Canton d'Elne

Elne

7 800 hab. (Illibériens), 2 129 ha dont 300 de vignes, chef-lieu de canton des Pyrénées-Orientales dans l'arrondissement de Perpignan, 13 km au SE de la préfecture sur la N 114 et la voie ferrée d'Espagne. La fondation est ancienne, peut-être grecque; le nom fut Illiberis, ce qui semble avoir désigné une colonie, littéralement une «ville neuve». C'est au 4e siècle que l'empereur Constantin débaptisa la ville au profit de sa mère Hélène: elle devint oppidum Helena, déformé plus tard en Elne. Évêché dès le 6e siècle, Elne fut une capitale du Roussillon, rivale finalement malheureuse de Ruscino. Elle compte de nombreux restes archéologiques de ces lointaines époques, et surtout une église cathédrale du 11e siècle enrichie d'un superbe cloître des 12e-14e s.; musées d'histoire et d'archéologie, musée du peintre Terrus.

Point fort du tourisme en pays catalan, Elne, au centre de cultures fruitières et légumières, a aussi des marchés, une cave coopérative, une fabrique de conserves de fruits Zuegg (italien, ex-Elna, 45 sal.), des ateliers d’emballages en carton (Fructipack, 20 sal.) et en plastiques (France Feuillard Cerclage, 25 sal.), une métallerie (Richier, 25 sal.), une blanchisserie industrielle (Catalane, 85 sal.), un supermarché Carrefour (80 sal.); installations électriques Multitec (40 sal.), travaux publics Sade (55 sal.) et Pull (25 sal.), transports Ponsaty (45 sal.).

La ville est dotée d’un festival de musique et des galeries d’art, un collège public, une clinique du Pré (125 sal.) et l’on y fête la sardane; volière de papillons, trois campings (520 places). La commune lance une queue vers l’est, qui lui permet d’atteindre la plage entre celles de Saint-Cyprien et d’Argelès, mais dans un petit secteur marécageux et vide correspondant à une ancienne embouchure du Tech, dont le cours fixe à peu près la limite sud de la commune. La population avait dépassé 3 000 hab. dès 1880; elle s’est élevée à 5 000 en 1954, et a continué à progresser lentement ensuite; elle s'est officiellement accrue de 1 200 hab. entre 1999 et 2009.

Le canton a 21 700 hab. (18 600 en 1999), 7 communes, 6 942 ha. Les six autres communes se sont associées dans une communauté qui a emprunté à Elne son ancien nom (Illiberis). Bages (Pyrénées-Orientales) et Villeneuve-de-la-Raho et Corneilla-del-Vercol dépassent 2 000 hab. les plus proches de Perpignan, dépassent 2 000 hab. Théza (1 430 Thézanais dont 70 à part, 483 ha) est à 5 km au NO et a une clinique de 100 emplois et une centaine de lits avec spécialité de traitement des maladies nerveuses; 72 ha de vignes; sa population a gagné 100 hab. de 1999 à 2009.

Montescot (1 700 Montescotois, 602 ha dont 111 de vignes) est à 4 km à l’ouest d’Elne dans une plaine longtemps humide; elle a une église romane à double abside et un centre de loisirs, un Intermarché (30 sal.) et sa population s’est accrue de 310 hab. de 1999 à 2009. Enfin Ortaffa (1 330 Ortaffanencs, 849 ha), à 5 km SO d’Elne, a un curieux clocher sur quatre piliers inclinés, qui date des années 1900 et semble avoir été inspiré par la tour Eiffel; elle a 46 ha de vignes, et 230 hab. de plus qu'en 1999.


Bages (Pyrénées-Orientales)

3 950 hab. (Bagéens), 1 195 ha, commune des Pyrénées-Orientales dans le canton d'Elne, 8 km au NO de celle-ci et 11 km au sud de Perpignan. Le nom même de la commune évoque un étang, qui fut asséché à l'initiative des Templiers à la fin du 12e siècle. Bages a vécu longtemps au rythme de la vigne, sa population montant à 2 200 hab. en 1901 pour diminuer ensuite jusque dans les années 1950 (env. 1 600 hab.) avant de remonter comme dans toute l'aire perpignanaise; elle s'est accrue de près de 600 hab. entre 1999 et 2009. Musée international d'art naïf, centre aéré, conserverie de fruits et légumes «bio» (Cepad, groupe Le Goût de la Vie de V. Scherrer), aide à domicile À la Maison (20 sal.); 749 ha de vignes. Bages est le siège de la communauté de communes du secteur d'Illibéris (5 communes, 10 000 hab.).


Corneilla-del-Vercol

2 060 hab. (Corneillanais), 543 ha, commune des Pyrénées-Orientales dans le canton d'Elne, à 4 km NO du chef-lieu; elle avait au Moyen Âge une petit forêt du Bercol; le gros château des 14e-15e s. appartient à la famille d’Oriola. Le village ancien, longé par la voie ferrée et la voie rapide (N 114) est flanqué de deux grands lotissements, séparés par le canal de Mer (Agulla de la Mar); échangeur au sud, vergers et serres. Sa population s'est accrue de 540 hab. entre 1999 et 2009, donc de plus d'un tiers.


Villeneuve-de-la-Raho

3 840 hab. (Villeneuvois), 1 141 ha dont 286 de vignes, commune des Pyrénées-Orientales au NO du canton d'Elne, 7 km au SSE de Perpignan (Vilanova-de-Raó). Le bourg est dessiné en rond sur une légère butte dominant un grand étang d'origine naturelle mais rehaussé en 1977 par un barrage; l'étang fait 201 ha et peut stocker 18 Mm3; il sert à l'irrigation en complément du lac de Vinça, aux avions de lutte contre l'incendie, aux sports nautiques et à la pêche. Un petit étang annexe de 18 ha sert de plage et de base de loisirs; au 19e s., on avait essayé dans les bas-fond des cultures de riz. La croissance de la population est rapide depuis 1975 (900 hab.), grâce à la construction de nombreux lotissements; elle s'est toutefois limitée à 170 hab. depuis 1999. Villeneuve est le lieu de naissance du démographe Alfred Sauvy (1898-1990) et a une cave coopérative; installations électriques Scopelec (25 sal.). La commune est limitée au nord par le cours du Réart. Elle est le siège du pays officiel de la Plaine du Roussillon, qui réunit 3 intercommunalités dont la communauté d'agglomération de Perpignan, 28 communes, 213 000 hab.