Roura

3 100 hab. dont 130 à part, 390 250 ha, commune et canton de Guyane, au sud de Cayenne. La commune englobe tout le bassin de la Comté-Mahury et s'étend au SO jusqu'à 100 km du littoral, qu'elle atteint au nord sur 7 km entre l'estuaire du Mahury et celui de la rivière de Kaw (pointe Akoupa), dans un large marécage. Sa limite méridionale s'appuie sur les montagnes Tortue (462 m) et les montagnes Balenfois (464 m), au contact du territoire de Régina. Plusieurs petits hameaux sont au bord de la Comté, le plus connu étant Bélizon, où aboutit une piste venant de la route nationale 2, et d'où part une piste plus aventureuse en direction de Saül au SO. Mais la plupart des habitants et les quelques cultures se cantonnent au NE, aux abords de la route N 2.

Au bord de la Comté, le village de Cacao eut jadis des bagnards (1854-1859); on y a installé en 1977, sur 200 ha, quelque 500 réfugiés Hmong, qui ont fait merveille dans les cultures maraîchères et les fleurs et sont très présents sur les marchés de Cayenne; ils ont fondé la Coopérative horticole de Guyane, qui a son siège au village, et pratiquent aussi la pisciculture de carpes associée à la culture du riz. Une petite route de 13 km relie Cacao à la route nationale et le village a la réputation d'être le plus visité de Guyane; l'école publique y a un site actif (http://ecoledecacao.free.fr) et un petit musée local, le Planeur Bleu, a été aménagé, ainsi qu'un centre de santé départemental.

Roura fut le lieu de la première ruée vers l'or consécutive aux découvertes de 1854. Dans le bassin de l'Orapu, affluent de la Comté, des exploitations aurifères se sont plus ou moins bien maintenues des deux côtés de la rivière et de la D 2 (Boulanger, Changement); elles semblent à l'origine de pollutions observées sur le fleuve. Roura reste un site d'extraction et de prospection. La Compagnie minière de Boulanger y a une série de concessions de 79 km2 autour de son site originel près de Cacao. La Compagnie de Sikini 20 km2 (Kounamary, à l'est, en partie sur le territoire de Régina). La Société des mines de Bourneix, qui porte le nom d'un village du Limousin et qui est une filiale d'Areva, dispose de 134 km2 en quatre permis au sud-est de Boulanger (Changement, Maripa, crique Véoux) près de l'Orapu.

Au NE, la crête de la montagne de Kaw, dite ici montagne Trésor, domine les marais littoraux; une route (D 6) la longe, et donne accès au placer Grand Caïman et à l'ancien placer Trésor, devenu une réserve naturelle privée sous l'égide de l'université d'Utrecht et d'investisseurs néerlandais (Fondation Trésor, 2 464 ha), avec une Maison d'accueil, d'enseignement et de recherche. Un peu en aval, on accède aussi aux chutes Fourgassié, sur l'Orapu, 15 km au sud de Roura à vol d'oiseau. Des réfugiés haïtiens ont formé un village à Fourgassié. L'ancienne plantation Favard, sur la rive droite de l'Oyak juste en aval du confluent des rivières Comté et Orapu, est devenue le site d'un village d'Indiens Palicou (ou Palikour), parfois nommé village Wayam.

Le site aurifère de Grand Caïman, objet d'un permis de 51 km2 détenu par la compagnie canadienne IamGold après être passé d'Asarco (compagnie mexico-états-unienne) à la canadienne Cambior (CBJ), y a été l'objet d'une forte polémique et l'exploitation est actuellement fermée. Prometteur (estimé à 37 000 kg d'or pur), le gisement devait être exploité en mine à ciel ouvert par le canadien Iamgold, propriétaire de Cambior-CBJ, qui pense en tirer 3 600 kg dans les trois premières années, 27 000 kg en tout. La mine n'est pas dans les zones écologiques préservées, mais tout près, et la crainte des pollutions a entraîné de vives protestations, au point que le gouvernement français a interdit en janvier 2008 l'exploitation d'un permis qu'il avait pourtant confirmé peu avant. La même compagnie, sous le nom de sa filiale CBJ, a également trois permis (62 km2) du côté de l'Orapu.

La bourgade principale, Roura, n'est pas sur la route nationale, qui passe à l'ouest de la petite montagne des Serpents, mais sur la D 6 au bord du fleuve, devenu localement l'Oyak, 27 km au sud de Cayenne. Le bourg est un site inscrit de 34 ha; il a un collège privé, un centre de santé départemental. Le pont sur la Mahury, qui donne un accès direct à Cayenne, ne date que des années 1990. Aux abords même de Roura vers l'est, Dacca est un village où ont été installés des immigrants lao. Vers l'est, le site de la crique Gabrielle, affluent du Mahury, à la végétation particulièrement luxuriante où la rivière coule en galerie de verdure, est très apprécié; son nom est partout écrit Gabrielle, mais il semble que ce devrait être Gabriel car le nom serait celui d'un esclave qui s'y noya lors de son évasion. Une piste mène de la D 6 au hameau d'Eskol sur la crique Gabrielle, dans une zone de cultures d'abattis en plaine.

Les environs de Roura ont encore un aspect quelque peu pionnier; de nombreuses transactions foncières s'y négocient en l'absence de plan d'occupation des sols. Deux stations de traitement de déchets ont été ouvertes sur la crique Roura et sur la rive gauche de la Comté au passage de la D 2. La plus grande partie du nord de la commune, la plus peuplée, forme pourtant le Pôle Est du Parc naturel régional de Guyane, sur 87 460 ha. Vers le nord, sur la rive droite de l'estuaire du Mahury sont des traces d'un ancien polder Marianne. Au nord-est du bourg, a été reconnue la vaste zone d'intérêt écologique (znieff) de la plaine de Kaw (121 998 ha), et au sud-est celle de la montagne de Kaw-Roura, à cuirasses latéritiques (38 233 ha), toutes deux partagées avec Régina. Une réserve naturelle des marais de Kaw-Roura a été définie sur 94 700 ha. Vers le sud, ont été définies deux petites zones d'intérêt écologique (znieff) de la montagne Cacao (2 931 ha) et de la montagne Maripa (7 434 ha), toutes deux à cuirasses sommitales de latérite. À l'extrême sud, la commune participe à la réserve des Nouragues. La population communale a progressé rapidement: elle était de 1 300 hab. en 1990, 1 800 en 1999.