Canton d'Illkirch-Graffenstaden

Illkirch-Graffenstaden

27 500 hab. (Illkirchois) dont 670 à part, 2 221 ha dont 994 de bois, chef-lieu de canton du Bas-Rhin dans l’arrondissement de Strasbourg-Campagne, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, en banlieue SSO de la métropole, sur l’Ill. La fusion des deux noms d'anciens villages est très ancienne. Illkirch est l'église de l'Ill, Graffenstaden (jadis Grafenstaden) est la ville comtale. La commune avait 5 000 hab. à la fin du 19e siècle, 8 000 en 1954, 16 300 en 1975 et la croissance se poursuit. La majorité municipale est à gauche; le maire est depuis 1995 Jacques Bigot, socialiste, avocat, qui préside aussi la Communauté urbaine de Strasbourg.

L'urbanisation se concentre sur la rive droite de l'Ill, dans la partie occidentale de la commune. Le canal du Rhône au Rhin et la route principale (D 468, à quatre voies et avec échangeurs) traversent le centre du finage, tandis que la partie orientale reste boisée et parcourue par les sinuosités des bras d'eau de la plaine du Rhin, dont la Schwarzwasser (l'eau noire) et le Rhin Tortu, qui fixe la limite orientale du finage. La nouvelle rocade de traversée du Rhin (N 353) court à la limite sud de la commune. Au sud-ouest sont l'ancien fort Urich, la principale zone industrielle et un grand étang. Sur la rive gauche de l'Ill, Illkirch possède une extension, où s'est installé le centre nautique de la Hardt.

La ville a reçu de nombreux établissements du tertiaire strasbourgeois dont un hypermarché Auchan (550 sal.), des supermarchés Simply (40 sal.), Leclerc (25 sal.), un hôpital public (85 places, chirurgie orthopédique et de la main), une clinique (216 lits), un parc d’innovation (bureaux) à plan rayonannt sur 170 ha occupé par 80 établissements et 2 000 employés, deux collèges publics et trois lycées polyvalents publics (arts graphiques, hôtellerie, bâtiment), l’un des deux IUT de Strasbourg (4 sections), la Faculté de Pharmacie de l'université Louis-Pasteur, plusieurs grandes écoles et institutions de recherchs: Université internationale de l'espace (ISU), École nationale supérieure de physique de Strasbourg, École supérieure de biotechnologie de Strasbourg, Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire, plus une école privée d'informatique (Supinfo). Le 1er régiment du génie, stationné au quartier Leclerc, a été dissous en 2010. Le petit ensemble Chêne Hêtre, à l'ouest du centre, fait partie des «zones urbaines sensibles». Le tramway de Strasbourg (ligne A) relie Illkirch à la métropole.

L'usine de téléphones Alcatel, qui employa jusqu'à 1 600 personnes, a arrêté en 2001 la production de téléphones mobiles pour se concentrer sur l'optronique, avant d'arrêter toute fabrication; reste toutefois la branche de recherche et développement d'Alcatel, qui emploie 660 personnes. Les principaux autres employeurs industriels sont les transmissions pour automobiles Flender (allemand, 320 sal.), les machines-outils Huron (140 sal.), les instruments scientifiques Cerberus (groupe Siemens, 50 sal.), La Tôlerie fine (précision, 50 sal.), Fels (appareillage électrique, 50 sal.), Demometal (découpage, 50 sal.), la menuiserie métallique Clestra Cleanroo (40 sal.), les outillages Tek (40 sal.); imprimeries Valblor (180 sal.) et Geiger (30 sal.).

Illkirch accueille aussi tout un ensemble de spécialistes de la santé et des laboratoires comme Fisher Scientific (matériel scientifique, 290 sal., du groupe états-unien ThermoFischer), Transgene (230 sal.), Ortho Clinical Diagnostic (fabrication, 140 sal., groupe états-unien Johnson & Johnson), le CAR (Centre d’analyse et de recherche, 110 sal., filiale de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg), Ventana Medical (110 sal.), Novalix (recherches pharmaceutiques, 50 sal.), MP Biomedicals (40 sal.), Prestwick (40 sal.), les laboratoires d’analyse LEM (agro-alimentaire, 50 sal.) et Larebron (75 sal.), les laboratoires Boiron (homéopathie, 30 sal.), Capsugel (35 sal.), Carex (35 sal.), les distributeurs de pharmacie OCP (65 sal.) et RMO (40 sal.). Dans l'agro-alimentaire figurent la charcuterie Herta ex-Olida (270 sal., allemand) et le charcutier-traiteur Kirn (80 sal.).

Illkirch réunit également une série de bureaux d’étude, de conseil et d’ingénierie comme les ingénieries Altran (320 sal.), Omnium technique européen (150 sal.), SIRR (70 sal.); les sondages et études de marchés Quintiles Benefit (180 sal.); en informatique, Logica IT (Unilog, 150 sal.), Alplog (80 sal., groupe Altran), HP AL (50 sal.), Incotec (30 sal.), Berest (Bureaux d’études réunis de l’Est, 45 sal.); publicité Reymann (90 sal.). S’y trouvent aussi plusieurs distributeurs comme Delphi (pièces pour automobiles, 200 sal.), Lidl (120 sal.), Puma (sports, 160 sal., groupe allemand mais dans le giron du groupe français PPR), Siemens (électricité, 65 sal.), HPF (électroménager, 50 sal.), Nielsen (encadrements, 50 sal.), Sodifrais (crèmerie, 55 sal.), Romaf (50 sal., alimentation), Pipal (45 sal., papeterie), Soditec (45 sal., produits techniques).

