Cantons de Bayonne

Bayonne

45 700 hab. (Bayonnais) dont 1 200 à part, 2 168 ha, ville près de l'embouchure de l'Adour, sur la rive gauche, sous-préfecture des Pyrénées-Atlantiques. C'est l'ancienne Lapurdum (= Labourd), place forte et port, devenue au 12e s. Ibai-Ona, la bonne rivière (Baiona en basque). Bayonne a connu deux grandes phases de prospérité avant la période actuelle. Elle a relevé de l'union anglo-gasconne du milieu du 12e s. au milieu du 15e s., et en a tiré un bon parti au moins jusqu'à l'abandon du port, ensablé, au 14e s. Le port fut rétabli en 1578 grâce à des travaux de détournement de la Nive et de l'Adour, et Bayonne devint une base de corsaires et un port atlantique actif aux 17e et 18e s. Arthur Young a vu alors en elle «la plus jolie ville de France»; elle avait 12 000 hab. en 1790, bien plus que Pau. Sa population s'est stabilisée à 27 000 hab. dans le dernier tiers du 19e siècle, a lentement progressé ensuite (32 500 autour de 1950), a connu une flambée dans les années 1960 (42 700 sdc en 1968) puis a un peu baissé avant de stabiliser. Mais elle aurait augmenté de près de 4 000 hab. entre 1999 et 2008, selon les recensements.

Le centre-ville, enserré dans l'enceinte de Vauban, associe le Grand Bayonne sur la rive gauche de la Nive et le Petit Bayonne, quartier d'artisans, de bistrots et de musées sur la rive droite; un Nouveau Bayonne s'est étendu côté ouest au-delà du Grand Bayonne, avec immeubles collectifs et administrations. Le Grand Bayonne abrite la cathédrale des 13e-16e s., des restes de fortifications, le Château Vieux (13e s.), de belles façades protégées, un centre piétonnier, une cité administrative et un jardin botanique, l'hôtel de ville et les halles. En face, de l'autre côté de la Nive, musée basque et musée Bonnat (beaux-arts), hôtel du département, et l'IUT dans le Château Neuf (15e s.). Sur l'autre rive de l'Adour, un quatrième ensemble est formé par la puissante citadelle (toujours occupée par l'armée), qui domine le vieux quartier Saint-Esprit, ancienne commune intégrée en 1854, où s'était établie jadis une colonie de juifs chassés d'Espagne.

De la sorte, Bayonne présente des quartiers assez bien caractérisés. Le centre en comprend trois sur la rive gauche de l'Adour: le Petit Bayonne avec le Château Neuf, les musées, des cafés et restaurants et un aspect populaire et touristique; le Grand Bayonne marchand et administratif avec le Château Vieux et la cathédrale; le Nouveau Bayonne en aval avec la sous-préfecture, les arènes et des bureaux. Lui répondent trois ensembles sur la rive droite: le mont de la Citadelle face au Grand Bayonne, Saint-Esprit populaire, cosmopolite et commerçant en amont, et la zone d'activités Saint-Frédéric à l'est près de l'accès autoroutier.

Au-delà vers le nord, se distinguent d'autres quartiers: Saint-Bernard dans la plaine de rive droite de l'Adour en aval; Saint-Étienne et Sainsoutan au nord de la citadelle, associant HLM, villas et cimetières dont un cimetière juif; le grand ensemble d'habitations de Sainte-Croix plus à l'est (1 100 logements des années 1965-1975 dits les Hauts de Bayonne); la zone industrielle Saint-Étienne à l'angle nord-est; un ensemble de pavillosn sur les buttes de Sanguinat et du Grand Basque au sud-est. Les fonds restent bocagers, l'habitat se cantonnant aux sommets des collines. Au sud de l'Adour, le centre-ville est entouré à l'ouest par la zone d'activités du Pontet et du Forum, un secteur d'habitantions au sud-ouest (Saint-Amand), un autre dominant à la Nive autour de la butte de Marracq, tandis qu'entre Nive et Adour à l'est, dans le quartier de Mousserolles, l'occupation du sol est plus disloquée par le relief, entre l'hôpital et la cité de Limpou.

Bayonne a des festivals de théâtre latino-américain et de jazz. L'Aviron Bayonnais est un club sportif célèbre dans le monde du rugby: créé en 1904, champion de France en 1913, 1934 et 1943, puis affaibli, il est revenu au premier plan en 2005. La ville a une unité universitaire de sciences humaines (1 100 étudiants) et un IUT (950 étudiants) de l'université de Pau et des Pays de l'Adour, cinq collèges publics et deux privés, quatre lycées publics et trois privés, un régiment d'infanterie de marine. Ses commerces et services (hôpital de 500 lits, cliniques, santé mentale) rayonnent sur la moitié occidentale du département et dans les Landes: cette ville qui fut gasconne fait aujourd'hui figure de capitale du Pays Basque.

