Canton de Montcenis

Montcenis

2 300 hab. (Monticinois), 1 233 ha, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l'arrondissement d'Autun, en banlieue SO du Creusot. Simple cité ouvrière, elle fut toutefois le pionnier de l'industrie du bassin, recevant en 1782 une manufacture royale de fonderie, en raison des ressources environnantes en fer et en charbon, ce qui contribue à expliquer ses anciennes relations avec Autun. La ville a un collège public. Sa population oscille depuis 150 ans entre 2 000 et 2 500 hab. sdc; elle est à peu près stable depuis 1975, mais avec une tendance à la baisse: elle a perdu 140 hab. entre 1999 et 2008.

Le canton a 15 800 hab. (16 800 en 1999), 8 communes, 24 777 ha dont 4 502 de bois; il inclut étrangement Blanzy, s'interposant ainsi entre Montceau-les-Mines et Montchanin dans le sillon houiller, ainsi que Torcy entre Montchanin et Le Creusot. De la sorte, les deux très grands plans d'eau de la Sorme et de Torcy Neuf sont dans le canton. La partie septentrionale est dans le massif ancien, où elle approche Autun autour de la bourgade de Marmagne (1 300 hab., 3 226 ha dont 890 de bois), 20 km au SSE d'Autun, située dans la vallée du Mesvrin, affluent de l'Arroux, et qui anime la partie septentrionale du canton; anciens bâtiments (18e s. surtout), église (12e s.), musée lapidaire et jardins de l'abbaye cistercienne de Fontenay. Marmagne a perdu 70 hab. de 1999 à 2008. Sa voisine de l'ouest Saint-Symphorien-de-Marmagne (880 hab.), dans la même vallée en amont, accueille les constructions SMPP (35 sal.) et le lotissement de la Vallée du Mesvrin; elle a gagné 60 hab. après 1999.


Blanzy

7 000 hab. (Blanzynois) dont 340 à part, 3 995 ha dont 597 de bois, commune de Saône-et-Loire dans le canton de Montcenis, juste au NE de Montceau-les-Mines. Elle fut une ville minière, construite surtout après 1860; elle a exploité encore récemment un puits d’où l’on extrayait 350 000 t/an (tendant vers 200 000). Le principal employeur est une grosse usine des pneus Michelin (1 400 emplois); fabrication de panneaux de bois (Formopan, 45 sal.), plasturgie MGM (25 sal., ex-Ergom, ex-Moll, 90 sal. en 2005); travaux publics Pelichet (30 sal.), manutention Safen (Onet, 20 sal.), publicité Adrexo (60 sal.).

Blanzy est équipée d’un lycée professionnel et d’un musée de la mine; la commune contient la forêt du Plessis et le grand lac de barrage de la Sorme au NO, étiré sur 360 ha en deux longues branches, servant à l’alimentation du canal du Centre et équipé d’un bassin nautique. La population communale avait atteint un premier maximum en 1901 (5 300 hab. sdc) et un creux à 4 300 hab. en 1936, puis a remonté jusqu’en 1990 (7 600 sdc). Elle décline depuis et s'est abaissée de 400 hab. entre 1999 et 2008.


Torcy

3 100 hab. (Torcéens), 1 962 ha dont 292 de bois, commune de Saône-et-Loire dans le canton de Montcenis, 5 km au SSE du Creusot près de Montchanin. Son peuplement est en parti issu d’un programme de logements financé par la Communauté européenne du charbon et de l’acier en 1968; la commune est passée rapidement de 1 500 hab. en 1968 à 4 400 en 1975, 4 900 en 1982, puis sa population a diminué; elle a encore perdu 500 hab. entre 1999 et 2008. La ville a une fabrique de panneaux de bois Isoroy (120 sal.) au groupe portugais Sonae, et quelques ateliers: remorques Titan (25 sal.), constructions métalliques Techni Group (30 sal.); fromagerie Girard (40 sal.); bétons Ormapost (35 sal.), plastiques de bâtiment Polydec (20 sal.).

Elle a un centre commercial avec hypermarché Géant Casino (130 sal.); négoce de produits chimiques Brenntag (25 sal.), collecte et traitement des ordures Sita (50 sal.) et Creusot Montceau Recyclage (40 sal.). Torcy se signale aussi par une bifurcation ferroviaire, et surtout le grand lac de barrage de Torcy-Neuf (163 ha), aménagé en 1887 pour l’alimentation du canal du Centre, maintenant équipé pour l’aviron et prolongé par une zone humide (Znieff); le quartier d’habitation de Torcy-Lac est classé «zone urbaine sensible».