Canton de Lavoûte-Chilhac

Lavoûte-Chilhac

Highslide JS
Le plateau d’Ally: éoliennes et moulins

320 hab. (Lavoûtois), 361 ha, chef-lieu de canton du département de la Haute-Loire dans l'arrondissement de Brioude, 23 km au sud de la ville, sur la Loire à 470 m. Une ancienne abbaye, sur un lobe de méandre, a été reconstruite au 18e s.; elle est encadrée par les deux villages de Lavoûte et de Saint-Cirgues. On visite dans la commune des orgues et plates-formes de basalte, une maison-musée des Oiseaux; village de vacances VVF. La population, qui était de l'ordre de 800 hab. dans la première moitié du 19e siècle, a diminué jusqu'en 1975 (260 hab.), et repris très légèrement depuis. Le village, considéré comme «petite cité de caractère», est le siège de la communauté de communes de la Ribeyre, Chaliergue et Margeride (16 communes, 2 600 hab.).

Le canton a 2 300 hab., 13 communes, 18 444 ha dont 5 745 de bois; il est à la limite du département du Cantal dans le nord de la Margeride, traversé par la Ribeyre, nom que porte la vallée encaissée de l'Allier, en gorges côté nord. Des chantiers de fouilles et un musée de paléontologie sont à Chilhac (210 hab., 411 ha), juste à l'est et en amont du chef-lieu, à 570 m, où se voient de belles orgues basaltiques. Un peu en amont encore, dans la commune de Cerzat (200 hab., 1 041 ha, à 600 m), les falaises de Blot, qui dominent l'étroite vallée de l'Allier, ont révélé un site archéologique du périgordien au magdalénien; non loin, base de sports nautiques et hôpital-sanatorium. Côté aval, à Blassac (150 hab., 1 256 ha dont 345 de bois), 3 km au nord de Lavoûte à 520 m, un autre site archéologique a révélé des cailloux taillés sous une coulée de lave, datés de 2 millions d'années. Le site et le château de Saint-Ilpize (190 hab., 1 181 ha) sont à 8 km au nord du chef-lieu, à 450 m. À Saint-Privat-du-Dragon (180 hab., 2 166 ha dont 608 de bois), côté NE et dans le fossé de Brioude-Paulhaguet à 680 m, le château d'Alleret se tient au bord d'un vaste maar comblé dans un ancien cratère.

La partie occidentale du canton, sur le plateau vers 1 000 m, a été, autour d'Ally (180 hab., 3 113 ha dont 1 061 de bois), 11 km à l'ouest de Lavoûte à 965 m, un site de mines d'argent, antimoine et plomb jusqu'au début du 20e s.; deux sites miniers ont été équipés pour la visite. D'anciens moulins, dont 5 ont été restaurés, sont reliés par un circuit de randonnée et aménagés en gîtes et écomusée. En novembre 2005, la société canadienne Boralex a mis en service sur le plateau un ensemble de 26 éoliennes de 120 m de haut (mâts de 85 m, pales de 37 m) et 39 MW au total formant alors le plus grand parc éolien en France, susceptible d'assurer en théorie la consommation courante de 70 000 habitants. Néanmoins, Ally a eu plus de 800 hab. au 19e siècle et n'a cessé de se dépeupler; elle encore perdu 50 hab. (-22%) entre 1999 et 2008. Les éoliennes débordent sur la commune de Mercœur (130 hab., 2 751 ha dont 1 019 de bois), qui est au nord d'Ally à 870 m.