Canton de Fismes

Fismes

5 400 hab. (Fismois), 1 675 ha dont 269 de bois, chef-lieu de canton du département de la Marne dans l'arrondissement de Reims, 23 km à l'ouest de Reims dans la vallée de la Vesle, au confluent de l'Ardre et à la limite du département. Son nom évoque d'ailleurs une limite: il s'est nommé Fines et même Fines Suessonium au 3e s., c'est-à-dire «à la limite des Soissonnais» (Suessiones), tribu gauloise voisine des Rèmes, ce qui marque bien son rôle de site de frontière et de relais, confirmé plus tard entre Neustrie et Austrasie. Ce relais, château comtal au 13e s., était compté comme la «quatrième couchée» à partir de Paris sur la route de Reims: les rois de France y passaient la nuit avant d'arriver à Reims pour le sacre. Une abbaye y fut établie.

Il reste quelques traces des fortifications, et une église classée, mais Fismes a été largement détruit en 1918. Le noyau ancien, sur la N 31, occupe une éminence au pied du versant de rive gauche de la vallée. Fismes dispose de tous les commerces et services d'un bourg, de deux collèges dont un privé; petit hôpital local; deux communautés religieuses; une salle de spectacles. À Fismes est né en 1927 le dessinateur Uderzo.

L’emploi industriel, réduit depuis dix ans, reste fidèle à une base métallurgique ancienne: radiateurs électriques Campa (150 sal.), tréfilerie et grilages Gantois (75 sal.), mécanique agricole MDSA (25 sal.; transports Transfim (30 sal.), supermarchés Carrefour (55 sal.) et Intermarché (35 sal.), travail temporaire Adecco (30 sal.); la sucrerie a fermé, ainsi qu'en 2010 la source des Grands Bois (groupe Cristaline). La population communale est longtemps restée vers 3 300 hab., puis a augmenté à partir de 1965 surtout, dépassant 5 000 hab. en 1988; elle est restée stable après 1999. La commune est le siège d'une communauté de communes dite des Deux Vallées du canton de Fismes (9 communes, 9 500 hab.).

Le canton a 14 800 hab. (14 000 en 1999), 24 communes et 20 119 ha; limitrophe du département de l'Aisne, il s'étend dans les collines du Tardenois, de part et d'autre de la vallée de la Vesle. À l'est, les collines s'élèvent dans le massif boisé de Saint-Thierry, qui monte à 215 m, et d'où descend vers l'ouest le vallon du Bouvancourt; Ventelay (280 hab., 1 474 ha), 11 km au NE de Fismes dans un site de «cuve», y a gagné 60 hab. entre 1999 et 2008.

Tout à l'est, Hermonville (1 340 Hérémondois, 1 330 ha dont 346 de bois) est dans une grande «cuve» de la côte d’Île-de-France juste au nord de ce massif, au NO de Reims (14 km); elle y cultive 102 ha de vignes AOC; château, église classée du 12e s., maison de retraite (20 sal.), monastère. Hermonville est le siège de la communauté de communes des Deux Coteaux (3 communes, 2 600 hab.) et a gagné 90 hab. de 1999 à 2008. Trigny (560 Trignassiens, 1 221 ha dont 437 de bois), 13 km ONO de Reims sur le versant sud du massif de Saint-Thierry, cultive 185 ha de vignes de champagne (coopérative).

Au pied dans la vallée de la Vesle, Jonchery-sur-Vesle a atteint 2 000 hab. Sa voisine Prouilly (570 Prouillousiens., 1 019 ha dont 282 de bois), 3 km au NE dans le massif de Saint-Thierry, cultive 130 ha de vignes AOC et a une coopérative; transports Larue (20 sal.); elle est le siège de la communauté de communes Ardre et Vesle (11 communes, 3 000 hab.). Face à Jonchery mais de l’autre côté de la Vesle, Vandeuil (200 Vandoliens, 535 ha dont 34 de vignes AOC) s’orne du château d’Igny et a reçu en 2004 une fabrique d’allergènes Alk-Abelio (85 sal.).

Un peu au sud de Fismes à 3 km dans la vallée de l’Ardre, Saint-Gilles (260 Saint-Gillois., 637 ha) a gagné 90 hab. entre 1999 et 2008, soit plus d'une moitié… Tout au sud du canton à 9 km au sud de Fismes), Arcis-le-Ponsart (270 hab., 1 543 ha dont 506 de bois) a une église et un château classés, et des restes de l’abbaye d’Igny, où des religieuses trappistes vendent des confiseries («bouchons de champagne» au marc); quelques vignes AOC (19 ha); la population est restée stable entre 1999 et 2008.


Jonchery-sur-Vesle

2 000 hab. (Joncaviduliens), 320 ha, commune de la Marne dans le canton de Fismes, à mi-chemin de Reims et de Fismes dans la vallée encaissée de la Vesle. Elle a servi de relais entre les deux villes, et a eu des foires, mais est en pratique devenue une banlieue de Reims. Elle a des halles du 16e s., une église gothique du 13e s.; gros silos et distillerie, plusieurs artisans; parc municipal et parc de loisirs avec centre aéré; centre d’apprentissage et foyer rural; centre pour handicapés et d’aide par le travail; un petit centre Leclerc (20 sal.), travaux publics Ramery (25 sal.). La population de Jonchery a nettement augmenté à partir de 1965 (750 hab.); elle a gagné 140 hab. entre 1999 et 2008.