Canton de Juvigny-sous-Andaine

Juvigny-sous-Andaine

1 090 hab. (Juvignasiens), 2 200 ha, chef-lieu de canton du département de l’Orne dans l’arrondissement d’Alençon, 12 km au SE de Domfront. Le village est au pied des reliefs de la forêt d’Andaine, que le territoire communal atteint au nord. La chapelle Sainte-Geneviève et le «phare» de Bonvouloir, haute tourelle d’observation au-dessus d’une tour plus massive, y offrent un panorama étendu. Juvigny a un collège public, une ferme-musée du cheval de trait, avec spectacle équestre; aérium et centre de réadaptation fonctionnelle (80 sal.), hôtel Le Manoir du Lys (25 sal.). La population fluctue autour de 1 000 hab. (sdc) depuis 1950; elle atteignit 2 000 hab. au 19e s. Le village est le siège de la communauté de communes d’Andaine, qui réunit 12 communes (5 100 hab.).

Le canton, limitrophe du département de la Mayenne et bordé au sud par la rivière Mayenne, a 7 600 hab. (7 200 en 1999), 14 communes, 12 492 ha dont 1 453 de bois. Au NE, il inclut l’agglomération de Bagnoles-de-l’Orne, qui ne fait pas partie de la communauté de communes d’Andaine. Perrou (410 Péruviens, 434 ha dont 176 de bois), 5 km au NO de Juvigny, a un parc de loisirs en forêt d’Andaine, un musée (train miniature Magic Rail), un institut médico-pédagogique de l’Adpep, un centre d’aide par le travail dans un ancien monastère; une scierie (Raison, 20 sal.).

La Chapelle-d’Andaine (1 620 Chapellois, 1 550 ha), 3 km au SE de Juvigny, a une laiterie Fléchard (beurre et féta, 130 sal.) et deux usines de volailles de la SNV (Société normande de volaille, marque «Autour de Lise»), ex-Fléchard, reprises par LDC (Loué) en 1997 (760 et 150 sal.). La commune s’est nommée La Chapelle-Moche jusqu’en 1961; elle a eu plus de 2 000 hab. en 1876, 1 260 en 1954 et sa population augmente depuis. Haleine (330 Haleinais, 262 ha), 6 km au SE du chef-lieu près de Couterne, a une maison familiale rurale, une tournerie de bois (Maherault, 65 sal.) et depuis 1962 une fabrique de produits chimiques du groupe PCAS (190 sal.) au bord de la Mayenne; la commune a gagné 60 hab. entre 1999 et 2008.


Bagnoles-de-l'Orne

2 560 hab. (Bagnolais), 926 ha dont 397 de bois, commune au sud du département de l’Orne dans le canton de Juvigny-sous-Andaine, 6 km au SO de La Ferté-Macé au pied de la forêt. Bagnoles n’a été érigée en commune qu’en 1913, à partir des territoires de La Ferté-Macé, Couterne et Tessé-la-Madeleine. La petite agglomération fait corps avec cette dernière, juste au SO, avec laquelle elle a finalement fusionné en janvier 2000; Bagnoles n’avait auparavant que 910 hab. et 534 ha, Tessé 1 300 hab. et 392 ha. Tessé se signale par un château de 1855, à l’imitation de la renaissance. La nouvelle commune a gagné 350 hab. entre 1999 et 2008. Elle a près de 1 500 résidences secondaires (52% du parc), 17 hôtels (580 chambres, surtout de deux étoiles), un camping de 270 places.

La station thermale fonctionne depuis 1866 (sa gare est de 1869) et possède la seule source chaude de l’Ouest français (25,8 °C); elle reçoit environ 12 000 curistes par an (220 000 nuitées), ce qui en fait la 10e ou 11e station française. Elle cumule hôpital thermal (rhumatologie et ostéo-articulaire) dans un grand établissement thermal (110 sal.) avec parc, centre de rééducation, une maison de retraite (25 sal.), un supermarché U (40 sal.); casino (50 sal., groupe Émeraude, 56e en France); un étang sur la Vée, dénommé lac; golf, hippodrome et arboretum; musée des sapeurs-pompiers de l’Orne. On peut y voir aussi une curieuse «villa aux Biches» de style anglo-normand de la fin du 19e s.