Canton de Châteaubriant

Châteaubriant

12 700 hab. (Castelbriantais) dont 620 à part, 3 362 ha, sous-préfecture de Loire-Atlantique, 60 km au nord de Nantes. La ville est traversée par la Chère, affluent de la Vilaine; elle marque depuis longtemps la limite entre la mouvance rennaise et la mouvance nantaise, dans une contrée de marche qui conserve quelques belles forêts. Créée à partir de Rennes au 11e siècle par un certain Brient pour marquer et protéger la limite du fief rennais, elle se trouve à présent paradoxalement dans le département nantais, et même dans l'autre région.

Elle fut à la tête d'une baronnie de la Mée et garde de son passé féodal un gros château complexe, associant un vénérable donjon, un Vieux château et un Château neuf renaissance orné d'une belle galerie; une église du 12e s., de l'ancien prieuré de Béré; porte du 16e s., maisons anciennes dont l'hôtel de la Houssaye (1769); un hippodrome. Un peu à l'est de la ville, la carrière de la Sablière garde le souvenir des 27 résistants fusillés par les Allemands le 22 octobre 1941; un camp de 4 000 détenus avait alors été installé par l'occupant.

La ville est un centre de service local de bon niveau, avec centre hospitalier de 140 lits et une clinique de 100 lits (130 emplois), trois collèges dont deux publics, quatre lycées dont deux publics et un lycée agricole privé, un centre d’aide par le travail, une maison familiale rurale. Elle a eu 4 000 hab. en 1851, 7 000 en 1900, 10 000 en 1960 et a culminé à 14 000 hab. (sdc) en 1982 mais a perdu 2 000 hab. depuis, et encore une centaine après 1999, sans que les communes voisines aient manifesté un réel effet de déversement; l’Insee limite l’unité urbaine de Châteaubriant à la commune. L’arrondissement a 121 400 hab. (102 400 en 1999), 10 cantons, 53 communes, 214 832 ha.

L’industrie associe des éléments anciens et des implantations récentes, après avoir été affectée par la fermeture de l’usine des tissages Prouvost, gros fournisseur de tissus d’ameublement. Le vétéran, qui est aussi le plus gros établissement, est l’usine des charrues Huard (360 sal.), passée en 1987 au groupe Kuhn, d’origine alsacienne puis intégré par le suisse Bucher. L'états-unien Medline-Cardinal Health (340 sal.) fabrique des trousses et champs opératoires. La fonderie Focast (FMGC, 80 sal.), qui date de 1856 et qui fut jadis une partie de Huard, est passée au groupe Pebeco en 2004.

Une branche de poids est celle des plastiques, avec Promoplast (130 sal., emballages publicitaires, groupe britannique Linplast), Novembal (100 sal., groupe Tetrapak), le thermoformage RBL (Rousseau-Bertrand-Leroy, 70 sal., plus une autre usine à 20 km, à Ercé-en-Lamée, Ille-et-Vilaine), Team-Plastiques (70 sal.), Auxence (35 sal., pochettes publicitaires). Quelques entreprises se consacrent à la métallurgie et à la mécanique: ABRF (wagons de chemin de fer, 160 sal.), SBMT (Brunet, chaudronnerie, 25 sal.), Precifil (id., 25 sal.). L’agro-alimentaire est représenté par l’usine de viandes reprise par la firme locale Viol (groupe Castel-Viandes, 290 sal.) après son incendie en 1999 et l’abandon du groupe Tendriade (Lactalis, ex-Bridel), replié sur Châteaubourg (Ille-et-Vilaine).

Dans les commerces et services se signalent les hypermarchés Leclerc (120 sal.) et U (120 sal.), les supermarchés Intermarché (60 sal.) et Carrefour (30 sal.), les magasins de bricolage Espace Émeraude (30 sal.) et Bricomarché (30 sal.); cabinets de gestion Baudot (30 sal.) et Ficamex (25 sal.), assurances Zéphir (45 sal.); autocars Keolis (90 sal.) et transports Malgogne (170 sal.) et Barbazanges (25 sal.); plusieurs entreprises de bâtiment dont la plâtrerie Sitha (40 sal.), travaux publics Sauvager (70 sal.); négoces de matériel agricole MAC (50 sal.); récupération de métaux Récup 44 (30 sal.)

