Canton de Clermont

Clermont

10 700 hab. (Clermontois) dont 200 à part, 581 ha, sous-préfecture de l’Oise, 28 km ESE de Beauvais sur la rive gauche de la Brêche, affluent de l’Oise, au confluent de l’Arré. La ville, dont la brique annonce la Picardie, commande l’ouvertue faite par la Brêche dans la côte d’Île-de-France. Elle fut siège d’un comté dès le 11e siècle et reste dominée par le gros donjon, qui servit de prison de femmes puis de centre de rééducation de fllles mineures, de prison allemande entre 1940 et 1945, avant d’être délaissé et un peu plus écroulé. Elle y ajoute un hôtel de ville du 14ee siècle dans l’ancienne halle aux draps, avec musée; restes de l’enceinte, maisons des 17e et 18e s.

La ville a un collège et un lycée publics, un hôpital de 120 lits. Deux industries dominent: fabriques de peintures et d’encres Flint (220 sal.) et BASF (40 sal.), BASF ayant une grosse usine à Breuil-le-Sec; la laiterie Lactalis (240 sal ., 220 millions de litres par an). Dans d'autres domaines, feutres pour filtres Buisine (25 sal.); négoce interentreprises de produits en caoutchouc Day International (35 sal.); travaux d'étanchéification Gecape (35 sal.), traitement des eaux de la Lyonnaise (25 sal.). Clermont a aussi un Intermarché (75 sal.) et des garages et commerces de véhicules; Quadra Informatique (40 sal.).

La population communale était de 5 700 hab. en 1900; elle n’a pas cessé de croître hors des guerres, passant à 7 500 dès 1962, mais n’augmentait plus que modérément depuis 1970; elle aurait gagné 800 hab. entre 1999 et 2008. La municipalité est de tradition socialiste; le maire est Lionel Ollivier. La communauté de communes du pays du Clermontois siège à Clermont et compte 16 communes (27 400 hab.). L’unité urbaine Insee est donnée pour 21 000 hab., comme l’aire urbaine… L’arrondissement a 126 700 hab. (120 300 en 1999), 7 cantons, 146 communes, 114 168 ha.

Le canton a 29 800 hab. (28 100 en 1999), 24 communes, 21 218 ha; il est traversé par la Brêche et son affluent l’Arré, dont les vallées s’encaissent dans le plateau, et sétire d’ouest en est sur plus de 25 km. Fitz-James et les deux Breuil, Breuil-le-Sec et Breuil-le-Vert, complètent l’agglomération de Clermont, ainsi qu’Agnetz un peu à l’ouest. Tout le sud-ouest du territoire cantonal est occupé par la forêt domaniale de Hez-Froidmont, ancienne propriété royale (2 800 ha). La Neuville-en-Hez (990 Neuvillois, 2 842 ha dont 2 650 de bois), 8 km ONO de Clermont, qui a gagné 70 hab. de 1999 à 2008, contient la plus grande partie de la forêt, dont les ruines d'une ancienne abbaye de cordeliers; parfums et cosmétiques Onyline (30 sal.). La Rue-Saint-Pierre (770 hab., 868 ha), 2 km plus à l’ouest, également accrue de 70 hab. depuis 1999, a un inattendu clocher-mur du 12e s., et des restes d’une chaussée Brunehaut; chaudronnerie SCT (25 sal.), travaux publics Terrassements du Particulier (30 sal.). La Neuville et La Rue sont des noms qui évoquent bien l’origine et la forme des villages-rues de défrichement médiéval.

À Bulles (930 Bullois, 1 670 ha dont 253 de bois), tout au nord du canton à 13 km NO de Clermont sur la rive gauche de la Brêche, petit centre d’embouteillage d’eaux de table de la marque Anapurna au hameau de Saine-Fontaine, 2 km au NO du village (Langlet, depuis 1950); le village fut une capitale linière avant le début du 19e s., spécialiste de mulquinerie (toiles fines livrées au format demi-hollande); restes de moulins, deux hameaux au sud-est en bord de vallée, Monceaux et Lorteil (hippodrome). Litz (350 hab., 976 ha), dont le village est sur la rive gauche de la Brèche 9 km au NO de Clermont, et Rémérangles (230 Reméranglois, 820 ha) qui est à 4 km au nord de Litz partagent deux parcs éoliens de 8 et 6 mâts (total 28 MW) ouverts en 2008 pour la Compagniee du Vent (Chemin des Haguenets) et dessinant une seule courbe de 4 km. Rémérangles a une église inscrite, en partie du 12e s., Litz une église inscrite du 13e s. et quelques restes (16e s.) de l'ancien prieuré fontevriste de Wariville au nord du village sur le versant gauche de la Brêche.

Avrechy (1 110 Avrechois, 1 239 ha), 9 km au nord de Clermont sur la rive gauche de l’Arré, fut le lieu de naissance du moine-amiral Thierry d’Argenlieu (1889-1964), gouverneur d’Indochine en 1945; la commune abrite les chantiers d’insertion des Jardins du Plateau picard; son usine de plasturgie PFP a fermé en 2006, laissant place à une zone industrielle de 100 ha encore peu fournie, dite d'Argenlieu. À Airion (590 Airionnais dont 100 à part, 673 ha), 3 km au sud d’Avrechy dans la même vallée, un lycée général agricole publica été ouvert en 1983; la commune a 110 hab. de moins qu'en 1999.

