Briare

5 800 hab. (Briarois) dont 180 à part, 4 541 ha dont 1 191 de bois, chef-lieu de canton du Loiret dans l'arrondissement de Montargis, 40 km au sud de celle-ci et 75 km ESE d'Orléans, sur la rive droite de la Loire. Le nom ancien, Brivodurum, signifiait «le fort du pont» et le site est depuis l'origine celui d'une traversée de la Loire. Celle-ci a pris un tour original en 1896 avec la mise en service du pont-canal, qui assurait la continuité entre le canal de Briare au nord, le canal latéral à la Loire au sud et, au-delà, le canal du Berry; le site est agrémenté par un musée comportant une Maison des turbines et une Maison des deux marines; Briare a son port de plaisance. La seconde originalité de Briare est sa fabrique d'émaux dits «perles de Briare»; la fabrique Emo (Émaux et Mosaïques), qui emploie une centaine de personnes, a commencé par la faïencerie fine en 1838, avant d'obtenir le succès comme fournisseur de boutons de céramique en 1851, puis a été orientée vers les mosaïques; elle a employé jusqu'à 1 500 personnes au 19e s., et encore un millier vers 1960; elle a été reprise en 1962, à effectif réduit, par la Société Générale de Fonderie. Un musée de la Mosaïque et des émaux a été aménagé et accueille 17 000 visiteurs par an.

La commune a d'autres ateliers: matériel de laboratoire et conditionnement de produits chimiques (VWR, 130 sal., au groupe Merck-Eurolab), caoutchoucs (Desmarquoy, 80 sal., groupe Hutchinson) et Sicem (20 sal.), plastiques (Rial, 50 sal.); produits alimentaires Sofria (60 sal., farines composées et adjuvants pour boulangeries et plats cuisinés), pièces en plastique Rial (50 sal.), mécanique AMP (Ateliers mécaniques de la Plaine, 50 sal.) et Mgp (20 sal.), production et négoce de pièces mécaniques pour garages FOG Automotive (80 sal., repris en 2009 par Le Monde de l'Automobile et le contrôle techique Sakar Autovision); ingénierie Banette (35 sal.); conditionnement et stockage DHL (70 sal.); supermarché Carrefour (40 sal.), nettoyage Penauille (Derichebourg, 310 sal.), traitement de déchets RIC (20 sal.), maçonnerie Guillen (20 sal.). Une fabrique de jouets Citroën a jadis eu un moment de gloire (CIJ, 1922-1930), vendant jusqu’à 2 millions de modèles réduits, avant d’être transférée en région parisienne et de disparaître

Briare, «station verte de vacances» et ville très fleurie (quatre fleurs), a aussi un collège public et un lycée professionnel public, un théâtre, une clinique (15 lits) et le château de Trousse-Barrière, du 19e s., devenu centre d'exposition avec parc; un aérodrome au SE de la commune avec une piste gazonnée de 1 100 m et un aéroclub, échangeur de l'A 77 au nord. Briare avait 2 000 hab. vers 1820, puis sa population est montée à plus de 5 000 en 1876, 6 700 en 1891; elle a décliné ensuite jusqu'à 3 800 hab. en 1936, et s'est alors remise à augmenter, jusqu'en 1982, avant d'enregistrer une légère baisse; elle a perdu 400 hab. de 1999 à 2007. Briare accueille le siège de la communauté de communes du canton de Briare, qui correspond bien au canton.

Le canton a 11 600 hab., 14 communes et 32 713 ha dont 8 720 de bois; il est entièrement sur la rive droite de la Loire et limitrophe des départements de la Nièvre et de l'Yonne. Il est traversé par l'autoroute A 77 et la nationale 7, le canal de Briare et la voie ferrée Paris-Nevers. À 12 km SE de Briare, Bonny-sur-Loire a atteint 2 000 hab. Ousson-sur-Loire (780 hab., 535 ha) est à 6 km en amont de Briare, presque face à Châtillon-sur-Loire et au confluent de l'Ousson, qui vient de Dammarie-en-Puisaye; la commune a gagné 60 hab. de 1999 à 2007. Dans les collines, 10 km à l'est de Briare, Dammarie-en-Puisaye (170 hab., 2 599 ha dont 498 de bois) se signale, outre son nom qui annonce déjà la Bourgogne, par un château des 13e et 16e s. restauré après avoir été incendié par les Allemands en 1944.

À l'extrémité orientale du canton, à la limite du département de l'Yonne, la minuscule Champoulet (53 hab., 600 ha), un peu isolée dans les bois et les étangs de Puisaye, et qui a encore perdu des habitants depuis 1999, abrite une entreprise qui fabrique des cabines de peinture pour usines et carrossiers (Ateliers de Champoulet, 40 sal.); château (19e s.) et grand étang de la Tuilerie (77 ha, 2,7 Mm3), derrière un barrage sur la Trézée, pour l'alimentation du canal de Briare.

À 7 km NE de Briare, Ouzouer-sur-Trézée (1 300 Oratoriens, 6 163 ha dont 1 453 de bois) a une belle église classée du 13e s. et les jardins du château de Pont-Chevron (9 ha) avec un étang de 27 ha; son territoire communal va jusqu'à la limite du département et inclut les grands étangs des Boudinières, de la Gazonne (28 ha), du Chesnoy (20 ha) et de la Grande Rue (115 ha, 4,5 Mm3), nourris par la r. Trézée, et aménagés au 17e s. pour alimenter le canal de Briare. Ouzouer accueille un atelier de pièces plastiques Seler (Guérin, 55 sal.). Le nom de la commune se prononce Ouzoir et vient d'un oratoire. Sa population a culminé à 2 100 hab. en 1881 et a diminué ensuite jusqu'en 1990 (1 160 hab.).

Enfin, tout au nord du canton, le village de La Bussière (810 Bussérois, 3 523 ha dont 900 de bois), à 13 km de Briare et proche de la N 7 et de l'autoroute, entouré de bois à l'extrémité sud-est de la forêt d'Orléans, a un château du 17e s. en briques sur base féodale, agrémenté d'un parc de Le Nôtre, d'un étang et d'un jardin à l'anglaise dans un domaine de 65 ha; il abrite le musée des Pêcheurs qui reçoit 14 000 visiteurs par an et il est accompagné d'un lotissement dit village des Pêcheurs au bord d'un étang. La commune abrite aussi une fabrique de mobilier en plastique (présentoirs Pixxent, au groupe Ileos, 200 sal.).

Le canal de Briare, lancé par Sully, a été construit de 1604 à 1642; il est le plus ancien d'Europe à franchir une ligne de partage des eaux; il est resté en concession privée jusqu'en 1860. Il est alimenté par les grands étangs du bassin de la Trézée; ses 57 km font la liaison de la Loire à la Seine par le Loing, qu'il aborde à 4 km de Montargis. Plusieurs fois réaménagé, il admet des péniches de 38 m (250 t, 1,8 m de tirant d'eau). Il est surtout fréquenté par les bateaux de plaisance. Il communique avec la Loire à Briare par un embranchement particulier, et avec le canal latéral à la Loire par le pont-canal de Briare, métallique et long de 670 m en tout.