Canton de la Charité-sur-Loire

Charité-sur-Loire (La)

5 400 hab. (Charitois), 1 578 ha, chef-lieu de canton du département de la Nièvre dans l'arrondissement de Cosne-Cours-sur-Loire, 20 km au NNO de Nevers sur la rive droite de la Loire, franchie par un vieux pont de pierre en dos d'âne. Le nom, qui date du 11e s., vient d'une abbaye hospitalière. La ville est marquée par les restes de remparts et un gros ensemble, classé au Patrimoine mondial, de l'ancien prieuré avec cloître; musée polyvalent, dont une collection de limes et râpes, ancienne spécialité locale; réserve naturelle du val de Loire. La Charité, ville fleurie (trois fleurs), fait ainsi partie des 5 «grands sites culturels et touristiques» de la région, et de la fédération des sites clunysiens.

La ville a quelques ateliers de bois, menuiserie et ameublement dont Sorec (110 sal.) assortie de Sorec Métal (25 sal.), la tonnellerie Berthomieu (40 sal.), les charpentes Jacob (35 sal.) et Pobi (35 sal.); accessoires de jardin Sofradecor (30 sal.), tubes d'acier Valti (25 sal.); négoce de confiserie (DBCC, 35 sal.). Elle a un collège public, un centre hospitalier général (18 lits) et un spécialisé, une maison de retraite Opalines (30 sal.) et deux supermarchés Auchan (120 sal.) et Intermarché (35 sal.); gare et route N 7, autoroute A 77. La population diminue depuis 1982 (6 400 hab. sdc); elle a été presque constamment supérieure à 5 000 hab. depuis deux siècles. La commune est le siège de la communauté de communes du pays Charitois, qui rassemble 13 communes et 10 500 hab., soit à peu près le canton.

Le canton a 11 000 hab., 14 communes et 25 968 ha dont 11 012 de bois. Bordé à l'ouest par la Loire et donc limitrophe du département du Cher, il va vers l'est au-delà de la vallée de la Nièvre, qui coule du nord au sud et fixa jadis des forges, ce que rappellent les noms de Beaumont-la-Ferrière (140 hab., 2 813 ha dont 1 572 de bois, 17 km à l'est de La Charité) ou Saint-Aubin-les-Forges (450 hab., 2 634 ha dont 1 592 de bois, 16 km ESE du chef-lieu), toutes deux sur la Nièvre; Saint-Aubin a gagné 50 hab. après 1999. À Chaulgnes (1 400 hab., 2 510 ha dont 1 107 de bois), 9 km au SE de La Charité, clinique neuropsychiatrique au château du Tremblay (70 sal.); la population s'est accrue de 80 hab. de 1999 à 2008. La Marche (600 hab., 1 087 ha), 5 km au sud de La Charité en bord de Loire, a quelques ruines de son ancien donjon et a gagné 70 hab. dans le même temps; gare et accès à l'A 77.

Plus de la moitié de la superficie du canton est en forêt, notamment sous la forêt domaniale des Bertranges, qui se déploie sur 7 600 ha; les communes rurales se livrent à l'élevage bovin, complété par une petite production de vins de pays des coteaux charitois, dont l'appellation a été définie en 1986 et porte sur 6 communes dont La Charité (pinot et gamay en rouge, chardonnay en blanc). Raveau (690 hab., 3 550 ha dont 2 572 de bois), 5 km à l'est de La Charité, est la principale porte de la forêt et fut au 19e s. un lieu de forges; on y fête les métiers de la forêt; la population communale remonte depuis 1975 (550 hab.), mais elle dépassait le millier d'habitants au 19e siècle et jusqu'en 1910. Dans la partie orientale de la commune, étoile de chemins du Grand Rond-Point et petit village-rue en clairière du Bois de Raveau.

Varennes-lès-Narcy (820 hab., 1 833 ha dont 371 de bois), 10 km au NE de La Charité, est formée de plusieurs villages distincts: la mairie est à Passy-les-Tours, avec une maison de retraite (Champ de la Dame, 40 sal.) et les hautes ruines des tours d'un ancien château médiéval; Sourdes, Sainte-Hélène et Villatte sont au sud, plus proches de La Charité, Varennes au nord, au bord de la rivière Saint-Jean. Narcy (540 hab.,2 914 ha dont 755 de bois), de l'autre côté de la rivière Saint-Jean, a une église classée du 12e s.; son finage s'étend assez loin vers l'est, englobant le hameau des Bertins et les bois des Usages de Narcy. Varennes et Narcy ont gagné chacune une cinquantaine d'habitants entre 1999 et 2008.