Canton de Port-Louis

Port-Louis

3 000 hab. (Port-Louisiens), 107 ha, chef-lieu de canton du Morbihan dans l'arrondissement de Lorient, à l'embouchure du Blavet sur la rive gauche, au SE de Lorient. Une première place forte fut établie au lieu-dit Blavet, jadis Locperan, qui dépendait de Riantec; c'était pour commander l'entrée de la ria, entre 1590 et 1598, et ce fut par les Espagnols, qui édifièrent le fort de l'Aigle. Louis XIII reprit l'idée et le lieu, fit construire citadelle et ville close (1600-1622) et la proclama ville royale, sous son propre nom, en 1618. Les remparts actuels, qui sont du milieu du 17e s., occupent 1 200 m sur le front de mer. La ville a accueilli en 1666 la Compagnie des Indes orientales, mais celle-ci a traversé l'estuaire peu après pour fonder Lorient. Port-Louis conservait une fonction militaire et a même été dotée en 1752 de la Grande Poudrière. Mais elle n'a pas résisté à la concurrence de Lorient et elle a périclité.

Elle mise aujourd'hui sur la visite des remparts, du jardin de la Marine et des quatre musées de la citadelle: musée de la Compagnie des Indes, musée national de la Marine avec collection d'armes dans la Poudrière, conservatoire des bateaux, maquettes de navires; plus une grande plage, complétée par des ports de plaisance (450 places à ponton) et de pêche (la Pointe et Locmalo). Port-Louis a un centre hospitalier de 200 salariés, un collège privé, un lycée professionnel public; un hôtel, un camping, 320 résidences secondaires formant 17% du parc de logements. Sa population était montée jusqu’à 4 100 hab. en 1962, et n’a cessé de décliner jusqu'en 1999, puis a repris une centaine d'habitants récemment.

Le canton a 28 500 hab. (25 000 en 1999), 9 communes, 13 719 ha dont 2 201 de bois; il s'étend jusqu'à la ria de l'Étel, englobant les grandes communes de Riantec et Plouhinec (Morbihan) au sud, Locmiquélic, Merlevenez, Kervignac au nord-ouest. Au-delà de la baie de Locmalo, dite aussi petite mer de Gâvres, Port-Louis est relayé côté océan par Gâvres (790 Gâvrais, 188 ha), campée sur son rocher au bout du long cordon sableux qui va jusqu'à la presqu'île de Quiberon; la commune, dont le nom évoquerait les chèvres, a été formée en 1867 à partir de Riantec par trois villages de pêcheurs; elle a eu des marais salants et des conserveries de poissons; elle abrite le Groupe d'essais et de recherches balistiques des armes et munitions (Gerbam) qui dispose du champ de tir de la côte, étendu jusqu'à la presqu'île de Quiberon, polygone de la Marine établi au 19e s. et qui contraint tout le littoral. Ses 420 résidences secondaires constituent presque la moitié du parc de logements; deux campings (400 places). La population communale diminue depuis 1950-1960 (1 200 hab.); elle a encore perdu 110 hab. entre 1999 et 2008.

Au nord et à l'est du canton, un petit plus loin de Lorient que les autres communes, sont Nostang (1 320 Nostangais, 1 571 ha), qui a un gros village de gîtes et de vacances et accueille les transports Boissel (75 sal.) et Gautier (STG, 40 sal.), et Sainte-Hélène (1 120 Hélénois, 808 ha), bordée à l'est par la ria de l'Étel, où elle a une base nautique et des fermes ostréicoles; la population de Nostang a augmenté de 220 hab. entre 1999 et 2008, celle de Sainte-Hélène de 190, soit d'environ 20% dans les deux cas. La limite septentrionale du canton suit à peu près le couloir de circulation de Lorient à Vannes. Si Port-Louis fait partie de la Communauté d’agglomération de Lorient, cinq communes ont créé la communauté de communes de Blavet-Bellevue-Océan, de Plouhinec à Kervignac (15 200 hab.).


Kervignac

5 600 hab. (Kervignacois) dont 170 à part, 3 956 ha, commune du Morbihan dans le canton de Port-Louis, 10 km ENE de Lorient, à hauteur du premier pont sur le Blavet ou pont du Bonhomme, liant Kervignac à Lanester. Il fut décrit comme plebs Venecca au 12e s. Le bourg a été entièrement détruit lors des bombardements de la poche de Lorient (1944-1945); la reconstruction a doté son église de beaux vitraux modernes. Traversée par la voie ferrée, pourvue de l'échangeur entre la N 165 de Lorient à Nantes et la N 24 Lorient-Rennes, la commune abrite un lycée professionnel rural privé Ker Anna (350 élèves) et dispose d'un pont sur le Blavet au sud-ouest au quartier du Bonhomme, un autre au nord-ouest à Locoyarn; étang de Coëtrivas à l'est.

