Canton de Pont-Sainte-Maxence

Pont-Sainte-Maxence

12 060 hab. (Maxipontains), 1 476 ha dont 665 de bois, chef-lieu de canton de l'Oise dans l'arrondissement de Senlis, 11 km au nord de Senlis sur la rive gauche de l'Oise, que traverse la N 17. La commune englobe au sud la partie septentrionale de la forêt d'Halatte, et s'est étendue dans la plaine de rive droite de l'Oise en absorbant en 1951 l'ancienne commune de Sarron; elle a par conséquent annexé le débouché des marais de Sacy, y compris le village de Villette, où trône le château de Villette, restauré au 20e s. Le centre-ville conserve de belles maisons anciennes, et une église flamboyante et renaissance; un collège public et un privé, deux lycées privés, hôpital local (15 lits) et clinique privée de 15 lits. La ville est un fort ancien port de l'Oise, devenu l'un des plus actifs de la région parisienne, notamment pour l'expédition des céréales.

Pont-Sainte-Maxence a également fixé un noyau d'industrie: Saga, du groupe Saint-Gobain Emballages, fait du décor de bouteilles (150 sal.); L’Air Liquide Welding (anc. Soudure autogène française, 130 sal.), du matériel de soudage; et quelques plus petits établissements: métallerie Votat (35 sal.), liants de fonderie Huttenes Albertus (35 sal.), parfums et cosmétiques Stephid (30 sal.), plastiques Synthene (25 sal.), équipements aérauliques ERMA (20 sal.); blanchisserie et location de linge Initial BTB (80 sal.), gardiennage Arecia (25 sal.); Intermarché (55 sal.); formation d'adultes Afcot (35 sal.). Mais la papeterie du groupe finlandais M-Real (ex-Modo, 290 sal. en 2005) a disparu en 2009, la brosserie La Brosse et Dupont (LBD) un peu plus tôt.

La population communale a fortement augmenté depuis 1920 (2 800 hab.), mais aurait perdu 530 hab. de 1999 à 2008. La majorité municipale est passée à gauche en 2008; le maire est Michel Delmas, socialiste, ingénieur. Pont-Sainte-Maxence est le siège de la communauté de communes d’Oise et Halatte (17 communes, 33 600 hab.). L’unité urbaine Insee est donnée pour 16 000 hab., l’aire urbaine est censée se noyer plus ou moins dans celle de Paris.

Le canton a 27 600 hab. (27 000 en 1999), 13 communes, 13 926 ha; il va de Creil à la vallée de l’Automne où se tient Verberie. Pontpoint, Fleurines et Verneuil-en-Halatte partagent avec Pont-Sainte-Maxence la forêt d’Halatte. Beaurepaire (60 Belliripariens, 507 ha dont 250 de bois), juste à l’ouest du chef-lieu entre la forêt d’Halatte et la rive gauche de l’Oise, a un beau château renaissance remanié aux 17e et 19ee s. À l’est, le canton est traversé par l’autoroute du Nord et la ligne du TGV, et contient plusieurs petites communes en «R».

Rhuis (140 hab., 270 ha dont 160 de bois), au bord de l’Oise, 7 km à l’est du chef-lieu, à une belle église romane du 11e s. restaurée, et un menhir près de l’Oise; elle n'avait que 85 hab. en 1999. Roberval (380 Robervalois, 483 ha dont 300 de bois), juste au sud dans un vallon, conserve un château du 17e s. où vécut Gilles Personne, né à Roberval en 1602 et plus connu comme physicien sous le nom de son château: on s’est longtemps servi de balances Roberval…

Raray (150 hab., 872 ha), 10 km au SE de Pont-Sainte-Maxence, a un gros château renaissance et 1760 dans un domaine de 60 ha, devenu hôtellerie avec un golf réputé, et des traces d’une chaussée Brunehaut. Rully (760 hab., 1 545 ha), 3 km au sud à l’extrémité SE du canton, conserve un gros clocher repérable de loin, et un peu à l’ouest la chapelle d’un ancien prieuré au village de Bray-sur-Aunette.

Villeneuve-sur-Verberie (710 640 hab., 816 ha dont 208 de bois), 7 km ESE de Pont-Sainte-Maxence au bout de la forêt d’Halatte, a rassemblé en 1825 les anciens villages de Noël-Saint-Martin et Yvillers, ce qui lui donne plusieurs églises intéressantes; on y écoute des «puits chantants», dont le son varie selon le temps qu’il fait; la maison Schlueter (60 sal.) fabrique des accessoires d’étanchéité pour carreleurs et dispose d’un centre de formation; la commune a gagné 70 hab. de 1999 à 2008. Brasseuse (120 hab., 830 ha), juste au sud de Villeneuve, a un atelier d’encadrement (Le Bois Doré, 40 sal.) et une fabrique de bouquets vendus par Internet (Aquarelle, 95 sal., 1 300 bouquets par jour).


Fleurines

1 890 hab. (Fleurinois), dont 110 à part, 1 195 ha dont 896 de bois, commune de l’Oise dans le canton de Pont-Sainte-Maxence, 4 km au sud du chef-lieu. Fleurines occupe une clairière fermée au centre de la forêt d’Halatte, traversée par la N 17; un château du 18e s. est devenu un centre de cure pour enfants avec institut médico-éducatif, sur la butte occupée par le hameau de Saint-Christophe à l'est du village; ancien prieuré, avec logis abbatial du 18e s.; plusieurs ateliers, dont les Cartonneries du Valois (Seco, 45 sal.), sablières. La commune n’avait encore que 600 hab. en 1968; mais sa croissance s’est ralentie, se limitant à un gain de 50 hab. de 1999 à 2008.


