Beuvry-la-Forêt

2 800 hab. (Beuvrygeois), 1 252 ha dont 279 de bois, commune du département du Nord dans le canton d'Orchies, 4 km ESE du chef-lieu. La commune s'est nommée Beuvry, puis Beuvry-Nord en 1933, et a pris son nom actuel en 1969; elle a une église du 18e s. Elle comptait déjà plus de 2 000 hab. dans les années 1830, s'est légèrement dépeuplée ensuite (moins de 1 700 hab. dans l'entre-deux-guerres) avant de reprendre un peu; le nombre d'habitants n'a pas changé de 1999 à 2010. Son finage s'étend en partie dans un secteur de marais et mord au sud sur la forêt de Marchiennes. Il est traversé par l'autoroute A 23 mais sans accès direct. Le village principal est sur la route d'Orchies à Saint-Amand-les-Eaux. Quatre hameaux-rues traversent au sud les marais en direction de la forêt domaniale de Marchiennes, dont la commune détient une fraction.

La principale industrie est l'usine chimique Minakem ex-Seac (150 sal.), qui produit des bases pharmaceutiques et cosmétiques, occupe 7 ha et qui est classée Seveso 2. Elle est passée en 2005 de l'australien Nufarm à la société française Minakem, formée pour l'occasion par deux cadres de l'usine et dont le siège est à Beuvry-la-Forêt. Une extension prévue a été annulée fin 2008 au profit du site allemand de Leuna, en raison de fortes oppositions locales. La commune accueille aussi la métallerie Pliages Industriels (30 sal.) et les transports 3G (Transaliance, 130 sal.).