Canton de Murat-sur-Vèbre

Murat-sur-Vèbre

870 hab. (Muratais), 9 387 ha dont 3 484 de bois, chef-lieu de canton du département du Tarn dans l'arrondissement de Castres, 64 km à l'est de la ville, 16 km à l'est de Lacaune. C'est, à l'est des monts de Lacaune, le plus haut chef-lieu de canton du Tarn, vers 840 m. Le nom était seulement Murat avant 1891. La commune eut plus de 3 000 hab. dans la première moitié du 19e s. et en avait encore 2 100 en 1911; elle a toutefois repris une quarantaine d'habitants depuis 1999.

Son finage monte à 1 200 m au bois de la Lause, au SE du village. Murat abrite quelques petites entreprises de salaisons dont Montagne Noire (35 sal.) et Cros (25 sal.); grand dolmen de Castelsec (4 500 ans), menhirs dans la vallée de la Vèbre et au hameau de Plos, au nord. Murat compte 360 résidences secondaires, pour 300 principales; avec sa voisine Nages, elle forme une «station verte de vacances». Elle a reçu en 2007 un parc éolien de 9 machines Siemens (11,7 MW) pour EPR au sud-est, au-dessus des Senausses, qui fait partie de l'ensemble éoloien de l'Espinouse dans l'Hérault.

Le canton a 1 700 hab., 4 communes, 17 065 ha dont 5 757 de bois; il forme une extrême avancée du département vers l’est, au contact de ceux de l’Aveyron et de l’Hérault. Entièrement inclus dans le Parc régional du Haut-Languedoc, il est aux sources de la Vèbre, et tout à l’est celles du Dourdou mordent sur le canton autour du hameau de Canac (Murat).

Nages (350 Nageois, 4 711 ha dont 2 029 de bois) est à 14 km à l'ouest de Murat et 14 km ESE de Lacaune à 840 m, de l’autre côté de la montagne dans le haut bassin de l’Agout. Le village fut un bastion catholique; il s’orne d’un château à grosses tours du 15e s., et propose un musée d’archéologie au hameau de Rieumontagné, près du lac de Laouzas. Le lac, entièrement contenu dans le finage communal, a été établi en 1966 dans la vallée de la Vèbre derrière un barrage-voûte de 50 m de haut; à 775 m d’altitude, et de formes très contournées qui flattent le nautisme, il stocke 45 Mm3 et occupe 320 ha; ses eaux sont expédiées par une conduite de 15 km près d’Olargues (Hérault) à l’usine de Montahut (98 MW); une base de loisirs a été aménagée à Rieumontagné.

Nages est «station verte de vacances» avec Murat-sur-Vèbre et compte 370 résidences secondaires pour 140 principales, un record dans les environs; la commune eut 2 000 hab. en 1851, 1 000 en 1921. Le finage de Nages est curieusement emboîté dans celui de Murat puisque le bois de Concord, proche de Murat au sud-ouest et où est le point culminant du canton à 1 185 m au puy de Concord, est rattaché à Nages dans une quasi-enclave, tandis que le finage de Murat se faufile au sud-ouest jusqu'au lac de Laouzas.

Barre (210 Barrois, 1 507 ha) est au nord, à la limite du département de l’Aveyron à 820 m, à 11 km du chef-lieu. Elle s’est nommée Cabannes-et-Barre jusqu’en 1900 et englobe les hameaux de Gos et de Cantoul au sud. Cabannes-et-Barre avait 1 500 hab. en 1881, Barre 650 au moment de perdre le territoire de Moulin-Mage; deux menhirs sont dans la vallée du Viau, près du hameau de Cantoul. Le mont Gos y monte à 1 065 m. La commune a reçu en 2006 le parc éolien du Puech de Cambert (9 Ecotecnia, 11,7 MW) et en 2007 celui du Cap Redoundé (3 Ecotecnia, 3,9 MW), tous deux au SE, par la société Valeco.

La commune de Moulin-Mage (340 Moulin-Mageois, 1 506 ha), 5 km au NO de Murat à 837 m, a été créée en 1900, avec 580 hab., à partir du territoire de Barre; elle a aussi des ateliers de salaisons (Granier, 25 sal.), et une belle statue-menhir. Cabannes n'apparaît plus que comme hameau de Moulin-Mage, qui compte aussi à l'ouest ceux de Rieuvieil (deux menhirs), la Trivalle, Lestiès et Lacombe. Le relief dépassé 1 000 m au nord-ouest.