Canton de Niederbronn-les-Bains

Niederbronn-les-Bains

4 500 hab. (Niederbronnais), 3 140 ha dont 2 282 de bois, chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l'arrondissement de Haguenau, 22 km au NO de la sous-préfecture, enclavé dans le parc des Vosges du Nord. La ville est juste au pied des reliefs, au débouché de la vallée encaissée du ruisseau de Falkenstein, affluent de la Zinsel par le Schwartzbach, par où se faufilent la route N 62 et la voie ferrée vers Bitche et Sarreguemines. On y exploita jadis du minerai de fer: c'est le fief historique de la firme De Dietrich, qui y pratiqua le puddlage au 18e s. et qui, passée de la forge aux appareils ménagers, y conservait deux usines, 800 emplois au total en 2005.

Mais la firme a été peu à peu démantelée, cédant à Alstom l'usine de Reichshoffen en 1995, passant en 2000 sous l'autorité de la SIH (Société industrielle de Hanau, au groupe d'investissement ABN Amro), sortant de la bourse en 2001, cédant en 2002 des filiales à l'allemand Vossloh, puis vendant De Dietrich Thermique au néerlandais Remeha en 2004, l'ensemble fusionnant ensuite avec le britannique Baxi en 2009 sous le nom de BDR Thermea. Enfin, la Fonderie de Niederbronn (230 sal.) a été cédée par De Dietrich au groupe états-unien Secko en 2010. Ce qui reste de Dietrich s'est concentré à Mertzwiller.

Les autres établissements de production sont Capitol Europ (états-unien) fabrique des tubes plastiques stériles pour la pharmacie (90 sal., 200 millions de tubes par an); métallerie Ernst (40 sal.); atelier de la Mécanique de Précision de l'Est (20 sal.). Les bains ont été exploités par les Romains, puis restaurés par le comte de Hanau au 16e s., et encore par la famille De Dietrich au 18e s.; la station thermale est la seconde d'Alsace après Morsbronn (2 500 curistes, 45 000 journées/an). L'établissement thermal est accompagné d'un casinomunicipal concédé au groupe Barrière, le seul en Alsace (160 sal.) et assez bien classé en France (22e avec 25 M€/an). L'hôtel-restaurant Muller emploie 40 salariés. La source Celtic (25 sal.), ex-Lichteneck, reprise par le groupe alsacien Meckert-Diemer en 1999, débite annuellement 40 millions de litres par an et se lance dans la bière «bio».

La ville, initialement cantonnée à la vallée du Falkensteinerbach rive gauche, a débordé de toutes parts sur le piémont, s'entourant de cités ouvrières comme celles de Montrouge qui domine la ville sur un élément de bas plateau au nord, ou de Guiesberg au sud, proche de l'établissement thermal. Son territoire descend assez loin vers le sud à l'ouest de Reichshoffen, avec laquelle il partage une zone d'activités au bord de la D 1062. Il atteint au nord-est la vallée encaissée du Schwartzbach, et inclut ainsi le hameau et le château de Jaegerthal au pied du relief, les écarts de Riesack sur le bas plateau, et un grand cimetière militaire allemand. Sur le relief, il inclut au nord le Finsterkopf (476 m), monte au Grand Wintersberg (580 m) accessible par une route et doté d'une table d'orientation, et abrite quelques maisons disséminées dans la profonde vallée du Falkensteinbach jusqu'au hameau de Breitenwasen.

Niederbronn a un collège public et un lycée professionnel privé De Dietrich, une maison de l'Archéologie, les ruines de l'épais château de Wasenbourg (13e s.), et elle se flatte d'une spécialité de boudin aux châtaignes. Sa population dépassait déjà 3 000 hab. au 19e siècle; elle est stable depuis les années 1960. L'«aire urbaine» Insee et l'unité urbaine sont données pour 13 000 hab. La communauté de communes du pays de Niederbronn-les-Bains (13 communes, 22 900 hab.) siège dans la ville de Reichshoffen; elle inclut notamment Mertzwiller et Gundershoffen.

Le canton de Niederbronn-les-Bains a 28 100 hab. (27 100 en 1999),19 communes et 21 036 ha dont 9 318 de bois. Il est limitrophe du département de la Moselle mais, quoique allongé du sud au nord, il n'atteint pas tout à fait la frontière allemande: il s'en faut de quelques centaines de mètres. Un tiers nord-occidental est dans les reliefs accidentés du plateau de grès, traversés par la N 62 et la voie ferrée de Haguenau à Bitche et Sarreguemines; Niederbronn, Reichshoffen et Gundershoffen occupent son centre; à l'extrême sud sont Mertzwiller, Uberach et La Walck. La moitié des communes sont dans le Parc des Vosges du Nord. De vieux châteaux se voient au nord de Niederbronn sur les reliefs qui dominent la vallée encaissée du Schwartzbach à Windstein et à Dambach; le Grand Wintersberg culmine à 580 m. Nombreux documents et photographies dans le site http://reichshoffen.free.fr/Comple/main1.html qui détaille les communes du canton.


