Canton de Douvrin

Douvrin

5 000 hab. (Douvrinois), 958 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l’arrondissement de Béthune, 15 km à l’est de celle-ci et 9 km au nord de Lens. Le finage est bordé au nord par le canal de La Bassée, et longé à l’est par la N 47. C’est à leur croisement, mais en partie dans la commune voisine de Billy-Berclau, qu’a été établie en 1968 la grosse usine de moteurs sous le nom de Française de Mécanique (3 450 salariés), dont PSA et Renault se partagent le capital; elle a travaillé partiellement aussi pour Volvo et BMW; la fonderie a fermé en 2003.

La commune accueille en outre quelques entreprises de production et de services: métallerie Delzenne (55 sal.), cartonnerie Prowell (45 sal.), outillages et plastiques Gallez (35 et 25 sal.); installations électriques Cegelec (290 sal.) et Actemium (55 sal.), conditionnement à façon Stérilisation Malysse (80 sal.); transports Montagne (30 sal.) et Exapaq (30 sal.), blanchisserie et location de linge Initial BTB (60 sal.), conseil informatique Prodware (180 sal.). Mais la filature Filartois (140 sal. en 2005) a fermé en 2009. Douvrin a un collège public et une maison de retraite. La ville avait 1 200 hab. au milieu du 19e s., 2 800 à la fin et sa croissance s’est poursuivie jusqu’en 1990 ; mais elle a perdu près de 500 hab. entre 1999 et 2010.

Le canton a 18 500 hab., 5 communes, 3 647 ha; limitrophe du département du Nord, il est étranglé par le dessin en pointe des communes d'Auchy-les-Mines et de La Bassée. À l'est sont Haisnes, Douvrin et Billy-Berclau. À l'ouest sont Violaines et Givenchy-lès-la-Bassée (930 Givenchynois, 389 ha), qui est à 7 km à l'ONO de Douvrin et que le canal de La Bassée rase au sud, et qui croît depuis la guerre (390 hab. en 1954, mais 680 en 1911); elle a gagné 110 hab. de 1999 à 2010; vente à domicile d'articles ménagers (H2O At Home, 30 sal.).


Billy-Berclau

400 hab. (Billeux-Berclois), 741 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Douvrin, 2 km ENE de celle-ci. La commune partage avec Douvrin une vaste zone industrielle au bord du canal de La Bassée, qui a notamment reçu en 1968 la grande usine de moteurs Renault-PSA de la Française de Mécanique. Sur le territoire de la commune sont également une usine de câbles Draka Comteq, ex-Alcatel Câbles (350 sal.), les textiles pour filtration Sefar Fyltis (100 sal., groupe suisse), les équipements de contrôle LBCC (45 sal.) et Créatique Technolgie (35 sal.), métallerie RS Nord (35 sal.), mécanique RMR (35 sal.), ingénierie Aquarese (35 sal); recyclages de textiles Minot (45 sal.) et Pack2Pack (35 sal.) ; supermarché Simply (30 sal.); maison de retraite.

Naguère, la commune a été le site d’une mine de houille (fosse n°5 de l’ancienne compagnie de Meurchin), ouverte en 1904 et fermée en 1965, dont le chevalement supporte un four permettant la fabrication de plombs de chasse. La commune a connu en 2003 un grave accident mortel (4 victimes) dans la fabrique d’explosifs de Nitrochimie, fermée depuis et dont le site doit être transformé en espace vert. La population communale a suivi une croissance régulière au 19e et au 20e s. (1 400 hab. vers 1830, 2 500 vers 1930), gagnant 130 hab. entre 1999 et 2010.


Haisnes

4 500 hab. (Haisnois), 558 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Douvrin, juste à l’ouest du chef-lieu. Son territoire, étiré du nord au sud, touche au nord au canal Dunkerque-Escaut et à l’agglomération de La Bassée. Au sud du finage subsistent des restes de l’ancienne fosse de houille n°6 de Lens-Meurchin, forée dès 1861, inondée en 1883, puis remise en fonction jusqu’en 1936 pour servir à l’aération de la mine voisine d’Halluich ; son chevalement en béton des années 1920 (inscrit), un terril et un coron contigu aux maisons d’Halluich en rappellent l’existence. La ville a un collège public, une maison de retraite ; métallerie Friedlander (75 sal.), mécanique STIN (25 sal.), plastiques Epalia (35 sal.), atelier protégé (45 sal.). Haisnes avait 600 hab. en 1850, 1 100 en 1900 et sa croissance principale est postérieure : elle a atteint 2 000 hab. en 1936, 4 000 en 1983 ; elle s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2010.


Violaines

3 800 hab. (Violainois), 1 001 ha, commune du Pas-de-Calais dans le canton de Douvrin, 6 km au NO du chef-lieu et juste au NO de La Bassée. Le canal de la Bassée, la N 41 et la voie ferrée de Lille à Béthune passent dans la partie méridionale de la commune, qui dessine une pointe vers le sud. Après un quai de déchargement de la Compagnie des mines de Béthune, une centrale thermique des Houillères y avait pris place en 1956. La commune a des fabriques de conserves de légumes (Ardo, 170 sal.) et d’emballages en bois Guffroy (25 sal.), et un négoce de produits chimiques (Dialann, 30 sal.) ; maison de retraite. Violaines avait 1 000 hab. au début du 19e s., 1 400 à la fin, 1 800 en 1960 ; sa principale croissance est postérieure, et date des années 1970 et 1980 ; la population a peu changé depuis 1990.