillerie Acton (45 sal.), d'habillement Bimba (30 sal.).


Lorette

4 900 hab. (Lorettois), 341 ha, commune du département de la Loire dans le canton de La Grand-Croix, juste en aval au bord du Gier. C'est une petite ville à base industrielle ouverte: fabrique de matériel de travaux publics Famaro (150 sal., groupe Fayat), pâtes Lustucru (120 sal.), isolateurs électriques Unifrax (100 sal., états-unien), mécanique Comema (20 sal.); peinture et finition de bâtiments Erba (150 sal.), maçonnerie Montmartin (80 sal.); supermarché Champion (40 sal.). La commune a été créée en 1847 à partir de quatre voisines, avec 2 900 hab.; elle est passée à 4 500 en 1901 et a oscillé ensuite autour de ce niveau, atteignant un nouveau sommet à 5 000 habitants dans les années 1980.


Saint-Paul-en-Jarez

4 300 hab. (Sampoutaires), 1 998 ha dont 207 de bois, commune du département de la Loire dans le canton de La Grand-Croix, 2 km au sud du chef-lieu dans le sillon du Jarez à 420 m. Le village originel, qui fut fortifié, se tient un peu à l'écart du Gier et de son axe de circulation, mais participe pleinement à son activité, et y ajoute une boulangerie-viennoiserie industrielle Franca de 150 employés, du groupe BCS de Tarascon; produits laitiers France-Crème (Campina, 40 sal.), métallerie Desarmaux (20 sal.); espaces verts Landy (30 sal.). Le finage, traversé par la vallée encaissée du Dorlay, monte à 953 m à la Croix de Montvert sur les pentes septentrionales du Pilat. De son étendue sont sorties successivement, pour partie, les communes de Lorette, La Grand-Croix et L'Horme dont les habitats se concentrent dans la vallée du Gier. Aussi la population communale, d'un maximum de 4 400 hab. en 1841, était-elle descendue à 2 400 dans les années 1930; elle a augmenté ensuite jusqu'en 1990, mais diminue depuis (-130 hab. de 1999 à 2004).