Bitschhoffen

460 hab., 254 ha, commune du Bas-Rhin dans le sud du canton de Niederbronn-les-Bains, à 13 km de la ville juste au NE de La Walck dont elle prolonge l'habitat; on y a exploité du minerai de fer jadis; atelier de fenêtres en pvc Gerling (60 sal.), maçonnerie Lickel (45 sal.). Le territoire de La Walck s'en est détaché en 1847, ce qui l'avait fait tomber de plus de 1 000 à moins de 300 hab.


Dambach

770 hab., 3 050 ha dont 2 004 de bois, commune du Bas-Rhin au nord du canton de Niederbronn-les-Bains, dans la profonde vallée du Schwartzbach 12 km en amont de Reichshoffen, en bordure du département de la Moselle. Le village est étiré le long de la route. La commune, située dans le Parc des Vosges du Nord, inclut au nord-ouest les deux hameaux de la Cité du Stade et de Neunhoffen, ainsi que d'anciens bastions de la ligne Maginot et plusieurs châteaux ruinés: Schœneck et Wineck au nord, Hohenfels au sud-ouest. Son finage très boisé, qui monte à 565 m, atteint au nord-est la vallée du Steinbach et inclut à l'est le long vallon de Winecker où s'éparpillent les maisons des hameaux de Kehlenhof et Wineckerthal. Dambach accueille les surgelés Eisman (20 sal.), un atelier de spécialités Le Gourmet d’Alsace (30 sal.). La population est très stable.


Engwiller

470 hab., 374 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 9 km au sud de la ville; le village est tassé sur une butte, entouré de vergers, et de bois un peu au nord; il comprend de grosses fermes et s'honore d'une spécialité de Flammekuche (tarte flambée).


Gumbrechtshoffen

1 200 hab., 574 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 7 km au sud du chef-lieu au bord de la Zinsel du Nord, juste à l'ouest de Gundershoffen; l'ancienne commune de Gumbrechtshoffen-Niederbronn a absorbé Gumbrechtshoffen-Oberbronn en 1945 et, de ce fait, pu raccourcir son nom; mais sa population n’a guère crû depuis. L'habitat comporte trois éléments: le village principal sur la route et la rive gauche de la rivière, un faubourg outre-Zinsel au sud, un lotissement annexe au nord, Scheuermatt.


Gundershoffen

3 500 hab., 1 755 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 17 km au NO de Haguenau, sur la Zinsel à l’orée du parc des Vosges du Nord, juste en aval de Reichshoffen et Niederbronn. C’est un centre industriel en développement, avec une gare. Les ateliers Tryba, fondés en 1980 par Joseph Tryba, emploient 430 salariés à la fabrication, la distribution et la pose de fenêtres en plastique pvc (avec leurs filiales locales AFP et Norba); le groupe, devenu Atrya, occupe 1 650 salariés en Europe et a son siège à Gundershoffen, qui emploie en outre 80 sal., plus l'informatique Atwin (30 sal.). En outre, matériel téléphonique Acean (140 sal.), métallerie Alpi (35 sal.), barrières et portails Heda (40 sal.), papiers carbone et encres Mari (30 sal.), biscuits apéritifs Boehli (bretzels, 40 sal., groupe Meckert); vente par automates Prestomatic (25 sal.), centre d'appels Télépro (35 sal.).

La commune a absorbé en 1973 les anciens villages de Griesbach, au SE, de Schirlenhof et Eberbach au NE, ce dernier longeant l'Eberbach. Il comprend ainsi les haras de Leichenberg et le hameau d'Ingelshof dans les collines orientales. Son finage actuel atteint à l'est l'Eberbach et inclut une grande part du Grosser Wald au nord-est. Le bourg est sur le bord gauche (oriental) de la vallée du Falkensteinbach, qui conflue avec la Zinsel du Nord. Leur plaine commune supporte la voie ferrée et la D 1 062 et a reçu tout un ensemble d'activités plus une cité ouvrière, formant le quartier d'Eulenberg. Le bourg lui-même s'est étoffé le long de la route de Reichshoffen (Loehl), vers le sud (les Platanes) et vers l'est (les Quatre Vents). Sa population crû ensuite (2 700 hab. en 1975), du moins jusqu'en 1999.


