Canton d'Avranches

Avranches

8 750 hab. (Avranchins) dont 570 à part, 450 ha, sous-préfecture du département de la Manche, tout au SO à 50 km de Saint-Lô. La ville est issue d'un ancien chef-lieu d'une tribu gauloise des Abrincates; leur nom, interprété comme «ceux des abers», semble établir une correspondance entre Avranches et abers, ce que confirme le site. Avranches occupe un promontoire à l'extrémité d'un plateau dominant le fond de l'estuaire de la Sée, d'où l'on aperçoit la baie du mont Saint-Michel, et plus au sud l'estuaire de la Sélune. Il subsiste des fortifications de l'ancienne citadelle, dominant une plate-forme avec panorama, et un beau jardin des plantes; l'hôtel de ville conserve des manuscrits de l'abbaye du Mont-Saint-Michel; un musée est consacré à l'ethnographie, et aux enluminures; un autre musée traite de la Seconde Guerre mondiale; le palais de justice est l'ancien palais épiscopal.

La ville est surtout un centre de commerces et de services (un lycée public et trois privés, des collèges, un centre hospitalier de 230 lits), une maison de retraite (25 sal.). Elle conserve un tribunal d'instance mais a perdu en 2011 son tribunal de grande instance, réuni à celui de Coutances. Elle a équipé deux zones d’activité, mais elle a peu d’usines; toutefois l’emploi industriel semble en voie de croissance. Le principal fabricant, de loin, est Chéreau (500 sal.), spécialiste de véhicules frigorifiques (4 000 par an, 150 M€) depuis 1952, qui a traversé une grave crise en 2002 pour cause de partage successoral et n’a dû son salut qu’à des prises de participation étrangères et à son passage dans le portefeuille de Trailer Holdling GmbH (Allemagne), lui-même en perdition en 2010; Chéreau a alors été racheté par sa direction (Alain Guermeur et trois autres cadres) et un fonds d'investissement, après plus de 100 licenciements; une partie des ateliers est à Val-Saint-Père, une autre à Ducey.

Avranches même héberge la fabrique des bandes magnétique Pyral (groupe allemand Emtec à BASF, 50 sal.), les emballages en bois Blanchet (45 sal.); menuiserie métallique VMA (25 sal.), cuisines MAE (25 sal.), plastiques B'Plast (20 sal.); dans l'alimentation, Bretonne des Plats cuisinés (SBPC, 35 sal.) et surgelés Eismann (25 sal.). Dans les travaux publics, installation de réseaux Sturno (120 sal.), peinture Guérin (40 sal.) et maçonnerie Prevosto (30 sal.), travaux publics Laîné (groupe Pigeon, 55 sal.), traitement des eaux STGS (70 sal.), collecte de déchets SNN (55 sal.) et Sphère (65 sal.). Avranches a aussi un Centre Ambulancier (65 sal.); magasin Carrefour (25 sal.) et Grand Bazar (Galeries, 25 sal.), négoce de matériel agricole Leroy (25 sal.), Crédit Mutuel (25 sal.), comptabilité Ad Valoris (35 sal.); travail temporaire Adecco (85 sal.).

Après être montée à 10 100 hab. en 1975 (sdc, contre 8 000 en 1954 et autant en 1886), la population d’Avranches a tendance à diminuer depuis, du fait de l’étroitesse du finage, cause d’exurbanisation: elle a perdu 480 hab. de 1999 à 2008, mais au total l’ensemble urbain continue de croître. Le maire est G. Huel, UMP, également député. La communauté de communes du canton d’Avranches correspond au canton. L’aire urbaine Insee est évaluée à 19 100 hab., ce qui paraît bien court pour une unité urbaine (agglomération) de 15 300 hab. L’arrondissement a 122 300 hab. (117 400 en 1999), 16 cantons, 159 communes, 176 249 ha. On évoque parfois un pays d’Avranches, ou Avranchin; il se distingue du Bocage normand par des horizons plus ouverts, et un bon dynamisme industriel ; par là, il se rapproche des campagnes rennaises.

