Basse-Pointe

3 850 hab. (Pointois), 2 795 ha dont 1 340 cultivés, commune et canton de la Martinique dans l’arrondissement de La Trinité, 33 km au NO de celle-ci sur la côte nord-orientale de l’île. La commune, formée en 1837, tient 5 km de côte et monte jusqu’à la Montagne Pelée, où elle culmine à 1 279 m, sa limite méridionale suivant les gorges de la Falaise. Basse-Pointe cultive surtout la banane (680 ha) et l’ananas; jadis, c’était plutôt le tabac, le café et le cacao. Ses plantations avaient fait venir des travailleurs indiens et chinois après l’abolition de l’esclavage, à partir de 1853. Il en subsiste notamment les vénérables habitations Gradis (17e), Chalvet, Leyritz et Pécoul (18e siècle).

Le territoire compte de gros hameaux à mi-pente, Hauteurs Bourdon et Hauteurs Dumas au nord, Morne Balai et Démare au sud, mais l’essentiel de l’activité se tient près du rivage sur les basses pentes. Le bourg est sur la côte, au nord; tout près se tiennent les habitations Hackaert (30 et 20 sal.) et Gradis (50 sal.). Vers l’est, la grande habitation Pécoul (60 sal., groupe Hayot) date de 1760; classée avec son jardin, elle est précédée d’une belle allée de cocotiers; aux environs, temple hindou et plage de l’anse Chalvet.

Près de Chalvet (habitation de 40 sal.) sont aussi le domaine du Verger (45 sal.), le Jardin Clément (40 sal.) et l’habitation Perpigna (30 sal.), et une société de services (Mecagri, 30 sal.). Entre Pécoul et le bourg, un autre foyer de plantations est au quartier du Moulin de l’Étang, juxtaposant notamment l’habitation éponyme (40 sal.) et ses voisines Dupotiche (50 sal.), Eyma (40 sal.) et Sobanor (25 sal.).

À l’est, près de l’embouchure de la rivière Capot, l’habitation Capot (ou Capote, le t se prononce) emploie 50 personnes. L'habitation Cheneaux est une bananeraie de 30 sal. La plus connue de toutes les plantations, Leyritz, un peu en hauteur vers le sud de la commune, date de 1710; elle est devenue une hôtellerie depuis 1972, avec un musée de figurines végétales, et emploie environ 40 personnes; un aérodrome a été installé un peu à l'est, avec une piste de 1 000 m.

C’est à Basse-Pointe qu’est né en 1913 le poète Aimé Césaire, devenu maire de Fort-de-France; un Centre césairien d’étude et de recherche lui est consacré au bourg, qui dispose aussi d’un centre culturel et d’un collège de 500 élèves et d’une maison de retraite publique. Du bourg est également venu le célèbre ballet folklorique Pomme Cannelle, créé en 1984. La population est restée assez stable dans les quatre dernières décennies mais elle se serait abaissée de 350 hab. entre 1999 et 2009.