Canton de Phalsbourg

Phalsbourg

4 980 hab. (Phalsbourgeois) dont 270 à part, 1 314 ha, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l'arrondissement de Sarrebourg, 18 km ENE de celle-ci. La ville est située en un point stratégique, où le franchissement des Vosges est le plus étroit et le plus aisé entre Lorraine et Alsace, et donc entre Paris et Strasbourg: la fameuse «trouée de Saverne». C'est pourquoi une ville forte y fut créée en 1570 sous le nom de «forteresse palatine», Pfalzburg en allemand. Elle devint française en 1661 et Vauban reprit les fortifications en 1680. Outre les deux portes monumentales de France et d'Allemagne, il lui en reste une forme ramassée en ellipse, entourée d'une rocade concentrique. L'hôtel de ville est un bel immeuble de grès rouge du 17e siècle, qui abrite le musée historique rappelant que Phalsbourg a supporté de nombreux sièges. Une partie du musée et un monument sont consacrés aux écrivains Erckmann et Chatrian, le premier étant né à Phalsbourg en 1822; lycée et collège publics portent leurs noms; Phalsbourg a aussi un collège-lycée privé et un hôpital public.

Sa situation fait converger sur Phalsbourg la N 4 et l'autoroute de l'Est (A 4) et la met en excellente position pour les activités logistiques, du moins routières. La firme FM Logistics, d’origine vosgienne (Faure-Marchet), en a fait une base privilégiée et y emploie 520 personnes dont FM Logistic Corp. (280 sal.) et FM France (130 sal.); s'y ajoutent les transports Bouché (50 sal.), R. Bentz (45 sal.), STI (20 sal.). Le fabricant de panneaux de bois Depalor emploie 140 salariés; réseaux électriques Est Réseaux (30 sal.), ingénieries NG (45 sal.) et Berest (30 sal.); maçonnerie (20 sal.), Intermarché (25 sal.), bricolage Holtz (25 sal.) La population communale a peu changé: 3 700 hab. vers 1836, 3 800 en 1900, 3 400 en 1954; elle augmente depuis 1982, et a gagné 200 hab. de 1999 à 2008. La ville est le siège de la communauté de communes du pays de Phalsbourg, qui groupe 25 communes et 12 700 hab.

Le canton, limitrophe du Bas-Rhin, a 17 500 hab. (16 700 en 1999), 26 communes, 18 331 ha dont 8 297 de bois. Sur le plateau au nord de Phalsbourg, Berling (300 Berlingeois, 315 ha) abrite une autre fabrique d’emballages de bois (Jung-Albert, 90 sal.), et a gagné 50 hab. depuis 1999. Juste au NO de Berling, Hangviller (280 Hangvillerois, 452 ha dont 173 de bois) et Metting (350 Mattingeois, 521 ha), jointives, occupent la haute vallée de la Zinsel du Sud; Metting a une marbrerie (Helmstetter, 25 sal.).

À l’ouest de Phalsbourg, un ancien aérodrome de l’Otan subsiste sur le territoire de Bourscheid (210 Bourscheidois, 399 ha); le village est à 5 km du chef-lieu; une partie de la commune sert d’aérodrome de sport et de loisirs à Phalsbourg (LFQP, piste gazonnée de 800 m), le reste demeure un terrain militaire au service du 1er RHC (Régiment d’hélicoptères de combat), formé en 1977, qui y est basé et qui relève de l’aviation légère de l’armée de terre (ALAT); le camp occupe 300 ha et un millier de personnes. Saint-Jean-Kourtzerode (730 hab., 158 ha), au sud de Bourscheid, contient une bonne partie de l'aérodrome; imprégnation du bois CRH (20 sal.). Hérange (120 hab., 273 ha), à l'ouest de Bourscheid, a des carrières de pierres SCRE (25 sal.) et les transports TDK (45 sal.). Sa voisine Brouviller (460 hab., 1 124 ha dont 246 de bois) a une discothèque-traiter Ernie's Country Club (20 sal.) et a gagné 60 hab de 1999 à 2008.