Kindwiller

580 hab., 597 ha, commune du Bas-Rhin à l'extrême sud du canton de Niederbronn-les-Bains, à 13 km de la ville près de La Walck; anciennes ferrières; le village avait été complètement détruit en 1945.


Mertzwiller

3 600 hab., 696 ha dont 294 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 10 km au NO de Haguenau au bord de la Zinsel du Nord. Son territoire est inséré dans la forêt, la limite communale s'arrêtant presque partout à l'orée des bois. La bourgade est dans le rayon d’action de la firme De Dietrich, maintenant au group BDR-Thermea dont le siège est aux Pays-Bas: deux établissements totalisent 750 emplois et fabriquent des radiateurs de chauffage central, accompagnés par un filiale de service après-vente Serv Elite (20 sal.); volets roulants Soprofen (85 sal.), meubles Weber (30 sal.), négoce de métaux Transmétaux (25 sal.), bétons (Inter Service Pompe Est, 20 sal.); installations électriques Pautler (25 sal.), logiciels ABW (25 sal.); travaux publics Colas (30 sal.). La ville a un collège public, un lycée privé De Dietrich, une maison de retraite; gare sur la voie ferrée de Strasbourg à Sarreguemines. La population a augmenté régulièrement depuis 1926 (2 200 hab.) et atteint 3 300 (sdc) en 1975; la croissance s’est ralentie depuis.


Mietesheim

640 hab., 849 ha dont 235 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 9 km au sud de la ville; fabrique de jus de fruits et de légumes Cidou (Pascual, 75 sal.), ambulances Donnerwirth (20 sal.). Une fête du raifort rappelle que ce légume aurait été introduit en France par Mietesheim, à partir de l’Ukraine. Au village se trouve la coopérative Alsaraifort, qui groupe une trentaine de producteurs dispersés et produit sous la marque Raifalsa. Le finage est limité à l'est par le cours de la Zinsel du Nord et comprend au sud un grand bois contigu à celui du camp de Neubourg. La population s'est accrue de hab. entre 1999 et 2007.


Oberbronn

1 500 hab., 2 115 ha dont 1 438 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 2 km au SO de la ville. La commune, dans le Parc des Vosges du Nord, est boisée aussi bien dans la plaine que sur le plateau gréseux. Elle avait absorbé Zinswiller entre 1974 et 1992, ce qui avait porté sa population à 2 300 hab. en 1975. Elle a perdu des habitants ensuite, jusqu'en 1999, mais vient d'en regagner une centaine en 2007. Elle est limitrophe du département de la Moselle. Le village est au pied du talus du plateau de grès; il est proongé vers Niederbronn par les maisons du quartier de Gerstenfeld; travaux publics Sotravest (190 sal.).

Au sud, le ban communal comprend des quartiers de la petite agglomération de Zinswiller, notamment le quartier d'Eichelbach, un ensemble industriel et la maison forestière du Ziegelberg. La partie sud-est dans la plaine est occupée par la forêt de Frohrer. Le territoire s'étend largement sur les reliefs du plateau, recouverts par la forêt domaniale de Niederbronn et dont ressortent les sommets du Wasenkœpfel (426 m) et de l'Immenkopf (423 m); il culmine, un peu au-delà, à 463 m au-dessus des cols de l'Ungerthal et d'Holdereck, où passe une route forestière. Il atteint au nord la vallée du Falkensteinerbach et le hameau de Breitenwasen.


Offwiller

830 hab., 1 592 ha dont 907 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 9 km au SO de la ville et limitrophe du département de la Moselle; le village est au pied du talus des Vosges du Nord et la commune est dans le Parc; musée d’arts et traditions, vaste forêt communale. Le ban est très étendu dans la plaine, frôlant au sud les maisons de Bischholtz. Il monte à 420 m sur le plateau boisé occupé par la forêt d'Ottwiller, et la vallée du Rothbach fixe sa limite occidentale.

