Canton de Crépy-en-Valois

Crépy-en-Valois

14 100 hab. (Crépynois) dont 270 à part, 1 628 ha, chef-lieu de canton de l'Oise dans l'arrondissement de Senlis, 24 km ENE de Senlis sur le plateau de Valois. Crépy fut une grande cité médiévale, chef-lieu de duché avec abbaye, et de commerce un temps prospère. En témoigne la vieille ville, qui conserve des éléments d'enceinte, des ruelles, des hôtels bourgeois et des maisons anciennes, et quelques restes de son château, dans lequel la municipalité a aménagé un musée du Valois qui contient un musée de l'archerie et un musée d'art sacré; portes anciennes, parc, restes en partie restaurés de l'ancienne abbaye Saint-Arnoul (du 11e au 17e s.); institut médico-éducatif, hôpital local.

Crépy a deux collèges publics et un privé, deux lycées publics dont un professionnel, un petit hôpital (15 lits), un gros Intermarché (120 sal.) et un supermarché Champion (50). La population communale, longtemps contenue aux alentours de 5 500 hab., est montée à partir de 1960 et sans arrêt, passant les 10 000 (sdc) en 1973mais elle aurait baissé de 600 hab. entre 1999 et 2008. L’unité urbaine Insee est limitée à la commune, l’aire urbaine se fondrait dans celle de Paris. La municipalité est tracitionnellement à droite; le maire est Arnaud Foubert, UMP.

La ville basse s’est industrialisée après 1950, surtout à partir d’une usine Poclain de matériel de levage et de travaux publics, devenue Case-New Holland, mais que le groupe Fiat a fermée en 2004; la fabrique de feutres et moquettes non tissés pour l’industrie Sodimatex (160 sal. en 2005) du groupe Trèves a également fermé, en 2010. Restent une fabrique de gaines isolantes pour automobiles Federal Mogul (205 sal., états-unien), une entreprise de métallerie, découpage et emboutissage Juy (160 sal.), achetée en 1963 et où le groupe d'origine parisienne a concentré ses activités; les filtres pour automobiles Solaufil (75 sal., acquis en 2009 par le groupe tunisien Misfat), les matériels d'aéraulique Halton (60 sal., finlandais), les étoffes non tissées Libeltex NTI pour la santé et l’automobile (35 sal., belge), emballages plastiques Plasthylen (35 sal.); maçonnerie Piazza (85 sal.).

Crépy a équipé une grande plate-forme logistique, avec le groupe FM (310 sal.), Logidis (400 sal., groupe Carrefour) et plusieurs transporteursdont les déménagements VDS (40 sal.) et Giraudon (25 sal.), les transports par cars Amand (20 sal.). Crépy accueille aussi des magasins Intermarché (135 sal.), Carrefour Market (50 sal.), Monoprix (50 sal.), Bricomarché (35 sal.); négoce de produits métalliques Distritube (45 sal.); travaux publics Cabrema (40 sal.), traitement des eaux Saur (25 sal.), enlèvement d'ordures Veolia (25 sal.).

Le canton a 29 700 hab., 25 communes, 23 825 ha; limitrophe du département de l’Aisne, il s’insère entre les forêts de Compiègne et de Retz et à la limite du Multien. Le rôle historique de Crépy et la proximité de Paris ont multiplié les ressources patrimoniales: la plupart des communes ont des restes intéressants, et en général leur population augmente depuis les années 1960. La vallée de l’Automne, qui traverse le canton d’est en ouest, en concentre le plus grand nombre. Tout en aval, Saintines (910 hab., 287 ha), 14 km ONO de Crépy, a une belle église romane du 12e s., les restes d’un donjon et une fabrique d’allumettes de l’ex-Seita (groupe Altadis), qui produisait 50 millions d’allumettes par jour; elle a été cédée au Tunisien Sofas en 2001 et rebaptisée Flam’Up; de 60 sal. en 2005, elle est passée à 13 en 2011. Saintines est le siège de la communauté de communes de la Basse-Automne (6 communes, 9 900 hab.).

Néry (730 hab., 1 634 ha), dans un vallon affluent à 3 km SSE, a gagné 50 hab. depuis 1999; elle a un curieux manoir de 1550 à 4 niveaux succédant à un relais de chasse de François Ier. Presque jointive de Béthisy-Saint-Pierre, Béthisy-Saint-Martin (1 120 Béthisiens, 982 ha), au passage de la chaussée Brunehaut, a un château du 17e s. Orrouy (590 Oratoriens, 1 614 ha dont 600 de bois), un peu à l’est, se cache dans un vallon sur la droite de l’Automne; beau clocher carré roman du 12e s., église avec vitraux du 16e s.; château des 15e, 16e et 17e s. avec parc; sur le plateau à Champlieu, traversés par la chaussée Brunehaut, subsistent restes gallo-romains avec temple, théâtre et thermes; maison de retraite (la Valouise, 45 sal.).

À Gilocourt (610 Gilocourtois, 693 ha), 1 km en amont, se maintient une fabrique de meubles en rotin (Drucker, 20 sal.) qui existe depuis 1885. Dans un autre vallon un peu plus à l’est, à 8 km au nord de Crépy, Morienval (1 060 Morienvalois, 2 574 ha) conserve l’église de l’ancienne abbaye de bénédictines, romane et dotée de trois clochers et d’intéressants chapiteaux; au nord, la commune englobe une partie de la forêt de Compiègne, où se cachent les hameaux de Vaudrampont et du Four-d’en-Haut.

