Canton de Mundolsheim

Mundolsheim

5 100 hab., 426 ha, chef-lieu de canton de la Communauté urbaine de Strasbourg, au nord de la ville et en bordure de la A 4 (arrondissement de Strasbourg-Campagne). La commune avait moins de 1 000 hab. au début du 20e siècle; elle est passée à 1 200 en 1930, 1 600 en 1954, 3 200 en 1968 et a repris sa croissance après un palier au cours des années 1970; mais elle a perdu quelques dizaines d'habitants de 1999 à 2007.

Son territoire, au dessin très contourné et borné à l'ouest et au nord par les sinuosités de la Souffel, contient les forts Desaix à l'est, Ducrot au nord-ouest, sur des buttes assez marquées; le fort Ducrot domine le site du vieux village. Écorné à l'est par l'autoroute de l'Est (A 4), et servi par le grand échangeur de Reichstett, ce finage accueille un ensemble d’une centaine d’entreprises, dont des grands magasins et EdF, réunissant 2 500 emplois. Il partage avec Lampertsheim et Vendenheim la grande zone commerciale de Strasbourg-Nord.

Les principaux établissements sont un hypermarché Cora (600 sal.); la miroiterie Wehr (60 sal.), la fabrique d'épices Moguntia (allemand, 35 sal.); les négoces de matériel de bureau Reca Union (100 sal.) et OCI (35 sal.), d'appareils ménagers Cocelec (45 sal.) et Arb (Astoria, 35 sal.), les réparations Stav (40 sal.); les négoces de produits diététiques Herbalife (45 sal.) et pharmaceutiques Maquet (35 sal.); le nettoyage Sani (220 sal.). De nombreuses petites entreprises travaillent dans le bâtiment: imprégnation de bois CRH (50 sal.), échafaudages Fregonese (30 sal.), constructions Dumez Anstett (50 sal.), Les Peintures Réunies (45 sal.), taille de pierres Meazza (35 sal.); entreposage frigorifique Stef (45 sal.); bureaux d’Électricité de Strasbourg (490 sal.).

La ville a une active école de musique, un centre culturel, un collège public. Le canton, de forme très contournée, a 46 100 hab. (45 000 en 1999), 14 communes sur 7 174 ha (152 de bois). Situé au NO et à l'ouest de l'agglomération de Strasbourg, il comporte de nombreuses installations de transport et d'industrie, dont la raffinerie de Reichstett au NE, et va jusqu'à Eckbolsheim au sud.


Achenheim

2 300 hab. (Achénois ou Achenheimois), 603 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, en grande banlieue ouest de Strasbourg, à 10 km du centre au bord du canal de la Bruche sur la D 45. Le nom est lié au frêne, mais peut-être par l'intermédiaire d'un patronyme germanique. La ville a un collège public et un Théâtre alsacien; une double fabrique de tuiles et parpaings Wienerberger (130 emplois) et une lœssière, travaux publics SIRS (60 sal.); supermarché Match (40 sal.). Sa croissance est régulière depuis la guerre (1 000 hab. en 1954).


Breuschwickersheim

1 100 hab., 506 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, 12 km à l'ouest du centre de Strasbourg sur la rive gauche du Muhlbach; traitement de légumes Sodicru (40 sal.). La commune se nommait Bruschwickersheim avant 1928, et Bruschwic-Kersheim vers 1800. Sa population n'atteignait pas 550 hab. en 1962: la croissance de Strasbourg s'y fait sentir depuis; elle a gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2007 et le village-rue ancien s'est doublé de deux lotissements, mais l'habitat reste groupé.


Eckbolsheim

6 500 hab., 533 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, 5 km à l’ouest du centre-ville; le nom vient du patronyme Agebald. Le finage est limité au sud par l'ancien canal de la Bruche. Il s'étend assez loin vers le nord pour être traversé par l'A 351, très fréquentée et sur laquelle il partage un échangeur avec Wolfisheim, et pour accueillir une zone d'activités et le Zénith de Strasbourg. La population croît nettement: 2 200 hab. en 1906, 3 500 en 1954, 4 200 en 1975; elle a gagné près de 500 hab. entre 1999 et 2007. La ville a un collège public, une zone d’activités de 36 ha et un très grand complexe sportif polyvalent.

