Canton du Pont-de-Montvert

Pont-de-Montvert (Le)

290 hab. (Montvertipontains ou Pontois), 9 025 ha dont 2 319 de bois, chef-lieu de canton de la Lozère dans l'arrondissement de Florac, 21 km ENE de Florac dans la vallée encaissée du Tarn, à 875 m. C'est un haut lieu du Refuge protestant; son entrée dans l'histoire date du 24 juillet 1702, quand un groupe de réformés poignarda l'abbé du Cayla, animateur de la répression contre les Camisards, et libéra ses prisonniers. Le village a des maisons anciennes (16e s.), un beau pont en dos d'âne sur le Tarn avec tour de péage (17e s.); l'écomusée du mont Lozère est dans la Maison du Parc, et dispose d'annexes au Mas de Camargue (ferme et sentier), à la ferme du Troubat et au sentier du Mas de la Barque. Au SO, le vieux château de Grizac (13e s. rénové au 19e) est le lieu de naissance de Guillaume de Grimoard, connu comme pape Urbain V (1310-1370), ce que rappelle une exposition.

Le finage communal va de l'échine du Bougès au sud (1 421 m) à celle du Lozère au nord, où elle atteint le sommet de Finiels (1 699 m) et le pic Cassini (1 680 m) entre lesquels une route vers Le Bleymard passe par le col de Finiels (1 541 m). Il inclut ainsi au nord les sources du Tarn et au NE la station de ski du Mas de la Barque, au sud la forêt domaniale de l'ombrée du Bougès. Créée en 1965 par des Gardois pour le ski alpin, elle a dû être réorientée vers le ski de fond (29 km de pistes). La commune a un hôtel, un camping (100 places) et 300 résidences secondaires sur 460 logements (deux tiers). Elle a eu 1 600 hab. au milieu du 19e siècle et s'est massivement dépeuplée depuis. Elle est le siège de la communauté de communes des Cévennes au Mont Lozère, qui réunit 5 communes (760 hab.).

Le canton a 1 300 hab., 6 communes, 24 086 ha dont 7 635 de bois; il est limitrophe du département du Gard. Fraissinet-de-Lozère (230 Fraissinetiens, 3 858 ha dont 775 de bois), 6 km au NNO du chef-lieu à 1 000 m, s'étend surtout sur la soulane du mont Lozère et s'arrête au sud au cours du Tarn; chaos et cascades à Runes, tout à l'ouest. Passé le col de la Croix Berthel (1 038 m), à l'est, Saint-Maurice-de-Ventalon (80 Saint-Mauriçais, 3 851 ha dont 1 998 de bois), 10 km SE du chef-lieu à près de 1 000 m, est sur le versant méditerranéen, aux sources du Luech; la commune monte sur l'ombrée du Bougès jusqu'au Ventalon (1 350 m) et a plus de résidences secondaires que de principales, comme d'ailleurs Fraissinet.

Plus bas, 20 km à l'est du Pont-de-Montvert toujours dans la vallée profonde du Luech, Vialas (490 Vialassiens dont 60 à part, 4 977 ha dont 1 327 de bois) disperse ses maisons sur des versants escarpés; le belvédère des Bouzèdes au nord du village (1 232 m) donne une vue étendue sur Génolhac et les Cévennes ardéchoises. La commune monte au nord jusqu'au mas de la Barque; elle compte un collège public avec internat, et 500 résidences secondaires sur 740 logements. Sa population avait nettement dépassé les 2 000 hab. au milieu du 19e siècle mais a repris un peu depuis le minimum de 300 hab. (sdc) en 1975.