«Offwiller est l'une des rares communes de France à avoir maintenu envers et contre tout le rite païen du Schieweschlawe [lancement nocturne de disques de bois enflammés, à l'équinoxe de printemps] […] La vie du village est rythmée tout au long de l'année par de nombreuses fêtes et manifestations organisées par les associations locales. Le tissu associatif est dense et c'est lui qui régule la vie de la commune. Ici, les mots bénévolat, solidarité et hospitalité ont encore toute leur signification pour le bien de tous. Musique, sport, gymnastique, randonnées… tous les secteurs d'activités sont en réalité concernés par les associations qui représentent un élément fédérateur et confraternel au sein du village […] Les festivités ne sont entourées d'aucune publicité, d'aucun commerce, d'aucune attraction particulière. Le lancement des disques est pratiqué à la manière d'antan. Ainsi, c'est toujours dans le noir le plus total que les lanceurs montent à la clairière. Sur place, aucune boisson n'est vendue malgré la forte chaleur dégagée par le bûcher. C'est qu'autrefois, les familles venaient sur les lieux munies de torches et d'eau fraîche. En réalité, seule l'Amicale des Sapeurs-Pompiers organise tous les ans sur autorisation de la municipalité une buvette et un buffet dans la rue de l'Église, au départ du chemin de terre menant à la clairière. Il est possible d'y acquérir bâton et disques. Les sapeurs proposent également aux hôtes du vin chaud et des beignets artisanaux.» (site officiel de la commune http://www.mairie-offwiller.fr)


Reichshoffen

5 700 hab., 1 764 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, à 3 km au SE du chef-lieu, 18 km au NO de Haguenau. Elle appartient au petit bassin industriel de Niederbronn, au bord de la r. Zinsel, et bénéficie d'une extension locale du Parc des Vosges du Nord; en 1972, elle a absorbé au nord-est l'ancien village de Nehwiller. Sa population est passée de 3 000 hab. au début du 20e s. à 4 000 en 1962, 5 000 en 1975; elle a encore gagné 300 hab. entre 1999 et 2007. Reichshoffen est un centre industriel qui fut déjà actif au 19e s. et qui conserve au château le siège du groupe De Dietrich, assorti de collections et archives gérées par une association; le groupe emploie dans la commune 80 personnes mais ses anciennes usines ont été cédées.

La commune abrite plusieurs établissements: fabrique de matériel ferroviaire (autorails) transférée du groupe De Dietrich à Alstom et passée de 1 300 à 760 sal.; fabriques d’infrastructures ferroviaires Cogifer, transférée de De Dietrich à l’allemand Vossloh (deux usines de 200 et 120 sal.); usine De Dietrich Thermique (60 sal.); matelas à ressorts Treca (groupe japonais Sumitomo, 100 sal.) à partir d’une tréfilerie-câblerie (d’où le nom Treca) venue de Puteaux en 1922 et reprise plus tard par Dunlop; tréfilerie Stal (Tréfileries d’Alsace, 70 sal.); bétons et travaux publics Fehr (190 sal.); mécanique MCN (30 sal.), cuisines Kocher (25 sal.).

La ville a aussi un Intermarché (75 sal.) et un supermarché Match (35 sal.), un centre d’aide par le travail de la fondation Sonnenhof, une régie intercommuinale d'électricité (25 sal.); musée du Fer, collège public; gare, plan d’eau (pêche). Le centre est au confluent du Schwartzbach qui vient du nord et du Falkensteinerbach qui vient du nord-ouest par Niederbronn. Il s'est agrandi de larges lotissements, notamment la Prairie au nord-est et Napoléon au sud-ouest. Trois zones d'activités flanquent l'agglomération à l'est, à l'ouest et au sud. À la pointe sud-ouest du ban se tient à l'écart le hameau de Lauterbacherhof, proche de Gundershoffen.

La partie nord du ban est boisée, sauf autour de l'annexe de Nehwiller, assez gros village qui aligne ses maisons sur deux routes. Le grand plan d'eau de Wolfartshoffen est retenu par un barrage de 1982 dans les bois au centre du finage, dans la vallée encaissée du Schwartzbach; il a sur sa rive un mirador d'ornithologie, un peu en aval une chapelle à pèlerinages. Le site de la fameuse bataille de 1870 est un peu plus à l’est, dans le canton de Wœrth.


Rothbach

520 hab., 799 ha dont 309 de bois, commune du Bas-Rhin à la pointe SO du canton de Niederbronn-les-Bains, 11 km de la ville, dans le Parc des Vosges du Nord. Le village est juste au pied du talus à côté d’Offwiller, au débouché du Rothbach, des deux côtés du ruisseau. Le ban ne s'étend guère que vers l'ouest, où il monte sur le relief jusqu'au-delà de la Bruderthal en englobant la grosse butte du Seelberg (375 m). Il inclut au pied du relief les hameaux occidentaux de Seelhof, Steig et Laesschmuehle; carrières de grès vosgien sur le versant gauche du Rothbach (Loegel, 25 sal.).


