Canton de Rabastens-de-Bigorre

Rabastens-de-Bigorre

1 460 hab. (Rabastenais), 893 ha, chef-lieu de canton des Hautes-Pyrénées dans l’arrondissement de Tarbes, 20 km NNE de la préfecture. Bastide de forme très régulière, créée en 1301, elle porte le nom de son fondateur, Guillaume de Rabastens, sénéchal de Toulouse qui était originaire de Rabastens (Tarn). Le nom de la commune a été complété en 1962. Le village est établi sur la rive gauche de l’Estéous, et la commune est longée à l’ouest par son affluent l’Aigue Vive. La bourgade est desservie par la N 21.

Ell est connue pour le gros marché aux veaux du parc du Val d’Adour, 4e marché national, spécialisé dans les veaux sous la mère ou repoupets; conserves et pâtés (Brunet, 45 sal.), poteries CNCL (35 sal.), atelier artisanal d’optique-mécanique (Legrand). La population croît depuis les 910 hab. de 1954, et a augmenté de 100 hab. entre 1999 et 2009. Le village est le siège de la communauté de communes Adour-Rustan-Arros, qui rassemble 22 communes et 4 500 hab., sur 11 849 ha.

Le canton a 4 900 hab. (4 500 en 1999), 24 communes, 12 927 ha dont 1 620 de bois. Limitrophe du département du Gers, il s’étend à l’ouest dans la plaine de l’Adour, à l’est dans les alternances de vallées et de crêtes dessinées par l’Arros, l’Estéous et leurs petits affluents. Sarriac-Bigorre (290 Sarriacais, 1 080 ha), juste à l’ouest de Rabastens, affiche un château du 19e s. à fossés, une église gothique du 16e s.

Saint-Sever-de-Rustan (160 Rustanais, 952 ha), 10 km au SE de Rabastens au bord de l’Arros, est une bastide de 1297 qui se signale aussi par son abbaye, issue d’un monastère bénédictin du 9e siècle reconstruit au 18e s., et dont le nom se retrouve dans plusieurs communes des environs, éventuellement sous la forme Rustaing.

À Tostat (450 hab., 627 ha), dans l’angle SO du canton à 9 km SO du chef-lieu et 11 km au nord de Tarbes, sur la rive droite de l’Adour, sont un beau château classique du milieu du 17e siècle et des restes d’une villa gallo-romaine. Peyrun (80 Peyrunais, 401 ha), petit village perché sur la pouge entre l’Estéous et Arros, à 8 km SSE de Rabastens, a pu abriter un temps le siège de la communauté de communes.