Canton de Dourgne

Dourgne

1 350 hab. (Dourgnois), 2 275 ha dont 733 de bois, chef-lieu de canton du département du Tarn dans l’arrondissement de Castres, 17 km au SO de la ville, au pied du rebord de faille de la Montagne Noire. Le village a été rétabli comme bastide en 1303, après les ravages de la guerre des Albigeois; il conserve quelques petits ateliers d’ardoises et impression de tissus (Tarnaise d’impression, 25 sal.), et propose Maison des artisans, collège public, institut médico-éducatif. Dans la plaine au NE, les monastères bénédictins pour femmes et hommes d’En Calcat ont été édifiés à partir de 1890. La commune monte dans la Montagne Noire jusqu’au point de vue de Montalric (tour d’orientation) à 792 m. Dourgne a eu 2 200 hab. en 1841 et s'est dépeuplée jusqu'en 1999; elle a repris une centaine d'habitants depuis.

Le canton a 10 200 hab. (8 400 en 1999), 15 communes, 21 701 ha dont 8 441 de bois; il est limitrophe des départements de l’Aude et de la Haute-Garonne. Il est divisé entre une petite moitié septentrionale dans la plaine, et une grosse moitié méridionale dans la Montagne Noire, qui est incluse dans le Parc du Haut-Languedoc. Les Cammazes (320 Cammazois, 768 ha dont 385 de bois), à l’angle SO du canton à 810 m, font partie du système d’alimentation de la rigole du Canal du Midi, avec un tunnel de Vauban de 1686; le barrage de la Garbelle a complété l’ensemble en 1987, mais sert surtout à l’irrigation de la plaine; sa voûte de 70 m de haut retient un lac de 90 ha et 19 Mm3. La commune a gagné 110 hab. de 1999 à 2009 (+53%).

Le canton comprend au sud-est dans la Montagne Noire la commune d’Arfons (190 Arfontais, 4 071 ha dont 3 229 de bois), dont le village est à 9 km au sud de Dourgne à 660 m et occupe une ample cuvette modelée dans les arènes granitiques du massif; à l’extrême sud de la commune, la prise d’eau d’Alzeau sert à l’alimentation du canal du Midi. La commune a eu 1 500 hab. au milieu du 19e s. Arfons a reçu en 2009 deux parcs éoliens de 6 machines Ecotecnia (12 MW) pour la société Sor Énergies, de 5 Ecotecnia (10 MW) pour Arfons Énergies.

En aval, Durfort (300 Durfortois, 454 ha dont 159 de bois) est un ancien village de chaudronniers de cuivre; il reste une entreprise d’une trentaine de personnes (Vergnes), avec d’autres petits ateliers (cuir, vannerie), et un musée du cuivre; mais les principales entreprises sont de viandes et salaisons: Montagne Noire (110 sal.), Campofrio (30 sal.). La commune s’agrémente de la cascade de Malamort, en «bout du monde» dans la haute vallée du Sor.

Sorèze, entre Durfort et Dourgne, est la commune la plus peuplée du canton. Cahuzac (350 Cahuzacois, 569 ha), juste au nord de Sorèze dans la plaine, a une grosse maison de convalescence au château (80 sal.) et une maison de retraite (30 sal.); elle a plus que double sa population de 1999 (140 hab.). À l’extrême nord, le canton englobe Soual. Une communauté de communes du Pays de Dourgne siégeait à Lagardiolle (240 Gardiollais, 1 025 ha), village à 5 km au NO de Dourgne; elle a été dissoute en 2010, quatre communes, dont Lagardiolle et Dourgne, rejoignant la communauté du Sor et de l'Agout.