Uberach

1 200 hab., 201 ha, commune du Bas-Rhin dans l’extrême sud du canton de Niederbronn-les-Bains au bord de la Moder, partie de l’agglomération de Pfaffenhoffen; le nom s’écrivait Ueberach avant 1861. La population est stable depuis 40 ans, avec une légère augmentation récente. Les maisons s'étirent en rue le long de la D 72 en bord de vallée, mais le village est doublé au nord par un grand lotissement. Uberach a une brasserie artisanale, et surtout l’usine et le siège de l’active société Rothélec (150 sal.), qui fabrique des appareils de cuisson et de chauffage, depuis 1976; matériels d'étiquetage ATE (35 sal.). Ravagé par les guerres, le village avait été repeuplé par des colons appelés de contrées plus ou moins lointaines, notamment des Picards, après les traités de Westphalie et le rattachement à la France. Le finage, étroit, est limité au sud par le cours de la Moder.


Uhrwiller

700 hab., 1 102 ha dont 212 de bois, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 13 km au SSO de la ville; elle a compté jusqu’à 1 270 hab. en 1826, et cultive encore le goût du costume alsacien traditionnel, avec une fête des traditions depuis 1991. Le village, tassé dans un vallon, s'est doté d'une petite extension à l'ouest nommée Bruechelmatt, et la commune englobe au sud-ouest l'ancien village de Niefern qui est dans la vallée du Rothbach. La partie septentrionale du finage est boisée.


Uttenhoffen

180 hab., 195 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains, 8 km au sud de la ville au bord de la Zinsel, rive droite, sur la route de Haguenau; maisons à colombage. Le petit finage est limité au nord et à l'est par le cours de la Zinsel.


Walck (La)

1 200 hab., 68 ha, commune du Bas-Rhin à l’extrême sud du canton de Niederbronn-les-Bains. Le village est sur la rive gauche de la Moder au confluent du Rothbach. Il est face à Pfaffenhoffen dont il constituait à l'origine un faubourg d'outre-pont, en patte d'oie. La Walck n'est d'ailleurs apparue comme commune qu’en 1847, à partir de Bitschhoffen, ce qui explique la très faible étendue de son territoire. Ce fut un centre d'industrie de la chaussure au 19e s, qui a perdu récemment des fabriques prestigieuses (Salamander, Adidas, Leopold) mais dont subsistent deux usines de chaussures de sécurité Lemaître (FAC, 60 sal.) et Heckel (60 sal.), toutes deux au groupe allemand Uvex. Le village a des restes de fortifications et des maisons anciennes, un collège public. Vers le nord-est, l'habitat s'est étendu sous forme d elotissements dans le quartier Plein-Soleil, qui fait le lien avec Bitschhoffen. Le nombre d’habitants plafonnait depuis les années 1970 mais a augmenté de près de 200 hab. entre 1999 et 2007.


Windstein

160 hab., 1 197 ha dont 1 030 de bois, commune du Bas-Rhin au nord du canton de Niederbronn-les-Bains, sur la rive gauche du Schwartzbach. Le petit village est dans un vallon au pied des ruines des châteaux de Windstein. La commune, très boisée, est dans le Parc des Vosges du Nord. Elle offre rochers et escalades dans le site de la vallée de la Jægerthal, avec restes d’une ancienne forge De Dietrich. La commune a eu 630 hab. en 1792, encore 530 en 1851 et 430 hab. en 1881. Sa population décline encore.


Zinswiller

830 hab., 714 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Niederbronn-les-Bains à 6 km SO de la ville au débouché de la Zinsel dans la plaine. Elle est dans le Parc des Vosges du Nord et connue pour ses rochers pittoresques; usine et siège de De Dietrich Glass-Lining, gros producteur d’appareils en acier vitrifié, notamment de cuves pour l’industrie chimique (420 sal.); menuiserie Bier (25 sal.). La commune avait fusionné avec Oberbronn entre 1974 et 1993. Elle a eu jusqu’à 1 050 hab. en 1911 et en a gagné 60 de 1999 à 2007; elle a des commerces et services de base.

Le centre villageois est sur la rive droite de la Zinsel et se complète des hameaux de Haeselbach et Mattenberg au sud-est, mais un faubourg s'est développé sur la rive gauche près des usines et déborde sur le ban d'Oberbronn, dont la limite est très proche. Au sud dans la plaine, le territoire est boisé. Il l'est aussi, bien entendu, sur le relief à l'ouest, où toutefois la commune ne dispose que d'une surface réduite, au sud du cours de la Zorn.