Canton d'Houdain

Houdain

7 700 hab. (Houdinois), 630 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l'arrondissement de Béthune, 13 km au sud-ouest de celle-ci. La ville est au pied du talus de l'Artois, au débouché de la Lawe qui coule vers le nord-est et reçoit à Houdain la Brette rive droite, et au passage de l'ancienne voie romaine d'Arras à Thérouanne, que suit à peu près la D 341. Elle a eu une fosse à charbon (n°7) de 1929 à 1954, d'où ont été extraites 10 millions de tonnes de charbon mais dont il ne reste guère de trace.

La «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» Salengro et des cités 32 et 32 bis, qui s'étend sur 1 639 ha et contient 24 000 hab., occupe le sud-ouest de la commune et s'étend aussi dans les communes voisines de Bruay-la-Buissière et Haillicourt. Houdain a un collège public mais vient de perdre son tribunal d'instance. Elle a aussi une petite fabrique de pièces Artois Plastiques (30 sal.), une boulangerie Cayet (20 sal.) et des bureaux de comptabilité Bertaux Mauro (30 sal.). La commune avait 1 000 hab. en 1956, 2 000 en 1911 et sa population a surtout augmenté ensuite, faisant un saut de 1921 à 1926 (6 600 hab.) et culminant à 8 900 hab. en 1962. Puis elle a diminué peu à peu (-130 hab. de 1999 à 2010).

Le canton a 20 200 hab., 12 communes, 7 054 ha dont 854 de bois. Formé en 1970, il s'étire du NO au SE de part et d'autre du talus et de la chaussée Brunehaut. La vallée de la Brette longe le pied du talus de l'Artois et en sépare une longue butte-témoin qui monte à 180 m. Beugin (450 Beuginois, 506 ha) est juste au sud-ouest d'Houdain sur la Lawe, dite aussi localement la Blanche avant son confluent avec la Brette. Ourton (780 Ourtonais, 528 ha) est à 7 km au nord-ouest d'Houdain, au bord de la Biette, petit affluent de gauche de la Lawe; sle nombre de ses habitants ne varie guère depuis 1960. Camblain-Châtelain (1 700 Camblinois, 1 004 ha) est la commune la plus éloignée au nord-ouest, au débouché de la Clarence dans la plaine à 9 km du chef-lieu; de 700 hab. en 1840 sa population était montée à 2 100 dans l'entre-deux-guerres, mais elle a diminué ensuite, puis a repris une centaine d'habitants de 1999 à 2010.

À l'est d'Houdain, le village de Maisnil-lès-Ruitz (1 500 Maisnilois, 556 ha dont 172 de bois) est plus avancé dans la plaine et voisine aussi avec Barlin. La commune a un maison de retraite, et un parc départemental de nature et de loisirs sur la butte-témoin. Sa population a bien progressé entre 1900 (430 hab.) et 1910 (900 hab.), plus lentement ensuite avec un maximum de 1 300 hab. en 1968; après un recul, elle vient de gagner près de 30 hab. entre 1999 et 2010. Vers le sud-est, sur la chaussée Brunehaut, Rebreuve-Ranchicourt (1 100 Rebreuvois, 1 073 ha), sur la Brette, jouxte Houdain. Elle s'est nommée Rebreuve jusqu'en 1922, puis Rebreuve-sous-les-Monts en 1922, et a pris son nouveau nom en fusionnant avec Ranchicourt (360 hab.) en 1971. Sa population augmente un peu (+50 hab. de 1999 à 2010).

Fresnicourt-le-Dolmen (870 Fresnicourtois, 840 ha dont 238 de bois) est un peu plus loin, à 6 km du chef-lieu et contient les deux hameaux d'Olhain et de Verdrel, qui lui ont été réunis en 1790. Le château d'Olhain du 14e s., à tours rondes et douves, est l'un des plus connus de la région. La commune contient sur la butte-témoin la plus grande partie de la forêt domaniale d'Olhain (300 ha). Le parc départemental d'Olhain s'étend sur 450 ha, emploie 40 personnes (une centaine en été) et offre une série d'équipements de loisirs (piscine, tennis, golf, etc.) et de sentiers balisés; il recevrait 380 000 visiteurs par an, dont 10 000 certains jours d'été; un dolmen de la Table aux Fées se voit à l'est. Le nom de la commune a été complété en 1925; elle avait alors environ 600 hab., puis sa population est montée à 1 200 en 1962 et oscille depuis.

Hermin (210 Herminois, 419 ha) et Caucourt (330 Caucourtois, 551 ha) sont dans de petits vallons accidentant le talus de l'Artois, tandis que Gauchin-Légal (350 Gauchinois, 603 ha) et Estrée-Cauchy (390 Estréens ou Estrée-Cauchois, 389 ha) sont sur la chaussée Brunehaut, à 6 km et à 9 km au SE d'Houdain. Gauchin-Légal accueille la fabrique d'aliments du bétail Duranel (30 sal.). Son nom fut jadis Gauchin-le-Gau, ce qui signifiait peut-être le Bois, gau étant une forme altérée de wald. Mais on y appelle gal une pierre ronde que l'on se faisait jadis malice de placer devant le seuil des maris supposés trompés, et qui est désormais enchaînée à une borne; et l'on écrit localement volontiers Gauchin-le-Gal. Légal est évidemment une orthographe fautive, mais… légale.