Le canton est traversé, un peu plus au sud, par la vallée très encaissée de la Zorn, qui descend des Vosges. C’est par ce sillon, à 4 ou 5 km au sud de Phalsbourg, que passent la voie ferrée Paris-Strasbourg et le canal de la Marne au Rhin. Ils profitent d’un vallon affluent où se cache le village d’Arzviller (540 Arzvillerois, 521 ha) et que domine celui de Saint-Louis (720 Ludoviciens, 928 ha dont 443 de bois), aligné en rue sur le plateau; petite fabrique d’appareils de chauffage en céramique Oliger (45 sal.). Chemin de fer et canal empruntent un tunnel de plus de 2 km au droit d’Arzviller; les nombreuses écluses de l’ancien canal ont été remplacées par un bac qui hisse les péniches le long d’un plan incliné, unique en son genre en France.

Lutzelbourg (650 Lutzelbourgeois, 584 ha dont 472 de bois), en aval et à 4 km au sud de Phalsbourg, est à l’entrée du défilé qui mène à Saverne et par lequel se faufilent chemin de fer, canal et route. Le village est «station verte de vacances» et doté d’un port de plaisance; fabrique d’agrafes métalliques Rapid Staples (80 sal.). Les ruines d’un château fort dominent Lutzelbourg sur les hauteurs de rive droite de la Zorn. La commune a perdu 60 hab. entre 1999 et 2008. Le plateau qui domine à l'ouest la vallée de Lutzlbourg est occupé par Henridorff (670 hab., 731 ha dont 260 de bois), village d'une seule rue rectiligne, a été créé sous Henri II de Lorraine en 1614 pour accueillir de sréfugiés catholiques du Palatinat, et par Dannelbourg (490 hab., 295 ha), bien plus ancienne; Henridorff s'est accrue de 130 hab. entre 1999 et 2008.

Au sud de la Zorn, plusieurs villages forestiers se juchent sur les croupes du plateau de grès qui subsistent entre les profonds vallons: Hultehouse (360 hab., 458 ha dont 333 de bois, maçonnerie CCE de 25 sal.), Garrebourg (510 Garrebourg, 834 ha dont 644 de bois), Haselbourg (330 Haselbourgeois, 611 ha dont 454 de bois), à 450 m d’altitude, où est une scierie (Schenesse, 45 sal.); elles n'ont pas d'équipement d'accueil, mais quelques résidences secondaires, surtout à Hultehouse (60 sur 200 logements). Le village le plus connu, et de loin le plus peuplé, est Dabo.


Dabo

2 720 hab. (Daboisiens), 4 812 ha dont 4 022 de bois, commune de la Moselle dans le canton de Phalsbourg, 17 km au sud du chef-lieu, à 480 m. La bourgade occupe une échine du plateau de grès vers 500 m et elle est dominée par le rocher de Dabo (647 m), site de visite réputé et très aménagé, mais plus de passage que de séjour. Elle fut d’abord alsacienne, et dotée d’un château fort, rasé en 1679. Le nom allemand fut Dagsburg. La commune est bien à l’ouest de la crête principale des Vosges, mais dans le haut bassin de la Zorn, qui file en Alsace par la trouée de Saverne.

La route qui vient de la vallée de la Zorn traverse la crête par le col de Volsberg (652 m), 9 km à l’est de Dabo par la route (4 km à vol d’oiseau); elle dessert le haut village de la Hoube, qui est dans la commune, et mène à Wangenburg et Wasselonne en Alsace. Un troisième village, Schaferhof, est au contraire en contrebas, à l’ouest de la commune un peu au-dessus de la Zorn. La crête atteint 811 m au Rosskopf, un peu au sud, et 900 m à l’extrême sud près du Baerenberg, qui est en Alsace. La chapelle érigée sur le Rocher, de style néoroman, ne date que de 1892.

La commune a 220 résidences secondaires (15% des logements, deux petits gôtels, un camping de 40 places.; travaux publics Lingenheld (220 sal.), menuiserie InterDécor (35 sal.), autocars Spreng (20 sal.). La populaiion a atteint les 2 000 hab. en 1931 et a culminé à 3 000 en 1968 mais décline depuis; elle a perdu 110 hab. de 1999 à 2008.