Parmi les commerces et services, se distinguent cinq cliniques, toutes entre 120 et 170 salariés et totalisant plus de 500 lits; les grands magasins comme But (240), Carrefour (Guyenne et Gascogne, 150), un centre Leclerc (150), Leroy-Merlin (130), les Galeries Lafayette (120 sal.)Pion (horlogerie-bijouterie, 65 sal.); des sociétés de nettoyage (Onet, 270), de gardiennage (Brinks, 100 sal.) et de travail temporaire; les banques; plusieurs négoces de gros dont le principal est Cazeneuve (bois, 100 sal.). Les transports urbains emploient 200 salariés, la Caisse d'Épargne en affiche 580 mais en comptant ses différentes agences.

Bayonne a peu d'industries dans la commune: surtout les emballages plastiques Plastitube (190) et Leda (60), depuis la fermeture de la fonderie de Mousserolles devenue Safam et passée à un groupe italien qui l'a liquidée en 2004. Sony avait installé en 1981 une fabrique de cassettes et en 1992 une autre de têtes de lecture; mais le repreneur allemand Ruwell, arrivé en 1997, a fermé l'une, et l'autre ne sert plus qu'au recyclage. La plupart des employeurs industriels sont alentour à Tarnos, Boucau, Mouguerre et surtout Anglet.

Bayonne est aussi connue pour des spécialités de bouche. La plus connue est celle du «jambon de Bayonne», dont les conserveries sont en partie dispersées alentour et dont le centre névralgique est en fait Arzacq-Arraziguet. La chocolaterie est une autre spécialité, d'origine historique puisque c'est par Bayonne que le chocolat a fait son apparition en France; plusieurs petites fabriques en assurent la permanence, la première étant Andrieu (80 sal.). Le groupe familial catalan Bernat (Barcelone) y avait ajouté son usine française de célèbres sucettes rondes Chupachups mais l'a fermée en 2003. La liqueur Izarra, créée en 1835 et maintenant au groupe Cointreau, est également bayonnaise.

Le jambon de Bayonne

Très ancienne spécialité locale, le jambon de Bayonne bénéficie depuis 1998 d'une IGP (indication géographique protégée), assez généreuse puisqu'elle est étendue à 22 départements du quart sud-ouest de la France, jusqu'en Corrèze, Cantal et Pyrénées-Orientales. L'initiative en est revenue à l'INPAQ (Interprofession porcine d'Aquitaine). Un Consortium du jambon de Bayonne a été créé en 1994. Les principaux producteurs sont toutefois dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes et la zone de salaison est limitée au bassin de l'Adour. La durée de séchage minimale est fixée à 9 mois. C'est en fait à Arzacq-Arraziguet près de Pau que se trouvent le centre et les institutions de l'IGP, qui comprennent un musée. La production est d'environ 9 000 t/an, soit un cinquième de la production française de jambons. Une foire aux jambons se tient à Bayonne depuis 1462.

Le port, étendu le long de l'Adour en aval de la ville, jusqu'à Tarnos, est le débouché d'une conduite de Lacq et reçoit en stockage des automobiles Ford et General Motors importées d'Espagne; il est le premier port français d'exportation de maïs. Son trafic total annuel est d'environ 4,2 Mt, dont 2,8 aux exportations; en tête viennent les produits métallurgiques de l'Aciérie de l'Atlantique (plus d'un million de tonnes, mais à Tarnos) et les exportations de maïs vers l'Espagne (variant entre 800 000 et 1 000 000 t), les hydrocarbures raffinés en provenance de Donges (800 000 t), les engrais (500 000 t), le soufre de Lacq (env. 400 000 t rive gauche, à Blancpignon, mais en net déclin), enfin des bois, tropicaux aux entrées et landais aux sorties.

La communauté d'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz, souvent dénommée BAB, n'associe que ces 3 communes et compte donc seulement 109 300 hab. L'agglomération physique dépasse 150 000 hab. (191 000 pour l'unité urbaine Insee) et inclut tout le port, avec de grandes usines à Anglet, Boucau, Mouguerre et Tarnos, celle-ci landaise, ainsi que l'aéroport intercommunal Biarritz-Anglet-Bayonne (v. Biarritz). L'arrondissement de Bayonne a 271 600 hab. (248 800 en 1999), 19 cantons, 123 communes, 227 000 ha. Les trois cantons totalisent 52 100 hab. (47 100 en 1999) sur 2 750 ha et concernent deux communes, l'autre étant Le Boucau. L'Insee attribue généreusement à la ville une aire urbaine de 231 900 hab., couvrant tout le Labourd jusqu'à la frontière, Hendaye exclue toutefois.