Canton de Fresnes-en-Woëvre

Fresnes-en-Woëvre

790 hab. (Fresnois), 908 ha, chef-lieu de canton du département de la Meuse dans l’arrondissement de Verdun, 21 km ESE de Verdun sur la route de Pont-à-Mousson; un collège public, base de loisirs du Col Vert au bord d'un étang. La commune a eu 1 100 hab. dans les anénes 1830, et sa population était descendue à 480 en 1954; elle a augmenté un peu ensuite et a gagné 130 hab. de 1999 à 2008. La communauté de communes du canton de Fresnes-en-Woëvre correspond exactement au canton et siège au chef-lieu.

Le canton a 5 000 hab. (4 400 en 1999), 32 communes, 25 675 ha dont 6 704 de bois; il est limitrophe de la Meurthe-et-Moselle et, à l’ouest, occupe une partie des Hauts de Meuse. Il est traversé au nord par l’autoroute de l’Est et par la Voie de la Liberté. Le plateau y est divisé par la vallée du Longeau, qui dédouble localement la côte de Meuse, puis traverse la Woëvre d’ouest en est avant de confluer avec l’Orne à Jarny. Dans cette haute vallée du Longeau, étroite et encaissée, Les Éparges (80 hab., 952 ha dont 642 de bois), qui ont connu près de 400 hab. vers 1830, sont l’une des communes dont le nom est le plus lourdement chargé du souvenir de massacres, et le village est entouré de nécropoles nationales et de plusieurs monuments commémoratifs.

Une petite route, la Tranchée de Calonne, longe tout le plateau du NO au SE. Au pied de la côte au débouché du Longeau, Bonzée (370 Bonzéens., 2 114 ha dont 958 de bois), 3 km à l’ouest du chef-lieu, comporte quatre villages: elle a fusionné avec deux communes voisines en 1977, Mesnil-sous-les-Côtes et Mont-Villers (nécropole nationale), celle-ci déjà associée depuis 1965 à Villers-sous-Bonchamp; vers Fresnes, l’étang du Col Vert est équipé d’une base de loisirs et la commune fait partie du Parc régional de Lorraine; elle offre un centre permanent d’initiative pour l’environnement.

Il en est de même d’Hannonville-sous-les-Côtes (630 hab., 1 571 ha dont 764 de bois), 7 km SSE de Fresnes, dont le long territoire court sur le plateau jusqu’au-delà de la source du Longeau et de la Tranchée de Calonne dans la forêt domaniale de la Montagne, et qui propose un écomusée des arts et traditions rurales, ainsi qu’un domaine de loisirs à la source du Longeau, où s’encaisse un étang; clinique (10 lits); la population s'est accrue de 90 hab. depuis 1999. Plus au nord mais également au pied de la côte de Meuse, Haudiomont (230 hab., 930 ha dont 273 de bois) est au débouché de l'A 4 et de la Voie de la Liberté, et a sur le plateau, à l'ouest, une aire de service d'autoroute, dite de Verdun-Saint-Nicolas, avec restauration Arche (55 sal.) du groupe Elior.

À Ville-en-Woëvre (140 hab., 1 418 ha dont 639 de bois), 4 km au nord de Fresnes, sont un échangeur de l’autoroute de l’Est (A 4) et les châteaux d’Hannoncelles (16e-17e et 20e s.) et de Brandecourt (17e, très abîmé en 1914-1918). Hennemont (130 hab., 1 082 ha), 3 km à l’est de la précédente, a une aire de repos sur l’A 4. Pareid (120 Pareidois, 708 ha), 8 km ENE du chef-lieu, conserve une église classée du 13e s. et Maizeray (40 Mazerains, 387 ha), 4 km à l'est de Fresnes, un cimetière militaire allemand. Woël (180 hab., 1 321 ha), à l'extrême sud-est du canton, 11 km au SE du chef-lieu, a une petite église classée, en partie du 12e s.