Bonneuil-en-Valois (1 030 Bonneuillois, 1 281 ha dont 242 de bois), 13 km au NE de Crépy, étire ses maisons à la culée d’un profond vallon également affluent de l’Automne, sous une barre de relief qui porte une extension septentrionale de la forêt de Retz, au-delà de la limite départementale; le village a un beau clocher carré du 13e s. Dominant le carrefour du vallon et de la vallée de l’Automne, le château de Pondron est une création de style troubadour du 19e siècle, pastiche amusant du genre médiéval. À 3 km en amont dans la vallée de l’Automne, quelques restes de l’ancienne abbaye cistercienne de Lieu-Restauré ont été remis en état, notamment une superbe rosace flamboyante de 1540; petit musée et fraction d’un cloître; la commune a des champignonnières et des carrières; sa population s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2008.

En amont de l’abbaye, Vez (330 Vadais, 1 088 ha), dont le nom signale un gué et semble être à l’origine du Valois, a une église du 13e s., et des restes d’un château en losange, dont le donjon pentagonal de 27 m de haut et à contreforts, classé, a été soigneusement restauré et abrite un petit musée archéologique, près d’un «jardin médiéval»; en face, ancienne ferme Saint-Mard. Vauciennes (580 hab., 636 ha) est à la pointe SE du canton, 11 km à l’est de Crépy et aux abords de la route nationale N 2; mais sa grosse et célèbre sucrerie a été fermée; à la place se développe un parc logistique. La commune, qui a perdu une centaine d'habitants depuis 1999, a quelques maisons anciennes, dont un manoir du 15e s. Au sud, s’isolent en forêt le hameau du Plessis-aux-Bois et celui de Chabres; ce dernier constitue même une enclave de Vauciennes dans le département voisin, car la limite départementale suit avec précision l’orée de la forêt de Retz, au prix d’un dessin extrêmement contourné que font les limites des communes de Coyolle et de Villers-Cotterêts.

Vaumoise (980 Vaumoisiens dont 130 à part, 313 ha), 3 km à l’ouest de Vauciennes, est à la rencontre des N 2 et 32 et a une gare; centre de formation professionnelle rurale avec internat; caisserie Veley (25 sal.). Tout à côté mais dans la commune voisine de Russy-Bémont (190 hab., 975 ha dont 197 de bois), qui s'est accrue de 40 hab. entre 1999 et 2008, une conserverie de légumes a été reprise par le groupe Bonduelle (80 sal.). D’autres villages se tiennent sur le plateau à l’ouest et au sud de Crépy. Tout au sud du canton à 6 km SO du chef-lieu, sur la N 2, Ormoy-Villers (650 hab., 1 037 ha dont 510 de bois) inclut une partie du bois du Roi qui prolonge la forêt de Retz, et où les grès ont formé des rochers en boules du genre de ceux de Fontainebleau, auxquels ont été attribués des noms évocateurs, le plus gros étant la Pierre au Coq. Rouville (310 Rouvillois, 700 ha dont 205 de bois), 3 km au sud-ouest de Crépy, accueille GC Nettoyage (SHNI, 75 sal.)

Trumilly (560 Trumillois, 1 294 ha), 7 km à l’ouest de Crépy, a un château de 1760, une église des 12e-13e s. à vaste chœur et un beau portail à quatre voussures en pointes de diamant; elle a une brasserie artisanale et s'est augmentée de 50 hab. entre 1999 et 2008. Duvy (460 hab., 851 ha), plus proche de Crépy dans un vallon, et qui a gagné 40 hab. dans le même temps, conserve d’anciens manoirs et fut un lieu de moulins. En aval du vallon, Séry-Magneval (310 hab., 602 ha), 4 km au NO de Crépy, également augmentée de 40 hab. depuis 1999, se signale par un château du 18e s.

Un peu au nord, à Glaignes (370 hab. , 542 ha dont 270 de bois), un château abrite depuis 1972 la manécanterie des Petits Chanteurs à la Croix de Bois; une école catholique pour enfants autistes l’accompagne; la commune a 100 hab. de moins qu'en 1999. Enfin au nord de Crépy, Feigneux (440 hab., 1 141 ha) domine de son église fortifiée, rehaussée d’un clocher-donjon de 21 m, un vallon encaissé, tandis qu’au hameau de Morcourt, dans le vallon voisin, subsistent les restes d’une grosse église des 12e-13e s. surnommée la cathédrale; une grotte sépulcrale du néolithique a été trouvée dans la commune.


Béthisy-Saint-Pierre

3 280 hab. (Béthisiens), 653 ha, commune de l'Oise dans le canton de Crépy-en-Valois, dans la vallée de l'Automne, rive droite, à 11 km NE du chef-lieu et à 5 km du confluent avec l'Oise. L'habitat s'organise autour d'une butte conique isolée, le Paradis, et dans la vallée. On y voit le grand château de la Douye, du 17e s., avec parc, et le châtelet à tourelles (14e-15e s.) de l'ancien château fort dit du roi Jean; église des 12e, 16e et 19e s., avec un clocher de 48 m de haut (1520).

La commune a plusieurs petites fabriques et une grosse maison de retraite. La principale entreprise est la brosserie LBD (La Brosse et Dupont, brosses de ménage) qui emploie 45 personnes; désormais la seule fabrique de la marque après la fermeture du site de Beauvais, elle a été vendue par LVMH à ses cadres; sièges ISC (35 sal.), peinture et finitions de bâtiment Vallée (25 sal.), supermarché Carrefour (45 sal.). La population communale est passée de 1 900 hab. en 1954 à 3 100 (sdc) en 1990, après un palier, elle agagné 110 hab. de 1999 à 2008.