Canton de Langeac

Langeac

4 100 hab. (Langeadois) dont 130 à part, 3 394 ha dont 1 294 de bois, chef-lieu de canton du département de la Haute-Loire dans l’arrondissement de Brioude, 32 km au SE, sur la rive gauche de l’Allier, à 500 m d’altitude. Le bourg est ancien, fut fortifié au 13e s. et doté de franchises au 15e s., puis de greniers à sel, qui soulignent son rôle d’échange avec le proche Languedoc. Langeac est devenu ensuite un port sur l’Allier, puis un petit centre ferroviaire, artisanal et minier, où l’on exploita de la houille et où l’on traita l’antimoine; en témoigne la Maison du Jacquemard (musées minéralogique, de la perle et de la dentelle). Il reste une mine de spath-fluor tout au sud de la commune (Marsanges).

De petits ateliers ont pris partiellement le relais, parmi lesquels se distinguent les Salaisons du Val d’Allier (40 sal.); supermarchés Simply (30 sal.) et Super U (50 sal.), peinture Brun (20 sal.). Langeac, «station verte de vacances», a été le siège du syndicat mixte et groupe d’action locale Espelidor, nom qui signifie en occitan berceau, lieu d’éclosion, auquel a succédé en partie le groupe Fleuves et Volcans; elle est aussi le siège de la communauté de communes du Langeadois (14 communes, 8 000 hab.). La ville a un collège public et un privé, un hôpital local de 25 lits; château d’Esplantas (13e, 16e et 18e s.). De 1870 à 1982 la ville a maintenu à peu près une population d’environ 4 500 hab. (sdc), haussée à 4 900 en 1968, mais elle a perdu ensuite 900 hab. en trente ans — et encore 130 hab. de 1999 à 2008.

Le canton a 7 700 hab., 11 communes, 22 017 ha dont 5 609 de bois; il est traversé du SE au NO par la vallée de l’Allier, encaissée en gorge au SE, et se partage entre les extrémités de la Margeride au SO, des Limagnes au nord, du Devès au SE. À Mazeyrat-d’Allier (1 500 hab., 4 495 ha) aux portes de Langeac côté nord, à 630 m mais déjà en plaine, usine de tubes et feuilles plastiques Recticel (groupe belge, 270 sal.) et de matelas Copirel (marque Bultex) au même groupe (90 sal.), plus une petite fabrique de palettes de bois Sofopal (groupe Gallien, 35 sal.); ces emplois font de la commune une exception en soutenant une croissance sensible depuis les 450 hab. de 1968; et Mazeyrat a encore gagné 280 hab. entre 1999 et 2008.

À Siaugues-Sainte-Marie (820 hab., 4 001 ha dont 637 de bois), 14 km à l’est de Langeac à 910 m, atelier de traitement de surfaces de 100 sal. (Diehl DPE); transports VVT Velay-Val d'Allier (35 sal.). La commune, jadis Siaugues-Saint-Romain, a changé de nom en 1974 en absorbant Sainte-Marie-des-Chazes, au sud-ouest dans les gorges de l’Allier; mais la population, qui était de 1 800 hab. en 1900, a encore diminué de 1975 (1 000 hab.) à 1999. Saint-Arcons-d’Allier (200 hab., 1 608 ha dont 432 de bois), 8 km au SE de Langeac à la sortie des gorges de l’Allier à 560 m, est une «petite cité de caractère» bien restaurée et propose un musée du fer blanc.

Chanteuges (430 hab., 1 633 ha dont 568 de bois) juste à côté à 540 m, et Pébrac (130 hab., 1 785 ha dont 806 de bois) à 6 km au sud-ouest de Saint-Arcons à 690 m, conservent des abbayes, notamment à Chanteuges qui servait de résidence d’été aux abbés de La Chaise-Dieu (cloître, stalles de l’église). Dans la même commune s’est installé en 2001 un centre de salmoniculture, présenté comme «le plus grand d’Europe», sous l’égide du syndicat mixte du Haut-Allier; il devrait permettre le repeuplement de l’Allier et d’autres cours d’eau. Saint-Julien-des-Chazes (80 hab.) est dans les gorges de l'Allier, 11 km au sud-est de Langeac; travaux publics Merle (60 sal.).