Elle a aménagé 5 zones d'activités groupant 700 emplois; elle accueille ainsi une ingénierie et fabrique d'électronique (Roux, 110 et 50 sal.), de l’agro-alimentaire avec la grosse usine des conserves de poisson Cité Marine du groupe japonais Nissui (350 sal.), la conserverie de viandes Figedis (45 sal.) et Armor Plats cuisinés (35 sal.); olus un atelier d'aménagement de magasins Angle Rond (20 sal.), d'isolation LCI (20 sal.), les travaux publics Eurovia (175 sal.) et Rohou (45 sal.), les transports Malherbe (30 sal.); hôtellerie au château de Locguénolé (20 sal.) au bord du Blavet, cimetière de bateaux dans le Blavet. La population communale était de 2 100 hab. dans les années 1960 et croît depuis; elle a 1 300 hab. de plus en 2008 qu'en 1999.


Locmiquélic

4 260 hab. (Locmiquélicains), 358 ha, commune du Morbihan dans le canton de Port-Louis, 4 km au nord du chef-lieu, juste face à Lorient sur la rive gauche de l’estuaire du Blavet. La commune a été détachée de Riantec en 1919; elle avait alors 3 800 hab., est montée jusqu’à 4 500 en 1968 et a un peu régressé depuis, puis a repris 260 hab. entre 1999 et 2008. Elle a un port de pêche et fête la langoustine, ainsi qu’un port de plaisance triple, offrant près de 600 places à ponton et un chantier naval (Bernard, 25 sal.). Toutefois, la commune a peu de résidences secondaires et un seul camping, de 50 places. Le bourg est prolongé par la pittoresque presqu’île de Pen Mané, qui avance face au port de Kergroise et qui porte un fortin chargé de défendre Lorient, devenu station de radio de la Marine.


Merlevenez

3 030 hab. (Merlevenéziens), 1 767 ha dont 353 de bois, commune du Morbihan dans le canton de Port-Louis, 11 km au NE du chef-lieu et 12 km à l’est du centre de Lorient par Lanester; le nom vient sans doute de Brélevenez, c’est-à-dire Montjoie, dénomination propre aux templiers, et donne Brelevenez en breton; église romane du 12e s. à deux portails, fontaine ancienne. La commune associe habitat de banlieue et élevages de porcs. Sa population était de 1 100 hab. en 1954 et augmente depuis; elle s'est même accrue de près de 700 hab. entre 1999 et 2008 (+30%). Son finage n’atteint ni la côte ni le Blavet, mais inclut au nord-est l’étang de Rodes (14 ha) juste à la porte de Nostang. Merlevenez est le siège de la communauté de communes du Blavet-Bellevue-Océan, qui réunit 5 communes du même canton, 15 200 hab., 11 700 ha.


Plouhinec (Morbihan)

000 hab. (Plouhinécois), 3 558 ha dont 499 de bois, commune du Morbihan dans le canton de Port-Louis, 9 km ESE du chef-lieu, 7 km au NO d’Étel. Son territoire s’appuie à l’est sur la ria d’Étel et au sud sur le littoral sableux et rocheux occupé par le polygone de tir de Gâvres; elle a du côté ouest un débouché sur la petite mer de Gâvres; un alignement mégalithique au sud du bourg. Ostréiculture dans la ria d’Étel, fabrique d'emballages plastiques MT Packaging (310 sal.), transformation de légumes Délivert (35 sal.), chantier naval; constructions Modicom 2 (65 sal.), HD (40 sal.) et du Val d'Oust (35 sal.), couverture P. Moreau (25 sal.); transports de la CAT (Armorocaine, 25 sal.). La population a assez peu varié depuis 1910, si ce n’est un creux dans les années 1960-1970; puis elle a augmenté de 800 hab. enrtre 1999 et 2008. La commune a 660 résidences secondaires (24% des logements), 2 campings (360 places), un hôtel.


Riantec

5 200 hab. (Riantécois), 1 406 ha dont 206 de bois, commune du Morbihan dans le canton de Port-Louis, 4 km à l'est du chef-lieu. La commune, dont furent détachées successivement Port-Louis, puis Gâvres en 1867 et Locmiquélic en 1919, avait 7 200 hab. en 1911, dont 1 600 au bourg, mais seulement 3 600 dans les années 1920 et 1930, avant d'entamer une lente croissance continue; elle a gagné 400 hab. entre 1999 et 2008. Elle possède une grande part de la baie de Locmalo ou «petite mer de Gâvres», vidée à marée basse, et atteint l'océan à travers le cordon de sable de Gâvres, qui toutefois fait partie du polygone militaire. À l'ouest du bourg, le château de Kerdurand, construit par un marchand au début du 18e s., remanié au 19e et devenu propriété municipale, abrite une base de loisirs avec un arboretum. Au sud du bourg, le village et l'île de Kerner offrent un «espace de découverte». Riantec est dotée d’un collège public, un Intermarché (40 sal.), une entreprise d'aide à domicile (Pour vous chez vous, 25 sal.), un camping de 130 places.