Dans les sociétés de services apparaissent les installations électriques Cégélec (40 sal.), les gardiennages Secu Event (140 sal.) et Outre-Forêt (Sgof, 45 sal.); les travaux publics ETM (65 sal.), Urban (55 sal.) et Trabet (55 sal.); des garages comme Renault (120 sal.), les transports de voyageurs Transdev Alsace (80 sal.), les messageries M2A Express (45 sal.); les bureaux régionaux d’Air-France (170 sal.); un centre d’appels et des services de Bouygues-Télécom (260 sal.); hôtel L'Échiquier (75 sal.).

Le canton, traversé par l'Ill et la A 35, a 54 500 hab. (51 400 en 1999) et 3 501 ha (1 063 de bois) pour 3 communes (les deux autres sont Ostwald et Lingolsheim) presque entièrement urbanisées.


Lingolsheim

17 100 hab., 569 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton d’Illkirch-Graffenstaden, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, en banlieue sud-ouest. Le territoire est sur une terrasse fertile couverte de lœss, annexe de la plaine d’Erstein. Presque entièrement urbanisé, sauf à sa bordure occidentale en partie occupée par des bassins de gravières, il comporte une «zone urbaine sensible» (Tiergaertel-les Hirondelles), et une zone d'activités (Parc-Club des Tanneries). La commune n’avait que 1 800 hab. en 1900, puis 5 000 un demi-siècle après, 10 500 en 1975; mais la progression semble freinée (moins de 200 hab. de plus de 1999 à 2007). Le maire est Yves Bur (UMP), dentiste, également député.

La ville a deux collèges publics, environ 1 000 emplois dans la commune avec de nombreuses entreprises du tertiaire et de l’industrie: pharmacie (Octapharma, 340 sal., suisse, dérivés du sang) et recherche pharmaceutique (groupe états-unien Quintiles Benefit, 110 sal., avec Illkirch), produits diététiques Herbalife (50 sal., californienne); fabrique d'instruments de mesure de radiations Canberra (30 sal.). Un parc-club d’entreprises (les Tanneries) a été aménagé sur l’ancien site des Grandes Tanneries, qui occupèrent jusqu’à 2 000 personnes et dont la dernière tannerie (Costil, 120 sal.) a fini par fermer en 2008.

Dans les services et commerces, informatique Steria (60 sal.), Abase Europe (40 sal.), HP Entreprise (40 sal.), Item (25 sal.), SFMI (20 sal.); centre de vente et réparation du groupe Canon (matériel de bureau, 40 sal.), vente par correspondance 3SH (Helline, 35 sal.), distribution automatique Selecta (60 sal.), négoces de fournitures industrielles Jungheinrich (55 sal.), d'instruments de mesure Hanna (25 sal.), d'ordinateurs Océ (25 sal.), de matériel de bureau Ricoh (20 sal.), location de matériel de chantier SML (40 sal.); bureaux PagesJaunes (60 sal.); nettoyage GSF (220 sal.), travaux publics Socara (140 sal.), transports Xenitrans (30 sal.); supermarché U (110 sal.), aménagements paysagers Espaces Paysagers (35 sal.).


Ostwald

10 900 hab., 712 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton d’Illkirch-Graffenstaden, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, en banlieue SO sur l’Ill; elle avait 2 600 hab. en 1931, 3 600 en 1954, 8 700 en 1975 et croît encore, mais très lentement depuis 1999. Outre la grande zone commerciale de la Vigie, elle abrite de nombreux établissements de banlieue. Dans l’industrie se distinguent les plastiques Mecaplast (230 sal., de Monaco) qui a repris Sofairel du groupe Neyr ex-Omegal; Viwametal (métallerie, 40 sal.), Leuco (outillage de précision, 35 sal.), Tenovis (télécommunications, 40 sal.), la Compagnie générale de vidéotechnique (CGV, 35 sal.).

Dans les services et les commerces se signalent Onet et Samsic (nettoyage, 350 et 300 sal.), Forclum (130 sal. génie électrique et climatique), Frank (installations d'eau et gaz 30 sal.), Kone (ascenseurs, 60 sal.), Mecasem (65 sal., métrologie industrielle), Steria (informatique, 50 sal.), Dekra (analyses, essais et inspections, 40 sal.); entrepôts frigorifiques TFE (190 sal.), transports Tradimar (50 sal.); travaux publics Colas (80 sal.) et Louis Adam (40 sal.); magasins Leroy-Merlin (110 sal.), Simply (25 sal.), négoce d'électroménager Frandis (45 sal.), hôtellerie du château de l'Île (50 sal.), hôtel Mercure (25 sal.).

La ville est équipée d’un collège public, d’un centre de loisirs, d’une salle de spectacle. Son nom ne désigne pas une forêt orientale, mais vient d’une déformation de celui de saint Oswald. Le finage est limité à l'est par les méandres de l'Ill et englobe au nord-est le grand étang Gerig; il est traversé du SSO au NNE par une voie ferrée, proche d'une zone d'activités au sud, de terrains encore libres plus au nord. L'A 35 traverse la partie méridionale mais son échangeur est plus au sud-ouest, dans la commune de Geispolsheim. La municpalité a été reprise par la gauche en 2008; le maire est Jean-Marie Beutel, socialiste, qui avait déjà exercé cette fonction de 1991 à 2001