Pontpoint

3 010 hab. (Pontponniens), 1 911 ha dont 723 de bois, commune de l'Oise dans le canton de Pont-Sainte-Maxence, 4 km à l'est du chef-lieu. La ville est au pied du coteau de rive gauche de l'Oise, dont la large plaine alluviale, trouée de grévières, s'étend sur 4 km de large et près de 3 km de profondeur. Un peu à l'ouest se trouve l'ancienne abbaye royale du Moncel, fondée en 1309; elle a été hôpital militaire, camp de prisonniers pendant la dernière guerre, collège religieux ensuite jusqu'en 1982. Elle conserve de grands bâtiments de diverses époques, restaurés à des fins de tourisme culturel, avec un parc de 6 ha, de grands celliers et quelques éléments remarquables, dont un grand toit à puissante charpente en carène de bateau; il s'y tient notamment un festival de jazz.

De l'autre côté de la commune, au nord-est, base de loisirs sur l'Oise au village de Moru, près du viaduc autoroutier et d'un poste d'interconnexion électrique. Vers le sud, la commune monte jusqu'à la butte du mont Pagnotte, point culminant de la forêt d'Halatte (221 m). Pontpoint compte aussi une maison de retraite (40 sal.) et quelques petites entreprises, dont les constructions métalliques Serib (25 sal.), les bétons Alkern Lepaire (25 sal.), les sablières Samin (25 sal.) et Supersol (20 sal.); transports Gerald Gaston (25 sal.). La croissance de la population, entamée après 1926 (820 hab.), s’est un peu ralentie mais la commune a encore gagné 160 hab. entre 1999 et 2008.


Verberie

3 790 hab. (Sautriaux), 1 505 ha, commune de l’Oise dans le canton de Pont-Sainte-Maxence, 10 km à l’est du chef-lieu sur la rive gauche de l’Oise au confluent de l’Automne. La ville contient le château d’Aramont (17e s., refait au 19e) sur les fondations d’un très grand château carolingien; église romane à clocher latéral fortifié du 16e s. et portail flamboyant, nécropole nationale; grand viaduc ferroviaire du TGV à la traversée de l’Oise, sur plus de 1 500 m. On a trouvé dans la commune des restes préhistoriques magdaléniens, et les traces d’une grande maison gauloise, qu’une maquette reproduit au musée Vivenel de Compiègne.

Verberie a un collège public, une grosse usine Poclain du groupe CNH (Case-New Holland, 430 sal.) et des ateliers de mécanique Erode (25 sal.), de réparation navale Shi Services (20 sal.), d'articles en caoutchouc Francem (35 sal.), ADC (35 sal.) et Jasai (30 sal.); taille de pierres Flamespace (20 sal.); transports Amex (25 sal.), services aux entreprises Explorex (35 sal.), maçonnerie Rivolta (30 sal.). Le nom de Sautriaux (ou Sautriots) vient d’un jeu médiéval traditionnel, où deux enfants enlacés descendaient la pente vers l’Oise en roulant en boule. La population communale n’a augmenté que lentement, avant de faire un saut entre 1990 (2 600 hab.) et 1999; elle s'est accrue de 480 hab. entre 1999 et 2008.


Verneuil-en-Halatte

4 540 hab. (Vernoliens), 2 226 ha dont 1 034 de bois, commune de l’Oise dans le canton de Pont-Sainte-Maxence, sur la rive gauche de l’Oise juste en amont de Creil. La commune englobe une partie de la forêt d’Halatte et la moitié de l’emprise de l’aérodrome de Creil. Elle est surtout connue pour son parc d’activités technologiques Alata (100 ha), élaboré à partir de l’implantation du Cerchar (Centre d’études et de recherches des Charbonnages de France), devenu en 1990 Ineris (Institut national de l’environnement industriel et des risques), qui emploie 520 personnes.

S’y ajoutent notamment le centre de recherches Arkema de Cray Valley, filiale chimique du groupe Total (100 sal.), le Critt (Centre régional pour l’innocation et le transfert de technologies) Polymères de Picardie, le Centre d’études des plastiques du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), ainsi que des entreprises comme Norsohaas (traitement des eaux), LVM-SAV (plastiques), Loctite-Henkel (colles), Vygon (outils médicaux). Se distinguent le siège du gros distributeur de produits sanitaires Cedeo (groupe Saint-Gobain, 260 sal.) et un nouveau centre logistique de la firme d’appareillages électriques Legrand (340 sal.), et la maroquinerie Chanel, au groupe suisse Richemont, qui occupe 360 personnes; installations électriques GTIE Oise (45 sal.), peinture Vallée (25 sal.), négoces de produits chimiques Henkel (25 sal.), de surgelés le Comptoir du Frais (20 sal.); gardiennage Securitas (220 sal.).

Mais Verneuil a aussi un passé assez prestigieux, dont témoignent une grande église gothique à clocher carré du 14e s., quelques restes d’un grand château de la fin du 16e s. que Condé fit détruire en 1734 de peur qu’il ne fasse de l’ombre à Chantilly, ou encore le manoir avec parc et vivier où vécut Salomon de Brosse, né à Verneuil en 1571. Verneuil a également ouvert un musée de la Mémoire des murs spécialisé dans le recueil de graffiti… La population communale augmente depuis 1950 (1 600 hab.); elle a gagné 410 hab. entre 1999 et 2008.