L'activité est de type banlieue et surtout tertiaire: nombreux bureaux récents et sociétés de service comme Loomis (groupe Securitas,120 sal.); nettoyages Sin et Stes (250 sal.) et Sonetmo (120 sal.); négoces de matériel dentaire W&H (90 sal.), d'articles de sports Transhumance (40 sal.), d'articles de cuir Difac (50 sal.), de matériel de climatisation Fritec (35 sal.), de quincaillerie Socomenal (35 sal.), d'articles de bureau Stabilo (45 sal;), de matériel pour le traitement des eaux Prominent (45 sal.), de matériel électrique Sadamec (35 sal.); mobiliers métalliques Bruynzeel (35 sal.); informatique Caldera (30 sal.), installations électriques Eurotechnic (35 sal.).


Hangenbieten

1 500 hab., 411 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, sur la rive gauche de la Bruche, à 11 km du centre de Strasbourg. Au sud, elle inclut sur la rive droite de la Bruche une fraction de la zone industrielle de Duppigheim, liée à l’aéroport de e rasbourg. Le groupe Lohr (matériel de transport) y a son siège et quatre unités totalisant 270 emplois; l’usine principale est à Duppighem. Weinmann (40 sal.) fabrique des cabines de peinture pour l’industrie; mécanique Mey (20 sal.), maçonnerie Stell et Bontz (50 sal.); négoces de portes de voitures Lohr (35 sal.), de fournitures pour coiffeurs BCB (30 sal.), nettoyages TFN (180 sal.) et Axes Presta Nett (25 sal.). La population croît depuis la guerre, la commune a encore gagné quelque 200 hab. entre 1999 et 2007.


Ittenheim

2 200 hab., 671 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, sur la N 4 à 12 km ouest du centre de Strasbourg; boucherie Metzger Muller (55 sal.). Elle est le siège de la communauté de communes de l’Ackerland (5 communes, 4 300 hab.), et a gagné plus de 200 hab. entre 1999 et 2007.


Lampertheim

3 100 hab., 658 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, 10 km au NNO de la ville. Le village ancien, sur la rive gauche de la Souffel à a convergence de plusieurs vallons, est totalement dépassé par les lotissements qui le jouxtent au nord et à l'ouest. Dans la partie orientale de son ban passent la voie ferrée et la N 2063, reliée au grand échangeur voisin de l'A 35. Dans ce secteur, la zone commerciale Strasbourg-Nord est partagée avec Mundolsheim où se tient l’hypermarché Cora; sur le territoire de Lampertheim sont des magasins Castorama (120 sal.), Darty (90 sal.) et réparations du groupe (30 sal.), Go Sport (20 sal.); matériel électrique Triax (60 sal.), négoce de matériels de traitement des eaux Culligan (40 sal.), Jardiland (20 sal.); réseaux Est Vidéocommunication (30 sal.), déménagements Seegmuller (Demeco, 45 sal.). La commune est connue pour ses cultures d’asperges depuis 1902 (coopérative) et ses fermes à colombage. La population est en nette croissance depuis les 1 000 hab. du milieu du 19e s. et même les 2 000 de 1980.


Mittelhausbergen

1 800 hab. (Mittelhausbergeois), 172 ha, petite commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, au NO, juste au nord d’Oberhausbergen. La population croît nettement depuis 1968 (500 hab.); elle est passée par 1 000 hab. en 1980 et sa population continue de croître lentement. Le petit territoire communal , traversé par la D 3, mord sur les collines au nord et comprtend plusieurs lotissements, dont le Vésinet et Mittelberg.


Niederhausbergen

1 400 hab. (Niederhausbergeois ou Infradomimontains), 307 ha, petite commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, 2 km au SO du chef-lieu, près de la gare de triage; elle est membre de la Communauté urbaine de Strasbourg; matériel médical LVL (50 sal.), négoces de fournitures Hobart (20 sal.) et d'appareils ménagers Loewe (20 sal.), installations électriques Santerne (50 sal.) et Veit (25 sal.), transports Gallix (20 sal.), ingénierie informatique UTI (20 sal.), plusieurs petites entreprises de services.

La population a crû depuis les 520 hab. de 1954, du moins jusqu'en 1999. Le territoire communal englobe à l'ouest, sur une colline, l'ancien fort Foch; à l'est, les bâtiments du triage ferroviaire d'Hausbergen. Plusieurs lotissements ont largement étendu l'espace bâti. Aux angles nord-est avec Mundolsheim, et sud-est avec Mittelhausbergen, la commune participe à deux zones d'activités intercommunales.


