Canton de Pas-en-Artois

Pas-en-Artois

820 hab. (Passois), 1 088 ha dont 229 de bois, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l'arrondissement d'Arras, 28 km au SO de la préfecture. «Pas» signale un passage étroit sur la chaussée romaine d'Amiens à Arras. Le village est dans le vallon de la Quillienne, qui descend vers l'Authie; il a un clocher du 18e s., un château avec parc, un collège public et un entrepôt des transports Bonnart (60 sal.). L'ancienne communauté de communes du canton de Pas-en-Artois s'est fondue en 2008 dans la communauté de communes des Deux Sources. La commune a perdu quelques habitants depuis 1975, et assez brutalement 130 hab. de 1999 à 2010.

Le canton a 7 500 hab., 25 communes, 15 864 ha dont 876 de bois; il est limitrophe du département de la Somme. Famechon (120 Famechonais, 461 ha) est dans le vallon de la Quillienne à 2 km au SO du chef-lieu, et quatre villages se suivent dans la vallée de l'Authie: d'amont en aval Thièvres (120 Thiévrois, 126 ha) au confluent de la Quillienne, 4 km SSO du chef-lieu; Sarton (180 Sartonais, 600 ha) sur la rive gauche au débouché d'un autre vallon; Orville (400 Orvillois, 1 195 ha dont 154 de bois) et Amplier (320 Ampliois, 871 ha) sur la rive droite, toutes deux ayant un finage de part et d'autre de l'Authie. Orville était exceptionnellement montée à 1 500 hab. en 1891 en exploitant des carrières de phosphates, mais sa population était retombée à 700 hab. dès 1906; elle a atteint son minimum en 1982 avec 280 hab. puis a repris, gagnant 60 hab. de 1999 à 2010, tantdis qu'Amplier augmentait de 70 hab.

Trois communes complètent la partie occidentale du canton, toutes trois traversées par la N 25. Halloy (240 Halloyens, 340 ha) est à 5 km à l'ouest du chef-lieu; Pommera (320 Pommerayens, 442 ha) est à 5 km au NO et englobe aussi le hameau de Grenas avec un château du 18e s. au sud; ; elle a gagné 70 hab. de 1999 à 2010. Mondicourt (670 Mondicourtois, 506 ha) est à 3 km NNO de Pas; elle a perdu en 2009 l'usine de transformation de légumes du groupe coopératif normand Lunor (50 sal.).

Le chef-lieu est entouré au nord et à l'est par Grincourt-lès-Pas (40 Grincourtois, 279 ha) et Warlincourt-lès-Pas (160 Warlincourtois, 519 ha) qui se suivent dans un vallon à 2 km et 3 km NE de Pas, Gaudiempré (180 Gaudiemprois, 626 ha) 4 km au NE de Pas, Hénu (170 Haisnois, 438 ha) 3 km à l'est de Pas, qui a un château du 18e s. avec parc, Couin (110 Couinois, 582 ha) à 5 km SSE de Pas dans un vallon de la haute Authie, qui a aussi un château du 18e s. avec parc.

Souastre (360 Souastriens, 724 ha), qui a eu plus de 700 hab. vers 1840, est à 6 km à l'est de Pas-en-Artois et accompagnée juste au nord par Saint-Amand (150 Saint-Amandinois, 545 ha), où est une chapelle classée du 15e s. Un peu plus loin au centre-nord du canton, Humbercamps (240 Humbercampois, 358 ha) est à 8 km au NE du chef-lieu; Pommier (240 Pommiérois, 582 ha), 1 km plus loin, a un clocher classé du 16e s.; Bienvillers-au-Bois (620 Bienvillois, 739 ha) est à 11 km ENE de Pas, et accueille des entreprises de mécanique (SPM, 75 sal.), métallerie (Agrimétal, 45 sal.) et de finitions de bâtiment (SNPR, 50 sal.). Bienvillers a eu plus de 1 200 hab. au 19e s., et un minimum de 580 en 1982.

Six communes forment la partie orientale du canton. Foncquevillers (480 Foulquois, 930 ha) est à 11 km à l'est du chef-lieu sur la route principale (D 6), flanquée de Hannescamps (190 Hannescampois, 317 ha) au nord et Sailly-au-Bois (290 Saillysiens, 928 ha) au sud. Gommecourt (120 Gommecourtois, 335 ha) et Hébuterne (540 Hébuternois, 1 104 ha) sont un peu plus à l'est, celle-ci accueillant le cimetière national de Serre-Hébuterne et au total onze cimetières de guerre, et gagnant 70 hab. de 1999 à 2010.

La pointe du canton est tenue par Puisieux (670 Puisatiers, 1 169 ha), dont le village est à 17 km ESE du chef-lieu et dont le finage fait une avancée dans le département de la Somme, où elle parvient à la rive droite de l'Authie à Baillescourt. La commune abrite les transports JPV (120 sal.) et des cimetières militaires. Puisieux et Hébuterne ont été le lieu de violents combats en 1914. Puisieux a eu jusqu'à 1 500 hab. en 1880; elle reste au niveau atteint dans l’entre-deux-guerres, mais a gagné 70 hab. de 1999 à 2010.