Flines-lez-Raches

5 500 hab., 1 922 ha dont 350 de bois, commune du département du Nord dans le canton de Douai-Nord, 10 km au NE du chef-lieu. Le finage monte au nord sur le talus de l’Ostrevant, couvert par le bois de Flines et marqué par des carrières de sables et d’argiles. Le nom, d’ailleurs, dérive de Figulina, désignant des fabriques de tuiles, dont des traces de l’époque romaine ont été retrouvées. Râches est la commune voisine, qui était le siège de la seigneurie; son nom a été ajouté en 1846, avec la préposition lès, devenue lez ensuite, mais l’accent circonflexe a été perdu au passage… Flines s’est également nommée Flines-les-Marchiennes deux fois au cours du 19e s. (1803-1806 et 1813-1848). Flines a une église classée, issue d’une abbaye cistercienne de femmes disparue, et une auberge du 17e s.; un collège public. L’habitat tisse tout un réseau le long de chemins anastomosés dans la plaine de la Scarpe, qui longe au sud la limite communale.

Flines est la commune la plus occidentale du Parc régional Scarpe-Escaut et conserve au nord le bois de Flines, du côté sud de larges marais, notamment le marais des Six Villes, drainé par le Noirot et le courant du Décours; un petit étang de 3 ha au milieu du réseau d’habitat porte traditionnellement le nom de «mer de Flines» et fournissait en poisson l’abbaye; il a servi ensuite au rouissage du lin, puis est redevenu après 1968 un étang de pêche. Il ne reste plus guère de traces d’une ancienne voie ferrée de Douai à Orchies, ouverte en 1880 sur 21 km et fermée en 1937. Au sud avait été ouverte la fosse n°1 de Flines. La briqueterie Wenerberger (ex-Bar CTRC, 50 sal.) perpétue la tradition locale ; métallerie Sogem (40 sal.), emballages plastiques Nutripack (100 sal.).