Canton d'Aumont-Aubrac

Aumont-Aubrac

1 160 hab. (Aumonais), 2 653 ha dont 424 de bois, chef-lieu de canton de la Lozère dans l'arrondissement de Mende, 25 km au nord de Marvejols, à 1 040 m. Situé sur le tracé de l'ancienne via Agrippa, le village bénéficie de l'A 9 (échangeur) et d'une gare sur la ligne Béziers-Neussargues. «Station verte de vacances», il a des maisons anciennes et des restes de prieurés et accueille une institution d'insertion (50 sal.), de nombreux artisans, un village de vacances et quelque hébergement touristique, dont une hôtellerie réputée, où s'illustra Guy Prouhèze; au total, 5 hôtels (125 chambres), un camping de 100 places, 200 résidences secondaires (sur 750 logements); scierie Gaillard-Rondino (35 sal.), négoce de matériel agricole Hugon (30 sal.); travaux publics Delmas (Sacer, 35 sal.), hôtel Prunières (25 sal.). La population communale, qui avait atteint 1 360 hab. en 1911, se maintient à peu près au même niveau depuis les années 1920; elle s'est accrue de 90 hab. entre 1999 et 2009.

Le canton a 2 350 hab. (2 100 en 1975), 6 communes, 15 330 ha dont 2 976 de bois; il est drainé par de petits affluents de la Truyère, qui le frôle à l'est, et traversé du nord au sud par l'axe de circulation de l'Auvergne au Bas-Languedoc. Javols (350 Javolais, 3 121 ha dont 639 de bois), 9 km au SE du chef-lieu à 950 m, a des restes d'une cité gauloise, Anderitum («près du gué»), qui fut la capitale de la tribu des Gabales et devint Gabalum, d'où Javols; c'est de là que vient le nom du Gévaudan; salle d'exposition des découvertes, antenne du musée départemental; école forestière et maison familiale rurale forestière, festival de musique ancienne. La population communale a augmenté de plus de 10% entre 1999 et 2004. Saint-Sauveur-de-Peyre (280 Salvadorais, 2 761 ha dont 755 de bois), 9 km au sud d'Aumont-Aubrac à 1060 m, fut le site du château-fort local, qui était au roc de Peyre (1 179 m, panorama). La communauté de communes de la Terre de Peyre correspond au canton et siège à Aumont-Aubrac.