Canton de Saint-Rémy-sur-Durolle

Saint-Rémy-sur-Durolle

1 900 hab. (Saint-Rémois), 1 811 ha dont 715 de bois, chef-lieu de canton du Puy-de-Dôme dans l’arrondissement de Thiers, 8 km au NE de la ville, à 630 m. C’est un village de plateau campé à 630 m, et nullement sur la Durolle (la mention est de 1893), que la limite communale n’atteint même plus depuis la perte du territoire de La Monnerie-le-Montel; mais il participe activement au bassin industriel de Thiers; coutellerie Au Nain (25 sal.) et quelques petits ateliers; Arbalète G. David (30 sal.) se limite au négoce de coutellerie; atelier de plastiques CEP (50 sal.), maçonnerie Chossière (25 sal.). Un plan d’eau équipé de 12 ha, un village de vacances et une base de loisirs sont sur le plateau. La population de la commune a peu varié depuis qu’en 1908 Palladuc, qui avait alors 1 000 hab., en a été détachée, suivie en 1932 par La Monnerie-le-Montel (2 000); mais elle a perdu 100 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton a 9 000 hab. (9 600 en 1999), 8 communes et 17 793 ha dont 9 787 de bois; inclus dans le Parc Livradois-Forez, limitrophe des départements de l’Allier et de la Loire, il s’étend sur le plateau découpé du Forez de part et d’autre de la vallée de la Durolle et de son axe de circulation (N 89, A 72 et voie ferrée); il monte à l’est dans les Bois Noirs jusqu’au puy de Montoncel (1 287 m). Les trois communes les plus peuplées, du nord au sud Saint-Rémy, La Monnerie-le Montel et Celles-sur-Durolle, sont tout à l’ouest, proches de Thiers.

À l’est, sur la route de Lyon, Chabreloche (1 300 hab., 961 ha dont 400 de bois), à 620 m, sert de petit centre local et a un club d’escalade, quelques petits ateliers, mais a subi des fermetures récentes, dont en 2003 celle de la fabrique de chaussures en plastique Plastic-Auvergne, qui s’était pourtant fait une belle réputation dans la chaussure pour enfants (la Sarraizienne) et employait 200 personnes; la population est en recul depuis 1968 (1 500 hab.).

Palladuc (510 hab., 1 335 ha dont 700 de bois), perché à 749 m dans les collines juste au NE de Saint-Rémy, a aussi de petits ateliers dont Adiamas (coutellerie, 75 sal.), Gouttebarge (outils de précision, 45 sal.), Gepman (plastiques, 65 sal.), Safetool (coutellerie, 25 sal.), mais a perdu la moitié de sa population depuis sa création en 1908; le territoire communal s’étire au NE jusqu’au puy de Montoncel et, au sud, contient l’échangeur autoroutier du canton. Viscomtat (640 hab., 2 544 ha dont 697 de bois) accueille la coutellerie Dubost-Colas-Pradel (45 sal.); la commune occupe l'angle sud-est du canton, à 14 km SE du chef-lieu et 9 km à l'ouest de Noirétable dans le haut bassin de la Semaine.


Celles-sur-Durolle

1 800 hab., 3 890 ha dont 1 625 de bois, commune du Puy-de-Dôme dans le canton de Saint-Rémy-sur-Durolle, 10 km à l’est de Thiers à 570 m. Si le bourg est sur le plateau au sud de la Durolle, la commune s’étend au NE jusqu’au puy de Montoncel dans les Bois Noirs, et à l’est jusqu’à la porte de Chabreloche. Elle inclut donc une part de la vallée de la Durolle et de son couloir de circulation, suivi par une file de maisons et de petites fabriques de coutellerie comme Tarrerias-Bonjean (40 sal.) et Tarrerias-Chassang (20 sal.), Verdier (35 sal.), plus les forges de l’Éminée (35 sal.), le découpage Altiaa (20 sal.) et des ateliers de plastiques dont le principal est Preciplastic (25 sal.). La population a diminué de 1876 (3 100 hab. sdc) à 1954 (2 000) et elle est restée stable ensuite jusqu’en 1990, avant de rechuter (-110 hab. de 1999 à 2008). Le nom de la commune était Celles jusqu’en 1929. La commune voisine de Viscomtat (640 hab., 2 544 ha dont 697 de bois, à 700 m), au sud-est, qui monte à 1 018 m à la Pierre Peille, en avait été détachée en 1833; elle avait 1 500 hab. en 1876, 1 000 en 1968 et a encore perdu une cinquantaine d'habitants depuis 1999.


Monnerie-le-Montel (La)

2 100 hab. (Monnerinois), 465 ha dont 185 de bois, commune du Puy-de-Dôme dans le canton de Saint-Rémy-sur-Durolle, 6 km ENE de Thiers dans la vallée de la Durolle à 540 m. La commune a été créée en 1932 seulement, par détachement de Saint-Rémy, qui de ce fait n’est plus vraiment «sur Durolle»; elle a reçu un collège public. Elle conserve un bel ensemble d’ateliers, mais dont l'éventail et les emplois se réduisent: outillage à main Marquardt (L'Outil Parfait, 150 sal.), estampage Setforge-Gauvin (100 sal.), la mécanique Maubert (30 sal.), les coutelleries Tarrerias-Bonjean (25 sal.), Sauzedde-Biguet (25 sal.), Jodas (20 sal.), les traitements de surfaces Bodycote (20 sal.); articles de papeterie Elba (65 sal., groupe J.M.Bruneau, ex-Avery-Dennison; maçonnerie Fernandes (25 sal.); supermarché Carrefour (25 sal.). La population communale avait crû de 1932 (2 000) à 1975 (2 900) mais diminue depuis; elle a encore perdu 220 hab. entre 1999 et 2008.