Canton de Torigni-sur-Vire

Torigni-sur-Vire

2 470 hab. (Torignais), 301 ha, chef-lieu de canton du département de la Manche dans l’arrondissement de Saint-Lô, 13 km au SE de la préfecture. Le bourg n’est pas sur la Vire, mais à 4 km, dans un vallon affluent, et la commune ne touche même pas au fleuve, dont la sépare Condé-sur-Vire. La mairie occupe l’aile restante restaurée de l’ancien château classique, flanqué d’un parc à étangs; musée de sculptures animalières Arthur Le Duc, collège public. Les principaux ateliers sont ceux de la confection Sovena (Natiana, 45 sal.), des installations électriques Lafosse (35 sal.); transports VP (95 sal.); mais la commune a perdu sa laiterie-fromagerie. Torigni avait 1 800 hab. dans les années 1930, puis est montée à 2 900 en 1982 et s’est un peu dépeuplée ensuite; elle a perdu 160 hab. de 1999 à 2008.

Le canton a 12 500 hab. (11 700 en 1999), 15 communes, 15 434 ha dont 457 de bois; limitrophe du Calvados, il s’étend à l’est de la vallée de la Vire. À l’extrême sud passe l’autoroute des estuaires, qui a un échangeur à Guilberville (950 Guilbervillais, 2 215 ha dont 200 de bois), 6 km SSE de Torigni, donnant accès à Torigni, Condé-sur-Vire et Saint-Lô. Guilberville a reçu en 2008 un parc de 4 éoliennes (8 MW) dit Hamel au Brun; vérandas Blavait (30 sal.), maçonnerie Lebosquain (20 sal.), Frigo-Transports (50 sal.). La population de la commune s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2008.

À Giéville (660 Glévillais, 1 033 ha), 3 km au sud de Torigni, qui a gagné 60 hab. dans le même temps, sont les transports Mesnil-Bas (30 sal.). Au nord du canton, Saint-Jean-des-Baisants (1 190 Saint-Jeannais, 1 337 ha), à 11 km ESE de Saint-Lô, se tient sur une forte colline, et a gagné 180 hab. après 1999; atelier des meubles Hervieu (20 sal.), menuiserie Meslin (20 sal.). Juste en dessous côté sud, Précorbin (520 Précorbiniens, 721 ha) accueille les travaux publics Grente (45 sal.). Toutes les communes font partie de la communauté de communes de Torigni-sur-Vire, qui siège au chef-lieu.


Condé-sur-Vire

3 390 hab. (Condéens), 2 485 ha, commune du département de la Manche dans le canton de Torigni-sur-Vire, 5 km au NO du chef-lieu et 8 km SSE de Saint-Lô, sur la rive droite de la Vire. C’est un gros centre d’industrie laitière, où travaillent un millier de personnes; il juxtaposait les grosses installations d’Elle et Vire (créée en 1945 et dont l’usine est de 1950) et de l’Union laitière normande. Après la crise de cette dernière, le groupe Bongrain a repris la marque et la plus grande partie des activités, au prix de redéploiements et suppressions d’emplois.

Il reste à Condé, sous la houlette de la CLE (Compagnie laitière européenne), qui y a son siège, quelque 530 personnes dans la fabrication de beurres (Elvir), à quoi s’ajoutent la Compagnie Laitière Food Service (230 sal., produits laitiers), Armor Protéines (210 sal., autres produits laitiers) et ses filiales Compagnie Laitière Normandie-Bretagne (30 sal., lactosérum) et Sofivo (50 sal., alimentation du bétail), la Compagnie laitière de Derval (90 sal., produits frais), la Compagnie laitière européenne de poroduction (30 sal., négoce de crèmerie), plus la Sogeps (110 sal.) pour la gestion, toutes branches de Bongrain.

De son côté, la coopérative Elle et Vire, spécialisée dans les fromages, affiche 125 salariés; elle y ajoute le traitement des pommes et la cidrerie du Val de Vire (35 sal.). Une autre cidrerie, Dujardin, emploie 55 sal. La commune a aussi une fabrique de filtres (Guérin, 65 sal.), une chaudronnerie (Team, 80 sal.); installations électriques Lafosse (40 sal.) et travaux publics Boutte (40 sal.), transports Ducros (30 sal.); Institut rural d’éducation et d’orientation, centre d’aide par le travail.

Au sud de la ville on visite les rochers de Ham, au pied desquels la Vire encaisse ses méandres. La commune avait plus de 2 000 hab. au début du 19e s.; descendue à moins de 1 400 dans les années 1930, sa population est remontée après la guerre et a culminé en 1982; après un palier, elle a augmenté de 300 hab. entre 1999 et 2008.


Saint-Amand

2 270 hab. (Saint-Amandais), 2 920 ha, commune du département de la Manche dans le canton de Torigni-sur-Vire, 1 km à l’est de Torigni. Elle abrite une grosse fabrique de cartonnages Otor (210 sal.); transports Ebrex (80 sal.), carrosserie Lebrun (25 sal.), maçonnerie Desmeulles (20 sal.), supermarché Carrefour (65 sal.). La commune s’est agrandie en 1973 en fusionnant avec La Chapelle-du-Fest au NO et Saint-Symphorien-les-Buttes au SE; sa population croît depuis et a gagné 240 hab. entre 1999 et 2008. La commune a reçu en 2010 deux fois trois éoliennes (13,8 MW au total) au lieu-dit les Hauts Vents à l'est du finage.