Paris-6e

45 300 hab., 220 ha, arrondissement du centre de Paris sur la rive gauche de la Seine. Limité par le boulevard Saint-Michel à l'est, il est bordé par la rive gauche de la Seine au nord, le long des quais des Augustins, de Conti et Malaquais; au sud, sa limite suit le boulevard du Montparnasse; à l'ouest, elle longe la rue de Sèvres et la rue des Saints-Pères et atteint le pont du Carrousel. Sur la Seine, le quartier est accessible par le pont Saint-Michel, le Pont-Neuf, la passerelle des Arts et le pont du Carrousel.

Il est traversé par le boulevard Saint-Germain dans sa moitié nord, et à la fois par la rue de Vaugirard, la rue d'Assas et le boulevard Raspail dans sa moitié méridionale. Il contient au sud-est le palais et le jardin du Luxembourg. À l'est se voit encore la trace de l'ancienne muraille de Philippe-Auguste, par les rues Monsieur-le-Prince et Mazarine. Le boulevard Raspail leur est sensiblement parallèle, mais 800 m à l'ouest. L'arrondissement est divisé en six quartiers: Saint-Germain-des-Prés et Monnaie au nord, Odéon et Rennes au centre, Saint-Placide et Notre-Dame des Champs au sud.

Il avait 90 300 hab. en 1872 et atteint son maximum de population en 1911 avec 102 900 hab. Le nombre d'habitants a décliné ensuite: 80 300 hab. en 1962, 48 900 en 1982, 44 900 en 1999. Il augmenterait un peu depuis. Il est l'un des quartiers les plus recherchés et l'un des trois plus chers de Paris, mais son solde migratoire est très légèrement négatif (-0,1%/an) tandis que son solde naturel est le plus limité de la capitale: à peine +0,2% par an, ce qui tient en partie à l'âge relativement élevé et à la richesse des habitants.

Il est en effet le deuxième de la ville par le revenu moyen des ménages (84 900 euros, 111 900 pour les ménages imposés). Il est le plus «intellectuel» de Paris si l'on se réfère à la proportion de diplômés de l'enseignement supérieur (56%), mais toutefois il n'est que le 8e pour la proportion de cadres et professions supérieures; il est vrai qu'il est le deuxième pour la part des retraités (20%).

Il offre 45 800 emplois, et loge 20 300 personnes effectivement employées, soit un taux de 226%; ces emplois sont parmi les moins ouvriers (6%), mais non les plus qualifiés (9e pour les professions supérieures avec 32%), les employés étant nombreux (4e en proportion). Il est l'un des trois arrondissements de Paris dont les habitants travaillent le moins à l'extérieur du département. La part des résidences secondaires et des logements vacants est élevée (25% ensemble, 3e de la ville). Recherché également par les touristes, il n'a pas moins de 102 hôtels classés offrant 3 700 chambres, dont 17 hôtels de luxe (900 chambres, 4e de Paris).

Conservant une certaine célébrité issue de sa fréquentation par les écrivains et les artistes de renom, notamment dans les années d'après-guerre qui firent la renommée de Saint-Germain-des-Prés, il reste le plus fréquenté par les milieux de l'édition, d'autant qu'il participe à l'est au Quartier Latin, tout en abritant au nord l'Académie française et l'École des Beaux-Arts. Hors de nombreuses petites maisons d'édition, il accueille encore au moins en partie les éditions Fayard, Flammarion, celles du Seuil (100 à 200 sal.) et Volumen (100 à 200 sal. du groupe Seuil-La Martinière), Belin (100 à 200 sal.), Larousse (200 à 500 sal.), Hatier (200 à 500 sal.), Electre (100 à 200 sal.) et L'École des Loisirs (250 à 500 sal.) ainsi que les librairies Gibert Jeune (100 à 200 sal.) et Gibert Joseph (100 à 200 sal.), la Fnac (200 à 500 sal. et 100 à 200 sal.) et Fnac Service (100 à 200 sal.).

Parmi les principaux autres employeurs sont la Banque de France (200 à 500 sal) et la BNP (100 à 200 sal.), le fonds de placement Casam (100 à 200 sal.); négoces de lingerie et vêtements Barbara (100 à 200 sal.) et Sonia Rykiel (100 à 200 sal.); deux magasins Monoprix (100 à 200 sal. et 200 à 500 sal.); hôtel et restaurant de luxe L'Hôtel (ex-Bélier rue des Beaux-Arts, 200 à 500 sal., rénové en 2002 et repris en 2006 par le britannique CGH), La Closerie des Lilas (100 à 200 sal.); théâtre de l'Odéon (100 à 200 sal.), foires et salons Thema Services (100 à 200 sal.), gardiennage Goron (100 à 200 sal.); collège Stanislas (200 à 500 sal). L'arrondissement conserve une majorité de droite et son maire est Jean-Pierre Lecoq, UMP, conseiller financier.