Canton de Charmes

Charmes

4 680 hab. (Carpiniens), 2 349 ha dont 1 310 de bois, chef-lieu de canton du département des Vosges dans l’arrondissement d’Épinal, 25 km NNO de la préfecture, dans la vallée de la Moselle. La ville est dominée à l’ouest par le coteau de Moselle, au sud par la butte-témoin du Haut-du-Mont, très disputée en août 1914 et qui porte un monument d’hommage à la Lorraine; panorama. Le finage s'étend surtout à l'est sous la forêt de Charmes. Charmes fut une ville de brasseries, et le lieu de naissance de Maurice Barrès en 1862. Elle a été très touchée par les combats de 1944 et reconstruite à neuf.

L’emploi y est dominé par l’usine d’appareils d’aéraulique (traitement de l’eau et de l’air) Trane au groupe états-unien American Standard (490 sal.), qui complète celle de Golbey. L’usine de produits alimentaires Patisfrance, passée de l’allemand Schwartau au belge Puratos (fruits secs et au sirop, etc.) emploie 100 sal.; ressorts United Springs (55 sal., états-unien), métallerie des Constructions Soudées de l’Est (25 sal.); bétons Sotradest (50 sal.), gravières SRDE (30 sal.), travaux publics Eurovia (40 sal.).

La ville a un lycée professionnel et un collège publics, un centre Leclerc (65 sal.) et un supermarché Match (25 sal.); négoce de matériaux Big Mat (20 sal.), discothèque DVGC (Le Sphinx, 30 sal.). À l’est s’étend la forêt de Charmes, qui couvre au total 7 000 ha. La population communale a atteint 3 000 hab. dès 1846 et a lentement augmenté jusqu’à un maximum de 5 700 en 1975; elle baisse depuis et a diminué de 140 hab. entre 1999 et 2008. Charmes est le siège de la communauté de communes de la Moyenne Moselle (25 communes, 13 000 hab.).

Le canton a 12 400 hab. (12 200 en 1999), 26 communes, 16 816 ha dont 4 569 de bois. Il est limitrophe de la Meurthe-et-Moselle et traversé par la Moselle, dont la vallée accueille le canal de l’Est et le couloir de circulation entre Nancy et Épinal. Socourt (250 hab., 385 ha), 4 km au NO de Charmes au bord de la Moselle sur la rive gauche, a des gravières (Routière de l’Est, 40 sal.). Chamagne (490 Chamagnons, 1 529 ha dont 613 de bois), 4 km au nord de Charmes, contient une part de la forêt de Charmes et la maison natale du célèbre verrier et décorateur Claude Gellée (1600-1682), aménagée en musée; la commune a gagné 70 hab. de 1999 à 2008. Une centrale électrique et un poste d’interconnexion sont à Langley (190 hab., 273 ha), 4 km en amont de Charmes, dont elle est séparée par Essegney (680 hab., 841 ha dont 362 de bois), qui a gagné 50 hab. après 1999.

Portieux (1 330 Portessiens, 790 ha dont 232 de bois), 6 km SE de Charmes sur la rive droite de la Moselle, est connu pour sa tradition verrière; le village-cité de Portieux-la-Verrerie, à l’est dans un vallon de la forêt de Charmes, forme une quasi-enclave dans le canton voisin de Châtel-sur-Moselle. La cristallerie FCF (Faïence et cristal de France) se laisse visiter, mais n’emploie plus que 20 personnes; centre d’aide par le travail et foyer d’accueil de Belval. La commune a eu 3 200 hab. en 1911 et sa population n’a cessé de diminuer depuis; elle a encore perdu 90 hab. de 1999 à 2008.

Vincey est en face, sur la rive gauche de la Moselle. Dans les collines, Ubexy (180 Ubecéens, 501 ha), 5 km SSO de Charmes, abrite un monastère cistercien (N.-D. de la Trappe). Évaux-et-Ménil (350 Valménilois, 500 ha), 3 km au sud-ouest de Vincey, commune issue d'une fusion des années 1790, entre Évaux au nord et le Ménil au sud, a une centrale d'achats de meubles et tissus Adonis (Jem, 35 sal.), les constructions Ménil Rénov (20 sal.); la commune a gagné 90 hab. de 1999 à 2008 (+35%). Au nord-ouest du canton coule le Madon; sur sa rive droite, Vomécourt-sur-Madon (70 Vomécourtois, 353 ha), 12 km à l’ouest de Charmes, a une église romane du 12e s.; «sur Madon» est une mention de 1961. Xaronval (85 hab., 525 ha), sa voisine au nord-est, propose un musée de village 1900.


Vincey

2 320 hab. (Vincéens), 1 281 ha dont 586 de bois, commune du département des Vosges dans le canton de Charmes, 6 km au SE du chef-lieu sur la rive gauche de la Moselle. Une usine de tubes du groupe Arcelor a été cédée au groupe espagnol Condesa, qui supprime la fabrication de tubes au profit de la mécanosoudure, avec des effectifs réduits (Lorraine-Tubes, 40 sal.); travaux publics Bonini (80 sal.), maçonnerie Chevrier (25 sal.), transports Simonin (45 sal.). La ville a un musée militaire dans une ancienne filature Boussac, commémorant la bataille de Charmes en août 1914; maison d’accueil spécialisée. La population se maintient à peu près depuis 1962. Elle ne dépassait guère le millier d’habitants au 19e s. Elle s'est accrue de 140 hab. entre 1999 et 2008.