Cantons de Moissac

Moissac

Highslide JS
Moissac. Le cloître de l’abbaye romane. © R. Brunet
Moissac. Le cloître de l’abbaye romane. © R. Brunet

12 700 hab. (Moissagais) dont 480 à part, 8 795 ha dont 1 291 de bois, chef-lieu de canton du Tarn-et-Garonne dans l’arrondissement de Castelsarrasin, 8 km au nord de celle-ci, 29 km ONO de Montauban. Sur un site occupé à l’époque gallo-romaine (il en reste un hypocauste), à l’endroit même où le Tarn vient lécher le coteau du Quercy, s’était établie dès le 7e siècle une abbaye bénédictine qui a fait et continue de faire la fortune de Moissac. Les bâtiments occupent en centre-ville une place très remarquée, surtout par le cloître de 1115 à 76 arcades et quantité de chapiteaux sculptés formant une bande dessinée de la bible, et par l’église abbatiale de la même époque, avec un portail sculpté (1135) et un riche mobilier (musée).

Moissac offre un centre d’art roman Maurice Durliat, un musée ethnologique Marguerite Vidal; un autre musée a été ouvert à l’église Saint-Jacques. Moissac est également connue comme la capitale du chasselas, cultivé sur les collines du Bas-Quercy; une station uvale (Uvarium) est ouverte en ville, 375 ha de vignes sont cultivés par les vignerons moissagais. Moissac a un collège et un lycée publics, un collège privé. La commune a cinq hôtels (95 chambres), un camping (140 places).

La commune, très étendue dans les collines du Quercy, déborde au sud du Tarn dans la plaine, englobant Castanet sur la rive gauche; pigeonnier de Millole et pont-canal du canal latéral à la Garonne, avec port de plaisance à Moissac. Parmi les ateliers se distingue une fabrique de caoutchoucs et plastiques pour l’isolation des automobiles (Rieter Automotive, groupe suisse, 100 sal.); mécanique Gillis Aéro (35 sal.) et Méris (25 sal.), emballages en bois Embalbois (30 sal.); travaux publics SPIE (40 sal.), constructions ETC (35 sal.), génie climatique Quercy Confort (65 sal.).

Plusieurs négoces de fruits et légumes s’activent; Mourgues Fruits emploie 65 sal.; la station fruitière Boyer (BM Productions) emploie 20 permanents et 200 saisonniers et traite melons et prunes, le négoce de fruits et légumes Boyer emploie 35 sal.; arboriculture Delvolvé Détours (25 sal.). Moissac a aussi des supermarchés Carrefour (140 sal.) et Casino (20 sal.); négoce de fournitures agricoles Hugonnet (Univers-Emballage, 20 sal.), transports Merle (90 sal.), Dupouy (35 sal.), Satar (25 sal.).

Le maire depuis 1983 est Jean-Paul Nunzi, socialiste, ancien député. De 10 800 hab. en 1841, la population communale était descendue à 7 400 en 1926; elle a repris depuis, avec toutefois un léger creux entre 1975 et 1985; elle a été stable de 1999 à 2009. Moissac forme une communauté de communes de Castelsarrasin-Moissac avec la seule Castelsarrasin, qui en héberge le siège.

Les 2 cantons ont 16 000 hab. (15 700 en 1999), 7 communes, 18 373 ha dont 2 593 de bois. Boudou (710 Boudounais, 1 230 ha), 7 km à l’ouest de Moissac, domine sur sa colline à la pointe du Bas-Quercy le confluent de la Garonne et du Tarn, dont le plan d’eau est élargi par un barrage; beau panorama et table d’orientation; cultures de chasselas (80 ha), base de loisirs à la Pointe dans la plaine au confluent; la commune a gagné 130 hab. depuis 1999.

Un peu plus à l’ouest, Malause (1 060 Malausois, 1 190 ha dont 201 de bois), 11 km à l’ouest de Moissac, est au bord du canal latéral, du canal de Golfech, de la N 113 et de la voie ferrée (gare) à l’endroit où la Garonne quitte le coteau du Bas-Quercy; barrage sur la Garonne et canal de dérivation vers la centrale de Golfech; horticulture Lannes (30 sal.), travaux publics Eiffage (75 sal.); la commune a gagné 170 hab. de 1999 à 2009 mais reste assez loin loin du record de 1831 (1 230 hab.).

Saint-Vincent-Lespinasse (240 Saint-Vincenois, 944 ha) et Saint-Paul-d’Espis (620 Saint-Paulais, 2 607 ha dont 285 de bois) sont en arrière dans les collines et donnent sur la vallée de la Barguelonne; elles abritent quelques châteaux discrets; la seconde cultive 121 ha de vignes, et a 40 hab. de moins qu'en 1999. Montesquieu (800 Montesquivois, 2 865 ha dont 532 de bois) est une commune d’habitat totalement dispersé à 9 km au nord de Moissac, donnant au nord sur la vallée de la Barguelonne; elle cultive 126 ha de vignes et a gagné 160 hab. (+25%) de 1999 à 2009; négoce de fruits et légumes Cancel (30 sal.).

Le chasselas de Moissac

Le chasselas de Moissac est connu depuis des siècles, mais sa notoriété a beaucoup gagné aux expéditions ferroviaires, puis aux soins apportés à sa culture. Le premier élan semble être venu de Jean-Baptiste Salers, qui fit les premières expéditions ferroviaires vers Paris dès 1858 à partir de son domaine de Montescot, un hameau de la commune de Moissac à 7 km NE de la ville. Une appellation chasselas doré a été obtenue en 1953 et transformée en AOC en 1971; elle est soutenue par plus de 500 producteurs, livrant environ 6 000 tonnes/an. Moissac se trouve également au centre d'une zone de production contrôlée de prunes reine-claude (250 producteurs, 300 t) et participe à l'indication géographique protégée (IGP) melon du Quercy, ainsi qu'à la certification Covapi pour les pêches, pommes et poires, qui réunit 11 producteurs de la plaine de Tarn et Garonne (5 000 t).