Autour d'Huard, réussites et échecs

La société Huard a commencé à produire du matériel agricole en 1867: d'abord des batteuses et des pressoirs, puis des charrues à partir de 1899, des semoirs à partir de 1904; les charrues surtout firent sa renommée et sa fortune. Elle acheta en 1929 une fonderie voisine, mais la revendit en 1985, et passa finalement sous la coupe de l'Alsacien Kuhn en 1987, lui-même sous capitaux suisses depuis 1946 (Bucher-Guyer). La firme a maintenant pour nom Kuhn-Huard et a inauguré une usine moderne en 1999. Les actionnaires suisses, néanmoins, avaient envisagé de transférer la fabrication à Prague… En revanche, la fonderie, qui avait été cédée à deux anciens cadres sous le nom de Focast, a eu jusqu'à 320 salariés, puis 200, et n'a cessé de péricliter, faute notamment d'avoir su trouver des débouchés dans l'automobile; elle est tombée dans les filets du groupe Valfond (Union des banques suisses) qui n'a pas investi, et a failli disparaître en 2003; ce qui en reste, avec environ 80 salariés, a été repris en 2004 par le fondeur Pebeco de Port-Brillet (Mayenne), qui lui-même a 140 salariés.

Le canton a 16 400 hab. (16 000 en 1999), 4 communes, 16 863 ha; il est limitrophe de l'Ille-et-Vilaine et du Maine-et-Loire et proche de la Mayenne. Ruffigné (730 Ruffignolais, 3 363 ha dont 1 198 de bois), 11 km ONO de Châteaubriant, englobe la moitié de la forêt de Teillay; la commune a 220 hab. de plus qu'en 1999. Saint-Aubin-des Châteaux (1 620 Aubinois, 4 756 ha dont 272 de bois), 8 km à l'ouest de Châteaubriant, s'orne de plusieurs châteaux dont celui du Plessis (17e s. avec grand parc paysager); menhir de la Louëre et étang de Courbetière près de la ville. La commune a eu 2 500 hab. en 1896 et n'a cessé de se dépeupler jusqu'en 1999; mais elle a repris 290 hab., soit environ 10%, de 1999 à 2009. Soudan, à l'est du chef-lieu, a plus de 2 000 hab.

La communauté de communes du Castelbriantais groupe 19 communes, associant largement les cantons voisins (32 800 hab.); elle siège à Châteaubriant. Le pays de Châteaubriant associe à cette communauté de communes celles de Derval et de Nozay, et comprend aussi des communes d'Ille-et-Vilaine (Martigné-Ferchaud) et de Maine-et-Loire (Pouancé), du moins dans la version qui correspond à l'ancien programme européen Leader+ (35 communes et 56 300 hab.); dans la version monodépartementale, il réunit 33 communes et 50 400 hab., 1 153 km2.


Soudan

2 100 hab. (Soudanais), 5 382 ha, commune de la Loire-Atlantique dans le canton de Châteaubriant, 6 km ENE du chef-lieu. C’est un ancien site de forges; il en reste des ruines de haut fourneau près de l’étang de la Blisière à l’orée de la forêt de Juigné, et surtout une usine de la FMGC (Fonderie mécanique générale castelbriantaise, 310 sal.), passée au groupe Format de F. Guinot (holding Farinia), ancien patron de Valfond; métallerie Acco (30 sal.). Trois des huit éoliennes Enercon (18,4 MW ensemble) installéees en 2007 par la CNR sont au sud-ouest du finage, les autres sur le territoire d'Erbray. Soudan a eu 2 800 hab. en 1891, 1 800 en 1970; sa population est restée très stable depuis 1982.