Canton de la Garde

Garde (La) (Var)

25 600 hab. (Gardéens) dont 310 à part, 1 554 ha, chef-lieu de canton du département du Var dans l'arrondissement de Toulon, juste à l'est de la préfecture. La commune dispose de 1 500 m de côte sur la Grande Rade de Toulon, entre le fort Sainte-Marguerite, qui est sur la pointe de même nom, où fut un bourg castral, et la pointe du Port Méjean; elle inclut ainsi l'anse de Magaud et les rochers d'escalade de la Terre Promise. L'ancien village s'accroche en croissant à une petite butte d'andésite; musée Jean Aicard en hommage à l'écrivain régional, académicien, né à Toulon (1848-1921); ancien château; lycée public, centre hospitalier (140 lits) et centre de gérontologie (200 places), centre médico-psychologique.

Le territoire communal s'allonge vers le nord-est et le centre-ville est à 3 km de la station balnéaire; échangeurs et zone industrielle tout au nord-est, avec gare; golf de Valgarde à l'est, zone protégée (znieff) du Plan de la Garde. Le territoire est drainé par l'Eygoutier, qui vient de La Crau puis coule parallèlement à la mer jusqu'à la petite rade de Toulon. La commune, dont le nom s'est jadis écrit Lagarde, avait déjà 2 500 hab. en 1830; montée à 3 400 hab. en 1891, sa population a ensuite diminué un peu puis a repris dès les années 1920; elle est passée à 5 000 hab. en 1954, 10 000 en 1970, 20 000 en 1984. Elle est estimée à 25 600 (sdc) en 2005, ce qui témoignerait d'un net freinage de la croissance. Le canton a 36 300 hab., 2 551 ha dont 327 de bois; l'autre commune est Le Pradet, créée à partir de La Garde en 1894.


Pradet (Le)

11 200 hab. (Pradétans), 997 ha dont 290 de bois, commune du département du Var dans le canton de La Garde, 2 km au sud-est. Elle a été créée en 1894 à partir de La Garde, avec 1 300 hab., et elle a évolué comme banlieue de Toulon: 2 600 hab. en 1954, 5 700 dès 1968, 10 000 en 1992. Les estimations pour 2005 ne lui attribuent pourtant que 10 200 hab. Le bourg originel est à 1 km du rivage; château de la Voulte (centre de vacances); parc Cravéro (palmiers) et pépinières des Jardins d'Eden, musée de la mine à l'extrême sud, près de la pointe du Bau Rouge. La commune donne à l'ouest sur la Grande Rade de Toulon par la baie de la Garonne, bordée de villas, ourlée par les plages de Monaco, des Bonnettes et de la Garonne et dotée du port de plaisance des Oursinières (220 places), d'où l'on peut aller aux îles d'Hyères. Le cap de Carqueiranne est à l'entrée de la rade. Au sud-est, les forts de la Gavaresse et de la Colle Noire sont juchés sur un relief isolé et oblong, montant à 295 m, à la limite de la commune de Carqueiranne. La commune est surtout résidentielle et les entreprises sont petites et dispersées; supermarchés Casino (55 sal.) et Intermarché (20 sal.), nettoyage SDI (35 sal.); un village de vacances VVF (55 sal.), maison de retraite (25 sal.) et institut médico-éducatif; 750 places de camping et 800 résidences secondaires.