Tout à l’est du canton à 15 km ENE de Clermont, proche d’Estrées (5 km), Bailleul-le-Soc (670 Bailleulois, 1 414 ha) se signale par plusieurs grosses fermes anciennes, issues de granges abbatiales d’Ourscamps. Épineuse (280 Spinosiens, 712 ha), 10 km ENE de Clermont, accueille les constructions Les Logis de Picardie (40 sal.). Avrigny (330 Avernois, 601 ha) forme avec Choisy-la-Victoire (200 Choisiens, 997 ha) un doublet villageois (et même une seule commune de 1832 à 1835) à la pointe sud-est du canton, et bénéficie de la N 31 et d'une gare; négoce de métaux Stad (35 sal.), manutention Tethys (40 sal.). Choisy, jadis Soisy, est «la Victoire» depuis le 15e s., le complément faisant référence à l'abbaye de la Victoire de Senlis dont elle dépendait alors. Maimbeville (370 Maimbevillois, 575 ha), 10 km au NE de Clermont à l'ouest de Bailleul, a une église classée du 16e s.


Agnetz

3 090 hab. (Agnessois) dont 210 à part, 1 294 ha, commune de l'Oise dans le canton de Clermont, 2 km à l'ouest de Clermont. Le finage englobe la partie orientale de la forêt de Hez, où subsistent des restes d'un ancien couvent du 15e s., qui servit de prison d'État et de maison de correction au 18e s.; ils abritent à présent un Centre d'insertion de jeunes délinquants de l'association JET (Jeunes en équipe au travail). Le village a une grande église (13e-16e s.) à beau clocher carré et plusieurs anciens moulins sur la Brêche et l'Arré; son château fut la propriété d'Émile de Girardin, qui y écrivit les Lettres d'Agnetz.

Les principaux employeurs sont une fabrique de peinture pour marquage routier SAR (groupe Plastic Omnium, 55 sal.), les transports de voyageurs Cabaro (40 sal.) et Cariane (Keolis, 75 sal.), hôtel Clermotel (20 sal.), négoce de boissons Bertrand (35 sal.), nettoyage du Clermontois (Danieln 45 sal.). La ville a un centre de formation aux métiers du bâtiment; un collège privé. Au nord de la commune entre Brêche et Arré, sont l’ancien prieuré de Saint-Rémy-l’Abbaye et le grand domaine agricole de la Garenne, avec parc de loisirs. La population communale augmente depuis les 1 100 hab. de 1965, du moins jusqu'en 1999.


Breuil-le-Sec

2 420 hab. (Breuil-le-Secquois), 889 ha dont 440 de bois, commune de l’Oise dans le canton de Clermont, 3 km à l’est du chef-lieu sur la rive gauche de la Brêche face à Breuil-le-Vert. Elle dispose de la zone industrielle de Méret sur la N 31, avec une usine de peintures BASF (590 sal.) en complément de celle de Clermont, des fabriques d’équipements de contrôle (PEM, Polyvalente d’électromécanique, 40 sal.) et d'huisseries (FPP, 25 sal.), ainsi qu’une centrale d’achats d’outillages Weldom ex-Domaxel (groupe Mulliez, 400 sal.); gardiennage Apsig (175 sal.); vente par correspondance Senior (Bleu Bonheur, 160 sal.). La fabrique d’aérosols Holt Lloyd (80 sal.) a fermé en 2006. La commune n’avait que 500 hab. avant-guerre; elle est passée à plus de 2 000 dès 1962, et dépassé 2 400 hab. ensuite en 1982 et 1990; elle auraitperdu plus de 360 hab. de 1990 à 1999 et regagné 310 hab. de 1999 à 2008, sauf problème de recensement.


Breuil-le-Vert

2 950 hab. (Bretuveliers) dont 160 à part, 737 ha, commune de l’Oise dans le canton de Clermont, sur la rive droite de la Brêche à 3 km SSE de Clermont, surtout résidentielle; collège et lycée professionnel publics, supermarché Simply (35 sal.). La population était de 800 hab. avant-guerre; elle a crû un peu plus lentement que celle de Breuil-le-Sec et semble avoir plafonné en 1999.


Fitz-James

2 490 hab. (Fitz-Jamois), 965 ha dont 350 de bois, commune de l'Oise dans le canton de Clermont, face à Clermont de l'autre côté de la Brêche; carrefour des N 16 et 31. Elle s'appelait Warty avant 1704, quand Louis XIV tint à récompenser son fidèle serviteur le duc de Berwick, qu'il fit en outre maréchal deux ans après; or Berwick, né à Moulins, était un bâtard royal d'Angleterre, fils de Jacques II Stuart et, par tradition, nommé de ce fait «fils de Jacques» (Fitz-James); il imposa son nom à ses nouvelles possessions où il ne se montra guère pourtant. Ses héritiers édifièrent au 19e s. le château actuel, agrémenté d'un parc, avant de le céder au banquier Stern.

C'est à Fitz-James que se trouve le grand hôpital psychiatrique interdépartemental de Clermont. La commune accueille un Intermarché (25 sal.), un magasin de bricolage (Bricofit, 20 sal.) et la vente à domicile Idem (45 sal.), l'installateur d'électricité Cegelec (30 sal.), la maçonnerie Chamereau (20 sal.), le gardiennage Securitas (20 sal.), le nettoyage Sin & Stes (290 sal.). La population communale a augmenté entre 1880 (1 000 hab.) et 1980, et reste étale depuis.