Canton de Montmorillon

Montmorillon

6 900 hab. (Montmorillonnais) dont 400 à part, 5 700 ha dont 373 de bois, sous-préfecture du département de la Vienne, au bord de la Gartempe à 51 km ESE de Poitiers. «Ville d'art et d'histoire», Montmorillon a un assez bel ensemble monumental, formé de maisons anciennes, d'une église du 11e s. refaite au 19e s. mais ayant conservé dans la crypte des fresques des environs de 1200, d'un ancien hôpital monastique à donjon du 11e s. et d'une originale chapelle sépulcrale du 12e s. dénommée l'Octogone; musée de la Tour (restes des fortifications) et musée de préhistoire dans une ancienne grange dîmière; écomusée du Montmorillonnais, lanterne des morts au sud-est de la ville.

Montmorillon est un gros centre de services ouvrant sur une étoile de routes, mais au sein d'une contrée de marches dépeuplée, parfois dénommée le pays de la Grande Brande et plus souvent le Montmorillonnais, dont elle tire une tradition de travail du bois. La ville offre un centre hospitalier, collèges public et privé, lycée général et lycée professionnel publics, lycée professionnel agricole avec centre de formation d'adultes, institut médico-éducatif; maison de retraite Orpea (70 sal.). Dans le tertiaire figurent les entrepôts Easydis du groupoe Carrefour (200 sal.), les négoces de fournitures scolaires LPC (20 sal.), de matériel agricole AP (Alliance Passtorale, 30 sal.); transports SNTM (55 sal.) et autocars Martin (Pullman Montmorillonnais, 50 sal.); supermarchés Leclerc (60 sal.), Carrefour (30 sal.).

La grosse fabrique de meubles Domoform, qui avait 450 sal. en 2003 et qui est passée du groupe Ranger à l’italien Snaidero, a été fermée en 2008 avec 230 salariés. Restent les fabriques d'emballages plastiques Dodyplast (70 sal.), de matériels électriques ETC (60 sal.), d'escabeaux Escalux (50 sal.), d'appareils d'éclairage SFEL (20 sal.); biscuiterie Rannou-Métivier (45 sal.), abattoirs du Montmorillonnais (40 sal.); maçonnerie Saulge (25 sal.).

La commune a eu plus de 5 000 hab. entre 1861 et 1906; sa population a repris quelque croissance après un creux à 4 500 (1931), jusqu’en 1982 et s’est ensuite à peu près stabilisée autour de 7 500 hab.; mais elle a perdu 700 hab. de 1999 à 2008. Le maire est Yves Bouloux, du centre-droit, dont le père put sénateur, et maire dans les années 1980, avec pour successeurs un socialiste puis un UMP. La communauté de communes du Montmorillonnais siège dans la ville et groupe 37 communes, 25 900 hab et 140 200 ha, soit le cinquième de la surface du département, dans les quatre cantons de Montmorillon, La Trimouille, L’Isle-Jourdain et Availles-Limouzine. Le pays du Montmorillonnais réunit 47 communes, 35 500 hab. et 1 721 km2 par association de la communauté de communes et de celle du Lussacois, et siège également à Montmorillon. L'unité urbaine correspond à la commune, l'aire urbaine aurait 8 400 hab. L’arrondissement a 74 500 hab. (74 000 en 1999), 11 cantons, 98 communes, 299 982 ha.

Le canton a 10 200 hab. (10 600 en 1999), 8 communes, 33 636 ha dont 2 792 de bois; il est limitrophe de la Haute-Vienne et entièrement traversé par la Gartempe. Au nord du canton, Jouhet (520 460 Jouhétiens, 2 553 ha dont 297 de bois) à 8 km de Montmorillon, a une chapelle funéraire de 1502 à peintures murales; vieux moulin de la Roche en aval sur la Gartempe; la commune a gagné 60 hab. depuis 1999. À 2 km à l’ouest de Jouhet, le village de Pindray (260 Pindraysiens, 2 674 ha dont 349 de bois) est à la tête d’une commune de rive gauche de la Gartempe qui inclut, à mi-chemin de Montmorillon au bord de la rivière, le curieux château de Pruniers, néogothique du 19e s. sur une base des 13e et 15e s., à trois tours et à fresques, nanti d’un très vieux pigeonnier de 1 024 boulins.

Saulgé (990 Salgéens, 6 231 ha dont 737 de bois), 5 km au sud de Montmorillon, au bord de la Gartempe rive gauche, était connu pour ses moulins à papier, tour à tour transformés en minoteries ou brasseries; ruines médiévales au sud-est du village, bois de l’Hospice à l’ouest, avec des étangs dont celui de Beaufour (27 ha), zone protégée Natura 2000. Saulgé a eu jusqu’à près de 1 600 hab. en 1886, mais sa population est à peu près stable depuis 1950. Plaisance (170 Plaisançois, 1 311 ha dont 476 de bois), 5 km au sud de Saulgé sur le plateau, a un caveau mérovingien et s’étend au sud jusqu’au dolmen de la Pierre Levée, près de l’étang de la Pierre Folle.

Au sud-est du canton, Bourg-Archambault (200 Bourg-Archambaugeois, 2 433 ha dont 306 de bois), 12 km ESE de Montmorillon, a un château du 15e s. à douves et châtelet. Lathus-Saint-Rémy (1 240 Lathusiens, 9 828 ha), 13 km SE de Montmorillon, commune résultant d’une fusion de 1973, offre le site des Portes d’Enfer, où la Gartempe s’encaisse dans le granite en un site de rapides et de parois abruptes apprécié pour l’escalade et les sports nautiques; base de plein air et maison des jeunes et de la culture; dolmens et étangs à l’est de la commune. Lathus seule avait atteint 2 400 hab. dans les années 1870; la population diminue depuis, y compris après la fusion mais le mouvement semble se ralentir (-50 hab. entre 1999 et 2008).