Canton de Stenay

Stenay

2 900 hab. (Stenaisiens) dont 120 à part, 2 716 ha dont 231 de bois, chef-lieu de canton du département de la Meuse dans l’arrondissement de Verdun, 43 km au NNO de celle-ci, sur la rive droite de la Meuse. Elle fut la gallo-romaine Satanacum et devint une place forte, dont il reste peu de chose, sinon un plan en demi-cercle; quelques éléments de remparts, maisons à porche des 17e-18e s.; musée du pays de Stenay, musée européen de la bière; un collège et un lycée publics, maison familiale rurale; port de plaisance du canal de l’Est. La ville a pour annexe au nord le petit village de Cervizy. Le finage est peu étendu sur la rive gauche de la Meuse dans la plaine, et bien plus vers l'est sur le plateau, dans un vallon duquel se cache le château de Bronelle.

Stenay conserve une papeterie Sibille au groupe Ahlstrom (210 sal.), mais a perdu en 2005 sa dernière fonderie d’acier des Fonderies d’acier de Lorraine, devenue LFE-La Fusion électrique et qui était descendue à 50 salariés; maçonnerie Pezzi (25 sal.), négoce de matériel agricole Bréda (John Deere, 60 sal.), transports Solotra (50 sal., groupe de Terville en Meurthe-et-Moselle) et autocars Meunier (20 sal.), deux Intermarché (65 et 45 sal.) et un Bricomarché (20 sal.). Au nord-est sur le plateau, la Haie au Vent a reçu un parc de 5 éoliennes (10 MW) en 2007 (à l'espagnol Iberdrola). La population communale décroît sensiblement depuis 1968, où elle avait atteint 4 100 hab. (sdc); elle avait dépassé 4 000 hab. à plusieurs reprises entre 1896 et 1936; elle a diminué de 230 hab. entre 1999 et 2008. Les 19 communes du canton forment la communauté de communes du pays de Stenay, qui siège au chef-lieu.

Le canton a 6 100 hab., 19 communes, 20 800 ha dont 6 910 de bois; il est bordé au nord et à l’ouest par le département des Ardennes, et traversé par la large vallée à méandres de la Meuse, que suivent le canal de l’Est, la route et une ancienne voie ferrée qu’emprunte en saison un train touristique. Mouzay (750 Mouzayons, 3 575 ha dont 1 618 de bois), 4 km au SE de Stenay, est dans la vallée, au bord du canal de l’Est; la commune englobe au SE une large part de la forêt de Woëvre; château de Charmois (1615) au SE du village, château de 1870 près du village; Mouzay a eu 1 860 hab. en 1831 et se dépeuple depuis.

Baâlon (270 hab., 1 476 ha dont 618 de bois), 3 km à l’est de Stenay, a des restes gallo-romains et occupe une bonne part de la forêt du Chênois. Laneuville-sur-Meuse (430 hab., 2 282 ha dont 1 707 de bois), face à Stenay à 2 km de l’autre côté de la Meuse, se tient dans un grand méandre abandonné de la Meuse (rive gauche) et atteint à l’ouest la limite de la région dans la forêt de Dieulet, à 8 km du village.

Au sud-ouest, Halles-sous-les-Côtes (160 hab., 551 ha dont 207 de bois) est au pied du talus de la puissante côte de Meuse et conserve d’anciennes maisons de vignerons; elle a gagné 40 hab. depuis 1999. Beaufort-en-Argonne (160 hab., 1 109 ha dont 314 de bois) occupe au bord de la Wiseppe, affluent de la Meuse, une clairière entourée par la forêt de Dieulet et a une grotte à pèlerinages. Chacune des deux communes a eu 700 hab. dans la première moitié du 19e s. Leurs noms ont été complétés en 1922, comme celui de Martincourt-sur-Meuse (70 hab., 596 ha), 5 km NNO de Stenay sur la rive droite et le canal de l’Est, dont le village fut détruit en 1940 mais n’avait alors que 80 hab., contre 220 en 1851; église moderne de 1957.

Pouilly-sur-Meuse (210 hab., 1 183 ha dont 238 de bois), 11 km au NO de Stenay sur la rive droite, est à l’extrémité d’un lobe de méandre; le village est à l’entrée des Ardennes et son territoire monte en face, au sud, sur le puissant éperon de méandre que couronne la forêt de Jaunay; l’ancienne grange monastique d’Orval subsiste dans la plaine; Pouilly, devenu «sur Meuse» en 1922 comme ses voisines, avait 800 hab. en 1841. L’angle nord-est du canton est traversé par la vallée de la Chiers et la voie ferrée de Valenciennes à Thionville. Nepvant (60 hab., 515 ha) y occupe le cirque d’un méandre abandonné.