Canton de Rouvroy

Rouvroy

8 900 hab. (Rouvroysiens), 642 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l’arrondissement de Lens depuis 2007 (d’Arras auparavant), 18 km au NE d’Arras. Elle a reçu en 1896 le puits n°2 de la Compagnie de Drocourt, dont restent un terril tabulaire et des cités Nouméa ou du Maroc. La cité Nouméa (32 ha, 1 500 hab.) est classée en «zone urbaine sensible» ; juste au sud, la Chênaie est incluse dans la grande zone franche urbaine dispersée autour d’Hénin-Beaumont.

La ville a un collège public et un supermarché Carrefour (70 sal.) ; fabrique de couches-coulottes Activ Medical Disposable (45 sal., groupe californien), construction de réseaux Sade (100 sal.), plomberie Samit (30 sal.); négoces de matériel antifeu (Eurofeu, 30 sal.) et de filtres (SF, 30 sal.). La commune n’avait encore que 600 hab. vers 1885 et sa population a fait un bond dans les années 1890, atteint 4 700 hab. en 1911, puis plafonné à 10 200 en 1931. Elle avait 9 800 hab. en 1962 et sa population diminue depuis ; elle a perdu 260 hab. de 1999 à 2010. Le canton, créé en 1984, a 19 600 hab., 3 communes, 982 ha; les autres communes sont Drocourt et, pour une partie seulement, Méricourt.


Drocourt

3 000 hab., 340 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Rouvroy, juste à l’est du chef-lieu10 km ESE de Lens. Elle fut le siège de la Compagnie des mines de Drocourt, avec un lavoir central, arrêté en 1988, une centrale électrique, arrêtée en 1964, et une cokerie, fermée en 2002 puis rasée. La ville accueille un triage et une zone industrielle avec l'usine chimique Cray Valley (250 sal.), spécialiste des résines du groupe Total, devenue une fraction de CCP Composites du même groupe. Drocourt n’était à l’origine qu’une très petite commune (180 hab. en 1881), passée à 2 900 hab. en 1911 grâce à la mine, et dont la population a culminé à 3 500 hab. en 1982 ; elle se dépeuple depuis (-110 hab. de 1999 à 2010).