Canton de Bacqueville-en-Caux

Bacqueville-en-Caux

1 820 hab. (Bacquevillais) dont 70 à part, 1 219 ha, chef-lieu de canton de Seine-Maritime dans l’arrondissement de Dieppe, 20 km au SSO de la ville, dans la petite vallée de la Vienne, affluente de la Saâne; un collège public, une fondation médico-sociale Albert-Jean avec centre d’aide par le travail; hippodrome au hameau voisin de Pierreville à l'est, avec station de monte associée au haras du Pin; travaux publics Saffray (30 sal.). La commune s’est dépeuplée du début du 19e s. (2 500 hab.) à 1931 (1 450) puis a repris un peu jusqu’en 1962 (1 700 sdc), a stagné ensuite mais vient de gagner 110 hab. de 1999 à 2008. Elle est le siège de la communauté de communes de Saâne et Vienne, qui réunit 31 communes et 13 500 hab.

Le canton a 11 000 hab. (10 400 en 1999), 25 communes, 12 755 ha dont 778 de bois; il est traversé par les vallées encaissées de la Saâne et de son affluent de rive droite la Vienne, toutes deux orientées du sud au nord et confluant à Gueures (510 Gueurais, 607 ha), 8 km au NNO du chef-lieu, où des étangs de gravières occupent le fond de la vallée; Gueures a reçu en 2008 sur le plateau, à l'est, un parc de 3 éoliennes (7,5 MW). Avremesnil (960 Avremesnillais, 542 ha), 12 km NNO du chef-lieu au nord de Luneray sur le plateau et à l'angle nord-ouest du canton, accueille les charpentes Anger (25 sal.) et a gagné 70 hab. de 1999 à 2008. Brachy (730 Brachetais, 1 115 ha), 6 km au NO de Bacqueville au sud de Gueures dans la vallée de la Saâne, a un négoce de matériel agricole Forestier-Leblond (25 sal.), ainsi qu'un parc de 5 éoliennes Nordex (12 MW) sur le plateau côté ouest, ouvert en 2007; mais son usine de matériel électrique Legrand, qui occupait 170 salariés, a été fermée en 2007.

Luneray est une grosse commune au nord-ouest du canton. Elle a pour voisines immédiates au sud-ouest Gruchet-Saint-Siméon (720 Gruchetais, 263 ha), où sont les transports Hochedez (25 sal.), et Greuville (360 Greuvillais, 296 ha) au sud; Gruchet a gagné 50 hab. de 1999 à 2008, Greuville 40. La partie de plateau à l'ouest de la Saâne est divisée entre une demi-douzaine de très petites communes. Biville-la-Rivière (110 Bivillais, 222 ha), dans la vallée de la Saâne 5 km à l’ouest de Bacqueville, a une fabrique de panneaux de bois De Sutter (40 sal.) et une petite industrie du lin (Bosc Nouvel, 25 sal.). En amont, Auzouville-sur-Saâne (160 Auzouvillais, 321 ha), 9 km au sud-ouest de Bacqueville, s'orne d'un manoir des 15e et 18e s.; charpentes MIS (25 sal.).

Omonville (330 hab. dont 90 à part, 283 ha), 5 km ENE de Bacqueville, la commune la plus orientale du canton, a un institut médico-éducatif dans un château. Dans la petite vallée de la Vienne, Bacqueville est entourée par Lamberville (160 Lambervillais, 733 ha) au sud, Lammerville (330 Lammervillais, 876 ha) au nord, dont l'église des 12e et 16e s. est inscrite. Auppegard (700 Auppegardais, 733 ha), 7 km NNE du chef-lieu sur le plateau, a également une église du 16e s. inscrite; sa population s'est accrue de 130 hab. (+23%) entre 1999 et 2008..


Luneray

2 170 hab. (Luneraysiens), 508 ha, commune de Seine-Maritime dans le canton de Bacqueville-en-Caux, 8 km au NO de celle-ci et 18 km au SO de Dieppe, sur le plateau entre Saâle et Dun. C’est un gros village en nébuleuse, qui fut un fief protestant; il a reçu un collège public, et un éventail d’industries: fabrique de légumes précuits Lunor (200 sal.), née d’une coopérative agricole produisant notamment des pommes de terre et des plants (40 000 t/an, 80 coopérateurs); salaisons Normival du groupe Alliance (180), attelages René Renault pour caravanes (SIARR, 80 sal.); maçonnerie Battistella (55 sal.), plomberie Harlin (20 sal.); cars Ecauxmobilité (30 sal.), transports Neveu (30 sal.); le tissage du Ronchay (Lardans) est passé un peu au-dessous de 20 emplois. La population communale augmentait lentement depuis les années 1930, où elle était de 1 400 hab., mais a perdu une cinquantaine d'habitants après 1999.