Communauté de communes du Pays de Pouzauges

Pouzauges (Pays de)

Highslide JS

communauté de communes de l’est de la Vendée, associant 10 communes, 23 100 hab., sur 32 100 ha. Outre Pouzauges, Le Boupère et Sèvremont ont plus de 2 000 hab.

Saint-Mesmin (1 780 Saint-Mesminois, 2 628 ha), au bord du Sevreau à 8 km à l’est de Pouzauges, sur la D960, a un château fort des 14e et 15e s., avec un donjon de 1540; carrosserie Procar Demas (100 sal.), négoce de vins Liboureau (Chais du Château, 100 sal.); magasin Le Moulin des Affaires (20 sal.). Saint-Mesmin a crû un peu depuis 1980, mais sa population s’est stabilisée depuis 1999. Le finage est limitrophe des Deux-Sèvres, et limité au nord et au NE par le cours de la Sèvre Nantaise; châteaux de l’Audraire (15e-16e s.) à l’ouest, de Lénardière au sud.

Montournais (1 730 Montournaisiens, 2 914 ha), 8 km SE de Pouzauges, a une église à deux nefs (12e et 15e s.) et un logis du 15e; maroquinerie Longchamp (60 sal.). Sa population est étale depuis 1999. Le finage atteint au NE la limite départementale, châteaux de la Tourtelière à l’est, de la Maison Neuve (15e s.) au nord; hameaux de la Jarrie, des Gibeaudières et de la Rampillonnière vers le NO, de la Limousinière au sud.

La Meilleraie-Tillay (1 560 Melletois, 2 013 ha) est à 5 km SSO de Pouzauges. Le finage est fait de deux ensembles presque complètement séparés depuis une fusion de 1827. Tillay et l’ouest mais le nom n’est plus porté que par un petit hameau. Le village de la Meilleraye s’allonge sur le versant droit du Grand Lay, et accueille une maison de retraite. Au milieu du territoire communal oriental, se voient le gros hameau de la Bujaudière et celui de la Gare de Pouzauges, flanqué du centre logistique du groupe Fleury-Michon (340 sal.) sur l’ancien tracé de la D752. L’ensemble, prolongé sur cet axe par les maisons de la Baudrière au sud et de la Gandouinière au nord, est contourné à l’est par le nouveau tracé de la route; hameaux de la Lunelière et du Puy Marin à l’est; carrière de diorite (Kléber-Moreau, 35 sal.); deux gares sont aux environs du bourg.

Réaumur (880 Réaumurois, 2 209 ha), est à 8 km SSE de Pouzauges. Le village, où vécut le célèbre physicien Réaumur (1683-1757), est sur une colline dominant le versant gauche du Grand Lay. La commune a une église fortifiée; un Manoir des sciences rend hommage au savant; château du Lac (19e s.) au SE). La Maine fixe la limite sud du finage; hameau de la Plissonnière à l’ouest. Réaumur a gagné 120 hab. depuis 1999.

Tallud-Sainte-Gemme (480 Gemmois, 1 857 ha) est à 16 km SSO de Pouzauges. Le finage est traversé par la Moine; quelques petits bois, château de la Bruyère à l’ouest; +90 hab. depuis 1999.

Chavagnes-les-Redoux (850 Chavagnais, 1 334 ha), 11 km au SO de Pouzauges, est bordée à l’ouest par les eaux du lac de barrage de Rochereau sur le Grand Lay, qui lance deux longs doigts dans la commune à la faveur des vallées des Touches au nord, de la Moine au sud; fabrique de tôlerie et matériel agricole du groupe Cartel (ex-Sovece, 80 sal.). Le village des Redoux a été réuni à Chavagnes dans les années 1790; il forme un hameau à l’est du finage; château de la Gouttière au NO. La commune a gagné 100 hab. depuis 1999.

Monsireigne (990 Sirené-Montains, 2 050 ha) est à 11 km OSO de Pouzauges. Le village est près de la vallée du Grand Lay, qui fixe la limite de la commune au NE, au nord et à l’ouest. Le finage se termine en pointe au SO, entre deux bras du grand lac de barrage de Rochereau, au bord duquel se tient le hameau de la Louraie. Au NE, le château du Bois Tiffrais héberge un musée de la France protestante de l’Ouest, créé en 1949 et rénové en 1986; château de la Chauvinière aux environs. Un petit hameau de la Gare est au sud, non loin de Chavagnes. La commune s’est accrue de 240 hab. depuis 1999 (+32%).


Boupère (Le)

(3 170 Boupériens, 4 348 ha dont 222 de bois) est une commune de Vendée, 8 km à l’ouest de Pouzauges et dans la communauté de Pouzauges (Pays de); son nom fut jadis Alba Petra (la Pierre Blanche). Une église fortifiée de 1408 (classée), d’allure assez austère avec deux tours, y était devenue temple; elle a été restaurée et agrandie au 19e s. La commune est plus connue par la mine d’antimoine de la Ramée (au nord), maintenant fermée, et comme fief de l’industrie du meuble grâce à la firme Gautier, qui emploie 500 personnes (un millier en 2005); métallerie Deslandes-Moreau (20 sal.), maçonnerie Uveteau-Guilloteau (20 sal.). Au NO, hameaux de la Dacère et des Roches; à l’ouest, château (16e s.) et forêt de la Pelissonnière; au sud, le hameau de la Faubretière donne sur la vallée du Grand Lay; château du Fief Milon (14e-15e s.) au SE. La population communale a très peu changé depuis deux siècles et a gagné 330 habitants depuis 1999.