Oberhausbergen

4 600 hab. (Domimontains), 371 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg au NO de la ville, juste au-delà de Cronenbourg sur la D 41. Sa population a plus que doublé en 15 ans (2 000 hab. en 1982); elle n’atteignait pas 900 hab. entre 1921 et 1931. Au nord-ouest, le territoire communal englobe la butte du fort Frère, couronnée d'une tour de télévision et sur les pentes de laquelle se disséminent les villas. Elle accueille une clinique et d’assez nombreuses entreprises, notamment dans la zone d’activités tertiaire Valparc de 600 emplois, et compterait 1 400 emplois au total.

Cette banlieue industrieuse sinon vraiment industrielle a ainsi plusieurs sociétés de conseil et contrôle, dont le Bureau Veritas (95 sal.), Ingerop (ingénierie, 65 sal.), Coteba (ingénierie, 25 sal.); informatique Hewlett Packard (40 sal.) et négoce de matériel de bureau du même (25 sal.), Viveris (logiciels, 20 sal.) et Altair (informatique et études techniques, 170 sal.); comptabilité Cofime (25 sal.); traitement de surfaces Revêtement Industriel (50 sal., au groupe Caddie); sociétés de service dont les ascenseurs AMS (45 sal.), production de chaleur Cofely (Suez, 65 sal.), maçonnerie Alsacienne du Bâtiment (45 sal.), travaux publics Eiffage (45 sal.);, gestion de compteurs d'eau Loraslace (40 sal.), néfoce de matériaux d'étanchéité Tremco Illbruck (25 sal.); Intermarché (50 sal.), magasin Vima Bricoprix (70 sal.), cafés Henri (45).


Oberschaeffolsheim

2 200 hab., (Oberschaeffolshamois) 768 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, en banlieue ouest de la ville, juste au-delà de Wolfisheim; constructions Batiglobal (25 sal.). Elle est surtout résidentielle; près une longue stagnation, la population a crû fortement depuis 1975 (1 000 hab.), moins depuis 1999. Le ban communal s'étire du nord au sud; il est traversé au nord par la N 4, au sud par le canal de la Bruche, et se limite au sud au cours sinueux de la Bruche.


Reichstett

4 600 hab., 804 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, 8 km au nord de la ville. Elle est surtout connue pour la raffinerie de pétrole Shell (4 Mt/an, 270 sal., depuis 1963), qu’il est périodiquement question de fermer, et dont les 670 ha sont surtout dans le ban de Vendenheim — la fermeture définitive a été annoncée en octobre 2010, après la cession de l'usine par le groupe Shell à Petroplus Holdings en 2008; la fermeture entraîne le licenciement de 250 salariés, l'ensemble devenant un simple lieu de stockage avec quelques employés. Petroplus est une société créée aux Pays-Bas en 1993, domiciliée en Suisse, dont les dirigeants sont issus notamment de Phillips Petroleum (États-Unis, avec Conoco, Chevron, Tosco) et qui a acquis des raffineries issues de Shell ou Exxon à Coryton (estuaire de la Tamise), Anvers (BRC), Petit-Couronne (Seine-Maritime), Ingolstadt en Bavière, Cressier près de Neuchâtel (Suisse).

La population était de 1 400 hab. vers 1950, montant à 2 500 en 1968, 4 500 en 1982, 4 900 en 1999; elle a perdu 300 hab. de 1999 à 2007. Deux zones d’activité accueillent des petites entreprises. Le principal établissement industriel est Sidel Conveying (310 sal.) qui fabrique des chaînes d’embouteillage, naguère Gebo, qui fut à la famille Schoen qui est la plus riche d’Alsace, mais est passée en 1997 à Sidl, lui-même absorbé par le suédois Tetra Laval en 2003 (240 sal.); machines de papeterie Eberlé (45 sal.), appareils d’éclairage Waldmann (30 sal.), métallerie Spantec (20 sal.); installations électriques Schoro (60 sal.), travaux d'isolation Palusci (25 sal.).

