Meung-sur-Loire

6 200 hab. (Magdunois), 2 035 ha, chef-lieu de canton du Loiret dans l'arrondissement d'Orléans, 18 km OSO de la préfecture sur la rive droite de la Loire, au confluent de la Mauve. Ce fut Magdunum, un marché protégé, le même nom que Mehun; le nom des habitants le rappelle. La ville a un château des évêques d'Orléans (13e et 16e au 18e s.), une église collégiale classée du 13e s., un musée archéologique et historique avec atelier de luthiers; jardins de Roquelin, arboretum des Prés des Culands avec un conservatoire national d'ilex. Elle accueille un collège public, un centre pour handicapés, deux maisons de retraite (Sogesco, 60 sal.; château du Mariau, 50 sal.). Elle mise sur l'activité culturelle et artisanale, surtout par la musique et le théâtre; elle aide les facteurs d'instruments de musique, une académie de musique et des concerts d'orgue; théâtre, compagnie théâtrale, festival Falstaff (masques et bouffons).

Cependant, Meung a aussi un échangeur de l'A 10 avec péage, le plus grand parc d'activités du département et des usines dont la principale est MSL Circuits (électronique, 250 sal.), passée de Valéo à une firme de Floride qui vise à en faire son centre d'excellence européen pour l'équipement des automobiles, mais a fortement réduit les effectifs; la forge APM, ex-Valfond, a fermé en 2006 avec 180 salariés. À un moindre niveau sont la métallerie AEML (Ateliers électriques métallurgiques du Loiret, tôles, découpage, 140 sal.), la fonderie Fonmag (40 sal., groupe LPF Le Piston Français), les bougies d'allumage pour automobiles NGK Spark Plug (70 sal., japonais), ressorts Lacroix (30 sal.), des ateliers de carrosserie (CCC, 20 sal.); minoterie du Coutelet (30 sal.).

La logistique est bien représentée par le dépôt et vente de fournitures de bureau par correspondance Office Dépôt NCL (140 sal.), les entrepôts Medialog (50 sal.), le conditionnement à façon Stock Express (30 sal., groupe DHL), ID Logistics (70 sal.), les transports Dentressangle (ND Logistics, 70 sal.), les négoces de quincaillerie Plombeleg (40 sal.) et LPM Promodern (30 sal.) et de matériel de manutention Jungheinrich (30 sal.); travail temporaire Adia (65 sal.), Société de Gestion et Conseils (60 sal.); travaux publics Vigery (25 sal.).

La commune de Meung avait 3 000 hab. au début du 20e s., contre 5 000 en 1820; puis sa population a commencé à remonter au milieu du 20e siècle, passant à 4 000 hab. en 1967 et 5 000 en 1985; elle a toutefois perdu près de 200 hab. de 1999 à 2007. Meung est le siège du pays Loire-Beauce, pays officiel du département du Loiret formé de 40 communes indépendantes, réunissant 43 800 hab. sur 905 km2.

Le canton a 18 600 hab. (17 500 en 1999), 10 communes et 22 274 ha dont 2 206 de bois; il s'étend au nord de la Loire, entre l'agglomération d'Orléans à l'est et la limite du Loir-et-Cher à l'ouest; il est traversé par l'autoroute A 10 et la voie ferrée vers Tours; entre Meung et Orléans, Saint-Ay et Chaingy relèvent déjà de l'agglomération d'Orléans. Le Bardon (930 Bardonniers, 1 223 ha), 4 km au NO de Meung, a une fabrique d'enrobés (Enroplus, 40 sal.) et a gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2007. Huisseau-sur-Mauves (1 700 Uxellois, 3 716 ha dont 845 de bois), 9 km NNE de Meung, a un château (12e, 15e et 18e s.) et un moulin sur la Mauve (19e s.), une maison de retraite (le Parc des Mauves, 55 sal.); un grand bois y forme l'extrémité occidentale de la forêt d'Orléans; négoce d'engrais et produits chimiques (Hurel Arc, 40 sal.). Le nom (Oscellensis, Ussellum jadis, d'où le gentilé) vient du gaulois uxellos, qui désigne un peuplement en hauteur. La commune avait 1 500 hab. au milieu du 19e s. puis sa population s'était abaissée à 830 hab. en 1968; elle a doublé depuis, mais la croissance s'est arrêtée.

Baccon (670 hab., 3 302 ha dont 274 de bois), 11 km NNO de Meung, a un château (la Touanne, 17e, 18e et 19e s.), un dolmen (la Mouise) et un tumulus (Thorigny); carrière de granulats calcaires. Coulmiers (530 Colmériens, 1 428 ha), 16 km au nord de Meung, s'orne du château de Luz (19e s.) au sud-ouest du village; mais le dolmen de Coulmiers est sur le territoire d'Épieds-en-Beauce (1 400 Spicaciens, 4 022 ha), village-rue au nord du canton à 20 km de Meung, qui a un négoce de machines agricoles (Chesneau, 35 sal.) et un de céréales et aliments du bétail (Le Plâtre, 25 sal.). La commune se nommait Épieds jusqu'en 1919; son nom vient du spicarium, qui désignait en latin une grange et se trouve dans le gentilé. Elle a eu 1 300 hab. au milieu du 19e s., et un minimum à 860 hab. en 1968 et 1975; elle a gagné près de 200 hab. de 1999 à 2007. Un parc de 5 éoliennes Nordex (11,5 MW) s'est installé à Épieds.