Canton de Montech

Montech

5 500 hab. (Montéchois), 5 014 ha dont 1 600 de bois, chef-lieu de canton du Tarn-et-Garonne dans l’arrondissement de Montauban, 15 km au SO de la préfecture. La bourgade est située à 4 km à l’est de la Garonne, au bord du canal latéral; une pente d’eau y a été aménagée en 1974 pour éviter 5 écluses successives, sous la forme d’un bassin tracté par un poussoir automoteur enjambeur sur rails. Elle offre une base nautique; nettoyage urbain et centre de traitement de déchets ménagers Drimm (90 sal., groupe Séché), en expansion sur 300 ha; Intermarché (45 sal.). De Montech part aussi un canal qui assurait la jonction avec le Tarn à Montauban. Montech est le siège de la communauté de communes de Garonne et Canal (6 communes, 7 100 hab.). La population communale croît depuis les années 1950 où elle était d’environ 2 300 hab.; elle a augmenté de 1 900 hab. entre 1999 et 2009 (+53%).

Le canton, entre Garonne et Tarn, a 21 300 hab. (14 300 en 1999), 9 communes, 18 762 ha dont 2 893 de bois. La commune de Montech inclut la plus grande partie de la forêt de Montech, massif subsistant sur la terrasse aux sols lessivés, et qui fut jadis un repaire de brigands entre Toulouse et Montauban. L’autoroute des Deux-Mers longe la forêt; l’échangeur avec la N 20 se partage entre les communes de Montbartier (1 290 Montbartiérens, 1 501 ha dont 234 de bois), 7 km SSE de Montech, où grandit une base logistique de produits de jardinerie Gamm Vert (Union Invivo, 50 sal.) et qui a gagné 450 hab. entre 1999 et 2009 (+54%), et de Bressols, déjà en banlieue de Montauban, comme Montbeton plus au nord. La Ville-Dieu-du-Temple a également dépassé 2 000 hab.

Lacourt-Saint-Pierre (1 100 Lacourtois, 1 477 ha), 5 km au NE du chef-lieu et dont le petit village est au bord du canal de Montech, croît aussi et a gagné 200 hab. depuis 1999; château du 18e s.; domaine agricole et denrées alimentaires de Mortarieu (5e Saison, 60 sal.). Escatalens (1 130 Escatalinois dont 70 à part, 1 799 ha dont 287 de bois), 6 km au NO de Montech, est entre Garonne et canal latéral et proche de la N 113; maison familiale rurale avec internat, agencement de magasins Dejico (35 sal.) et Dift (20 sal.); elle s'est accrue de 330 hab. depuis 1999 (+41%).

Saint-Porquier (1 360 Saint-Porquiérains, 1 570 ha) et Finhan (1 380 Finhanais, 1 148 ha dont 257 de bois) tiennent les angles NO et SO du canton et sont, comme Escatalens, riveraines de la Garonne. Finhan a une place à arcades et un château du 18e s., une belle peupleraie; sa population était restée au-dessous de 1 000 hab. depuis 1965, contre 1 700 en 1860, mais vient de faire un bond de 420 hab. entre 1999 et 2009 (+44%). Saint-Porquier croît depuis 1982 et a gagné 320 hab. dans le même temps (+31%).


Bressols

3 640 hab. (Bressolais), 2 039 ha, commune du Tarn-et-Garonne dans le canton de Montech, 6 km SSO de Montauban sur la rive gauche du Tarn, à la sortie de Montauban vers Toulouse (A 20-N 20), échangeur avec l’A 62 au sud de la commune. Elle accueille quelques petits ateliers, dont PMV (sièges pour avions, 40 sal.), plastiques Celso (35 sal.), matériel pour véhicules de chantier Neotec (30 sal.) et surtout une base logistique Intermarché (300 sal.); base des Autoroutes du Sud de la France (45 sal.), bétons MTG (20 sal.), négoce de coffrages Cofrasud (20 sal.); transports Tranier (50 sal.), Bergo Fruits (45 sal.), Vigouroux (45); nettoyage Wanet (20 sal.). La commune avait 1 000 hab. en 1954 et a passé la barre des 2 000 en 1987. Sa population a fortement augmenté de 1999 à 2009: 920 hab. de plus, soit +34%.


Montbeton

3 540 hab. (Montbetonnais), 1 598 ha, commune du Tarn-et-Garonne dans le canton de Montech, 5 km à l’ouest de Montauban, surtout sur la terrasse alluviale, la partiue orientale étant dans la basse plaine; elle est traversée par la voie ferrée Bordeaux-Toulouse; centre de santé et institut médico-éducatif Bellissen, maison de retraite. C’est surtout une banlieue résidentielle, dont la population croît régulièrement depuis les 500 hab. de 1936; elle a encore gagné 1 350 hab. de 1999 à 2009, soit un taux record de 62%.


Ville-Dieu-du-Temple (La)

2 850 hab. (Théopolitains), 2 616 ha, commune du Tarn-et-Garonne dans le canton de Montech, 10 km au nord du chef-lieu. À l'origine fondation des templiers dans l’ancienne forêt d’Agre, comme sa voisine Labastide-du-Temple, elle occupe une large part de la terrasse entre Tarn et Garonne et son finage fait une avancée dans le canton de Castelsarrasin. Elle a une cave coopérative mais ses vignerons ne cultivent que 58 ha de vignes. Le nom s’est écrit naguère Lavilledieu-du-Temple mais son orthographe a été changée en 1968, entraînant son glissement dans l’ordre alphabétique. La population augmente, surtout depuis 1962 (1 060 hab.). Elle s'est accrue de plus d'un millier d'habitants entre 1999 et 2009 (+59%).