Pouzauges

(5 710 Pouzeaugeais, 3 665 ha dont 400 de bois), est un ancien chef-lieu de canton de la Vendée orientale, dans l’arrondissement de Fontenay-le-Comte, 41 km au nord de Fontenay. La ville est sur le talus bordier des Collines vendéennes, sous les ruines de son vieux château fort, commencé au 9e siècle, dont il reste surtout un donjon du 12e s. Elle offre aussi une église romane poitevine à fresque du 13e s. (au Vieux-Pouzauges), des moulins, le manoir du Puy Papin (15e-16e s.), le petit lac de l’Espérance avec une base de loisirs et un centre aquatique. Le puy Crapaud, au SE du bourg, monte à 269 m et offre une large vue; les hauteurs voisines, à l’est comme à l’ouest, montent jusqu’à 276 m au Bois de la Folie, à 281 m sur la butte de la Passion, qui porte le dolmen du Marchais.

La D960 a été dotée d’une rocade de contournement par le sud, le long de laquelle s’est établie une zone d’activités avec lycée. Vers l’ouest, le lac de l’Espérance sert de base de loisirs avec camping. Au-delà, Linaudière est un hameau séparé, près de la D752. Pouzauges a un collège public, un collège et un lycée privés; une maison familiale rurale.

La ville est connue comme le fief de la firme de charcuterie et plats cuisinés Fleury-Michon, qui y a son siège, sa logistique et ses principaux ateliers; elle emploie au total 1 900 personnes en six unités. Pouzauges accueille quelques autres ateliers alimentaires comme les viandes de volaille Pro Découpe (85 sal.), l’abattoir de lapins ACLV (Lœul et Piriot, 75 sal.) et l’Assiette Bleue (poissons, 65 sal.). La ville a aussi des ateliers de mécanique Mecapack (165 sal., machines d’emballage) et Mecabor (25 sal.), de matériel agricole Coutand (25 sal.), une métallerie Chaigneau (CFTFI, 55 sal.); plastiques Prochimir (45 sal.); maçonnerie Roturier (50 sal.), finitions de bâtiment Alvès (20 sal.), transports de fret TSM (35 sal.) et de voyageurs Cars du Bocage (35 sal.); blanchisserie Initial BTB (170 sal.), nettoyage Net 85 (35 sal.), maintenance industrielle Huguet (25 sal.); supermarché U (105 sal.). La commune avait 3 600 hab. en 1954 et a crû jusqu’en 1982 puis sa population s’est stabilisée; elle a augmenté de 90 hab. depuis 1999. La communauté de communes du pays de Pouzauges a dix communes, 23 100 hab., 32 100 ha; v. Pouzauges (Pays de).


Sèvremont

(6720 hab., 8 864 ha) est une nouvelle commune de Vendée, créée en 2016 par la fusion de 4 communes au nord de Pouzauges, en Pouzauges (Pays de).

La Flocellière (2 780 Flocéens, 2 919 ha) est à 7 km au nord de Pouzauges; elle a un donjon du 12e s. et une tour du 15e, restaurés au 19e, ainsi que, au centre du finage, un musée-Maison de la Vie rurale avec fête des jardiniers. Elle accueille quelques ateliers: bétons LG Béton (80 sal.), maçonnerie Guicheteau (50 sal.). Au sud, château des Échardières (en partie du 15e s.). La population communale avait peu changé depuis 1954, et même depuis 1850, mais vient de gagner 880 hab. depuis 1999 (+47%) et s’est agrandie de plusieurs lotissements au sud, et d’une zone d’activités au SO sur la D752 (la Blauderie).

Saint-Michel-Mont-Mercure (2 100 Michelais, 2 576 ha), 8 km au NO de Pouzauges, est dans le prolongement occidental de la Flocellière et sur le même alignement de relief que Pouzauges; le mont Mercure, à 285 m, y est le point culminant de la Vendée et offre un large panorama; maisons anciennes au bourg, moulin à vent actif des Justices. La zone industrielle et le hameau de l’Épaud prolongent l’habitat vers l’ouest, le long de la D755. La commune a trois entreprises de meubles: Girardeau (90 sal.), Neoform (30 sal.); métallerie CFMCR (30 sal.); maison familiale rurale (55 sal.). Plusieurs hameaux sont au NO, la Cessière, la Bretonnière, la Bessonnière; à l’ouest, la Chambaudière, près du château de la Bonnelière (17e s.). Au nord, le château de Blotière domine un grand étang et son moulin. La population communale croît depuis 1962; elle a gagné 130 hab. depuis 1999.

Les Châtelliers-Châteaumur (780 Castelmurois, 1 813 ha), à 10 km NNE de Pouzauges, est issue d’une fusion de 1825. Son territoire est bordé à l’est par la Sèvre nantaise et conserve des ruines d’un ancien château fort. Il abrite l’usine Webasto (250 sal., groupe allemand), spécialisée dans les toits ouvrants d’automobiles; maçonneries Benaiteau (50 sal.), Rantière (20 sal.). Châtelliers occupe une butte isolée au sud du finage, Châteaumur une autre au sud-ouest, avec des ruines d’un château. L’habitat principal est entre les deux, dans la petite plaine de la Forge. Les hameaux de la Rabinière et la Baud s’espacent au nord sur le bas plateau; +80 hab. depuis 1999.

La Pommeraie-sur-Sèvre (1 070 Pommeraisiens, 1 556 ha) est à 9 km au NE de Pouzauges. Le village, tout près de la Sèvre, a une église du 13e s., à peintures murales du 16e; découpage de canards Delpeyrat ex-Sopadev (130 sal.), maçonnerie Boissinot (30 sal.); la population de la commune a augmenté de 130 hab. depuis 1999.