L’Union des coopérateurs d’Alsace (UCA) possède dans la commune, pour les magasins Coop (acquis par le groupe E. Leclerc), un gros centre et entrepôt de viandes et charcuterie (460 sal.); s’y ajoutent la boucherie-traiteur Hermann (45 sal.), l'entreposage frigorifique Stef (40 sal.) et le transport frigorifique Frigocéan (50 sal.), la location de camions Hautier (70 sal.); sociétés d’audit et comtabilité Segec (80 sal.) et KPMG (40 sal.), ingénierie Cical (25 sal.), logistique du groupe Bosch (30 sal.), plusieurs négoces dont les matériaux pour portes et fenêtres Socomal (30 sal.); supermarché Leclerc ex-Coop (25 sal.). Une ancienne production de moutarde justifie une fête annuelle.

La commune est formée d'unité bien distinctes. Le noyau villageois se reconnâit encore au centre du finage. Il est bordé à l'est par un bois avec étang, le Ried Rott. À l'ouest et au sud il est bordé par de grands lotissements de pavillons. À l'est, la zone d'activités de Rammel Platz donne sur la voie ferrée Strasbourg-Lauterbourg, qui traverse l'angle sud-est du finage. Juste au sud de l'agglomération est aussi le fort Rapp, de la ceinture de Strasbourg. La raffinerie et ses réservoirs sont au nord-est, mais à vrai dire bien plus dans une quasi-enclave de la commune de Vendenheim que dans celle de Reichstett. Juste à l'ouest des lotissements passe le canal de la Marne au Rhin, au-delà duquel la commune conserve quelques terres agricoles, traversées par l'autoroute de l'Est (A 4) qui y a reçu un gros échangeur avec les D 63 et N 2063. La limite sud du finage suit le cours sinueux de la Souffel.


Souffelweyersheim

6 400 hab., 451 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, en banlieue nord, juste au nord de Bischheim. Son peuplement a complètement changé au cours des dernières décennies: elle avait moins de 1 000 hab. au début du 20e siècle, 2 000 au milieu, 4 000 en 1975; elle en a gagné 300 de 1999 à 2007. Elle a reçu de vastes ateliers de la SNCF et s'est dotée d'un collège public, d'une base nautique et d'un port de plaisance au croisement de la r. Souffel et du canal de la Marne au Rhin. Elle héberge aussi un centre de semi-liberté. Son finage projette une queue vers le nord-est le long de la rive gauche de la Souffel, et inclut à l'ouest une grande partie du triage ferroviaire d'Hausbergen, qui est bordé à l'est par l'A 4 et une longue zone d'activités.

La commune accueille de nombreuses sociétés de services à l’industrie et de négoce, comme l'ingénierie MT (40 sal.), les nettoyages Samsic II (360 sal.), GSF Saturne (300 sal.) et Netimmo (170 sal.), les gardiennages Lor (GRP, 85 sal.) et Sygma (70 sal.), les négoces de gros alimentaire Metro (140 sal.), d’outillage Brennenstuhl (55 sal.), de fournitures industrielles Bossard (90 sal.) et Aprolis (55 sal.), de médicaments Euromedex (40 sal.); plusieurs garages, supermarchés Match (35 sal.) et Lidl (25 sal.); carrosseries automobiles Schwing Stetter (35 sal.), installations électriques Becker et Schneider (30 sal.) et thermiques EMC (35 sal.); messageries Chronopost (45 sal.); aide à domicile Solutia (30 sal.).


Wolfisheim

4 000 hab., 557 ha, commune du Bas-Rhin dans le canton de Mundolsheim, membre de la Communauté urbaine de Strasbourg, en banlieue ouest de la métropole, juste à l'ouest d'Eckbolsheim, incluant le fort Kléber. Elle accueille de nombreuses entreprises dont Clestra Hausermann (menuiserie métallique, cloisons mobiles, enseignes, 60 sal.) et Clestra Cleanroom (aéraulique, 40 sal.); équipements de contrôle Multiconseil (35 sal.), gravure Gerner (30 sal.), laboratoire dentaire Luttwiller (25 sal.); installations électriques Sorelest (35 sal.), travaux publics Pertuy (200 sal.) et Lingenheld (120 sal.), peinture MHD (40 sal.); garages, supermarché U (70 sal.). Le finage s'étire du nord au sud de part et d'autre de la vallée de la Bruche, qui traverse sa partie méridionale. La population a crû nettement (1 300 hab. en 1936, 1 700 en 1965, 2 500 en 1985), puis plus modérément (une centaine d'habitants de 1999 à 2007).