Le canton d’Avranches a 19 300 hab. (18 100 en 1999), 16 communes, 9 190 ha dont 253 de bois. Il s’étend surtout vers l’est, entre Sée et Sélune. Sur la rive nord de l’estuaire de la Sée, Vains (790 Vainquais dont 45 à part, 858 ha) a un manoir du 16es. et aligne une série de maisons de rivage; la commune inclut la pointe du Grouin Sud, qui avance en baie du Mont-Saint-Michel, autour du petit hameau de Saint-Léonard qui conserve un ancien prieuré; maison familiale rurale, manoir du 16e au 18e s. à l'est vers Avranches. Vains a gagné 50 hab. de 199 à 2008.

Marcey-les-Grèves (1 270 hab., 673 ha), 3 km au NO d’Avranches, a une menuiserie (Batel, 30 sal.) et une entreprise de bâtiment (Leroux, 20 sal.), une plomberie (Roger-Doublet, 35 sal.); son nom s’est allongé en 1937; elle avait alors 770 hab. et sa population a crû jusqu’en 1990, puis a gagné 150 hab. de 1999 à 2008. Ponts (560 Pontois, 670 ha) est sur la rive droite de la Sée à 3 km NE d'Avranches et englobe le principal échangeur de l'A 84; matériel médico-chirurgical Cima (40 sal.), carrosserie de vans pour chevaux Theault (70 sal.), hippodrome. La commune a gagné 100 hab. de 1999 à 2008.

Le Val-Saint-Père (1 970 Val-Saint-Perrais, 1 120 ha) a suivi le même rythme; le village est au pied du plateau dans la plaine entre Sée et Sélune, dispose d’un long littoral au fond de la baie d’Avranches et accueille l’aérodrome (code LFRW, pistes en herbe de 750 et 500 m, aéroclub), la carrosserie Chéreau (260 sal.) et un centre commercial dont un magasin Decathlon (40 sal.). L'aérodrome a pour originalité d'être établi sur l'herbu de la Sée, submersible à marée haute. La commune a gagné 330 hab. de 1999 à 2008 (plus de 20%).

Saint-Senier-sous-Avranches (1 300 hab., 862 ha) est sur le plateau à l’est de la ville; outre une maison familiale rurale, la commune abrite la biscuiterie de la Baie du Mont-Saint-Michel aux célèbres galettes (170 sal.) et quelques autres entreprises: mobilier Houssard (55 sal.), plomberie Blouin (génie climatique, 35 sal.), négoce de droguerie Legrand-Cerbonney (50 sal.), routage de presse Lebouvier (40 sal.), viandes Bernard Roland (30 sal.); carrières de schiste Laîné (30 sal.). Sa population s'est accrue de 260 hab. (un quart) entre 1999 et 2008.

Saint-Martin-des-Champs, au SE d’Avranches, participe à la croissance de l'agglomération. À 8 km au sud d’Avranches, Pontaubault (480 Pontaubaltais, 194 ha) est au débouché de la Sélune, rive gauche, et y tient le premier pont, cumulant traversée ferroviaire et carrefours routiers sur la Voie de la Liberté (N 175 Rennes-Rouen) et frôlé par l’autoroute des estuaires (A 84), qui donne accès au Mont-Saint-Michel; aussi le village est-il un point de passage très fréquenté pour la visite du Mont; métallerie-carrosserie MTM (50 sal.), publicité Adrexo (30 sal.), un camping (70 places).


Saint-Martin-des-Champs

2 330 hab. (Saint-Maertinais), 649 ha, commune du département de la Manche dans le canton d’Avranches, 4 km au SE de la ville; polyclinique de la Baie (170 sal.), magasins Leclerc (170 sal.), Carrefour (160 sal.), Intermarché (30 sal.), Bricomarché (30 sal.) et Conforama (30 sal.), comptabilité Hamelin-Lecardonnel (20 sal.). La commune n’avait que 450 hab. en 1954; elle croît depuis (1 100 en 1975, 1 800 en 1990) et a gagné 180 hab. de 1999 à 2008.