À l’est de Dourgne, Massaguel (430 Massaguelois, 1 009 ha dont 622 de bois) conserve des ruines féodales près du village; scierie Vieu (Toutlebois, 25 sal.), magasin de sports (35 sal.). Verdalle (1 170 Verdallais dont 210 à part, 2 424 ha dont 962 de bois), 5 km au NE de Dourgne dans la plaine, a une fabrique de meubles et objets en bois (Cléran, 100 sal.), et un lycée agricole privé. Sa population a augmenté de 240 hab. (+26%) depuis 1999. Son territoire s’étend très loin sur le rebord boisé de la Montagne Noire, incuant le site du Pas de Sant et son petit lac de barrage; le finage a 13 km de long sur 2 ou 3 de large.


Sorèze

2 620 hab. (Sorézois), 4 164 ha dont 1 616 de bois, commune du département du Tarn dans le canton de Dourgne, au pied de la Montagne Noire à 7 km SO de Dourgne. Elle était surtout connue pour sa grande école, issue d’une abbaye bénédictine du 8e siècle, qui fut tour à tour séminaire et école royale militaire puis école privée, et qui a fermé en 1991; ses grands bâtiments ont été réaménagés en centre culturel sous la forme d'un syndicat mixte et abritent aussi deux hôtels dont celui du Logis des Pères (France Patrimoine, 30 sal.), ainsi qu'un petit centre de formation des Laboratoires Fabre (10 sal.); festival de musique en été.

La bourgade est organisée en cercle au bas de la montagne, et conserve des maisons à colombages et encorbellements. Elle est dominée par l’ancien oppidum de Berniquaut, devenu site de vol libre; de l’autre côté du ravin sur le relief, la grotte de Calel offre de belles concrétions dans des calcaires primaires. Le territoire communal va jusqu’à la crête de la Montagne Noire, entre les finages d’Arfons et des Cammazes et jusqu’à la forêt de Crabemorte; il s’étend aussi assez largement dans la plaine vers l’ouest, jusqu’aux premières maisons de Revel. Sorèze possède ainsi une partie du bassin de Saint-Ferréol.

Sorèze abrite quelques ateliers dont les meubles SIET (30 sal.) et finitions de meubles CFDM (25), transports Sudotrans (75 sal.), autocars Teste (20 sal.), vente sur catalogue Tom Press (20 sal.), meunerie du Moulin Maury (20 sal.), maçoànnerie Granier (20 sal.); maison de repos pour anciens combattants (60 sal.). Sorèze a eu plus de 3 000 hab. au début du 19e s., moins de 1 600 en 1962; sa population augmente depuis: elle a encore gagné 410 hab. de 1999 à 2009. La communauté de communes du Lauragais-Revel-Sorézois groupe 27 communes et 20 200 hab., avec pour siège Revel. Le Sorézois correspond au rebord de la Montagne Noire et à son piémont immédiat autour de Sorèze.


Soual

2 300 hab. (Soualais), 1 417 ha, commune du département du Tarn dans le canton de Dourgne, 13 km OSO de Castres à la bifurcation des routes vers Toulouse et vers Revel, sur la rive droite du Sor. Elle avait un millier d'habitants entre 1890 et 1960, et s'est encore accrue de 270 hab. entre 1999 et 2009. Elle est le siège de la communauté de communes du Sor et de l’Agout, qui réunit 13 communes (14 900 hab.). Sa croissance a été en partie due à l’installation en 1970 d’une grosse unité du groupe pharmaceutique d’origine castraise Pierre Fabre (530 emplois à Soual), qui assure en dermocosmétique près de la moitié du chiffre d'affaires du groupe. Elel est en cours de rénovation et d'extension (2010-2016).

Aux Nauzes à l’est du bourg, s’active un fort ensemble d’animation agricole et de services avec la coopérative agricole Coopelso (110 sal.), le centre d’élevage et d’insémination artificielle du Sud-Ouest et un centre d’information sur l’élevage (Arsoe, Association régionale de services aux organismes d'élevages, couvrant les régions Aquitaine, Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon), un centre de production de semences Midatest, etc. Soual a aussi un centre d’aide par le travail des ateliers Chantecler (85 employés), un atelier de conserves de viandes Occitanie Restauration (45 sal.), magasin Brico Dépôt (80 sal.), transports TIT (35 sal.); supermarché U (55 sal.).